Mise à jour récente : 26/05/2017 - Mise en ligne de la version automatisée
Dino Crisis
Série
Année
Genre
Développement
Création graphique
Edition (Europe)
Edition (Etats-Unis)
Systèmes
systeme systeme systeme systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
86 votes


Modifier
titre Présentation du jeu

C'est une création de Shinji Mikami.
Ce nom ne vous dit rien ? Bon alors je recommence...
C'est un jeu développé par l'équipe de développement de la série Resident Evil, du même studio Capcom, qui en reprend les principes et le moteur.

Pour tout Survival game qui se respecte, il faut une histoire plus ou moins étoffée, un voile de mystère, un danger imminent et planétaire. L'intrigue nous porte à nous intéresser à un scientifique, le docteur Kirk, qui a travaillé pour l'Etat des Etats-Unis (ou d'une puissance fictive qui ressemble à s'y méprendre aux Etats-Unis) sur un programme basé sur une nouvelle énergie. Au moment où le gouvernement a cessé de lui apporter son financement, Kirk a disparu, victime d'un accident tragique.
Trois ans plus tard, un agent du gouvernement se rend sur l'île d'Ibis, supposée redevenue déserte après l'interruption des travaux du Docteur Kirk, et rend compte d'une activité militaire et de recherches probablement financées par une puissance ennemie. Et Kirk semble diriger le complexe.

Vous incarnez Régina, une redoutable guerrière des forces spéciales, et devez diriger un commando pour aller enquêter sur place et ramener Kirk, traître à la patrie ou savant contraint de travailler pour l'ennemi. 
Vous arrivez dans le complexe qui semble désert, sans électricité ni signe de vie. Une clôture défoncée, une flaque de sang frais. La mission de routine semble plus ardue que prévu !


titre Playstation et PC, même combat

«Dino Crisis» est sorti en 1999, en même temps que «Resident Evil 2» qui a été développé par la même équipe dirigée par Shu Takumi, Kumiami Matsushita et Miroyeki Kobayashi.
Si vous avez déjà joué à la série fétiche de chez Capcom, vous allez vite comprendre comment fonctionne ce nouveau portage de la console de Sony aux PC. Conversion qui intervient en 2000 donc.

Les principales commandes apparaissent sur la page de lancement du jeu en mode automatisé. Cela représente une dizaine de touches au clavier, en plus de la touche Entrée, Echap, et des flèches directionnelles. Et la touche la plus communément utilisée sera le C, pour agir, ouvrir des portes, déclencher une action ou une interaction avec le décor ou un personnage.
Ce n'est donc pas tant le nombre de touches à mémoriser que leur cohérence, et même en modifiant les commandes, il faudra prendre soin de les noter et de les mémoriser pour interagir avec l'action en temps et en heure. 

On l'a compris, ce sont les commandes qui posent souci, comme toute conversion jeu console à jeu PC. Pour y remédier, il vaudra mieux utiliser un pad et se lancer dans un jeu en mode facile, le temps de se familiariser avec ce jeu.
Au démarrage, les écrans de menu sont à visiter, et n'hésitez pas à essayer plusieurs options avant de choisir définitivement.

Pendant le jeu, vous allez alterner entre des moments d'action pure et la résolution d'énigmes plus ou moins faciles. Souvent, vous aurez à trouver des cartes magnétiques, des codes d'accès ou des chevilles de déverrouillage, pour ouvrir telle porte, activer ou désactiver tel champ de force, franchir tel passage en utilisant des conduits d'aération.
L'inventaire a été pensé pour la console, et il faudra un peu de pratique pour mixer des objets entre eux, charger vos munitions ou choisir le lance-grenades.
Une map se dévoile au fur et à mesure de votre exploration, un peu à la façon de «Blair Witch» par exemple.
Enfin, les sauvegardes sont accessibles à des points fixes, qu'il faut rallier avec un certain nombre d'obstacles et d'énigmes. Mais quand vous tenez une sauvegarde, vous avez l'occasion d'y retourner à chaque combat victorieux ou après chaque phase de jeu délicate.
Les combats sont assez difficiles, d'abord parce qu'un Zombie peut être liquidé avec une balle dans la tête, alors qu'un dinosaure peut demander plusieurs munitions avant de succomber. Et pour faire le plein de cartouches, il faudra de la ténacité et de la perspicacité.

L'IA des ennemis est plus développée que dans le standard des jeux de survival habituels, et la volonté de coller avec le réalisme a poussé l'équipe de développement à opter pour des phases crédibles : un coup de queue vous désarçonne, et votre personnage tombe à terre, se relève sonné sans son arme. Et un triangle bleu vous indique que vous devez ramasser votre arme avant de la dégainer et de vous en servir à nouveau. Cela vous laisse le temps de vous prendre un autre coup de croc ou de patte. Et pour vous soigner, il faudra non seulement utiliser des médicaments, des potions, des anticoagulants, mais il faudra aussi repérer les pharmacies où vous pouvez faire le plein, sans tout emporter par mesure de réalisme.
Un jeu en 3D temps réel qui vous fera sursauter plus d'une fois, et qui comporte des phases crédibles, mais compliquées en raison d'un gameplay pensé pour la manette avant de coller au clavier PC. 


titre Quel verdict ?

«Dino Crisis» est bien dans l'air du temps : à la charnière des deux siècles, les héroïnes foisonnent et remplacent peu à peu les héros "testostéronés qui en ont". Depuis Lara Croft, qui célèbre son «cinquième opus» en 2000 et sa résurrection, on s'habitue aux femmes vêtues de cuir et à la gâchette facile, de «Drakan »au « Cinquième élément». Air du temps et ère du temps aussi, car depuis la lame de fond de Jurassic Park, tous les écrans ont été inondés par des images de synthèse de T-Rex et de Stégosaures de tout poil (ou plutôt de toute écaille). Et depuis « Alone in the Dark», le Survival Horror est à toutes les sauces, avec «Resident Evil», Parasite Eve, en attendant Silent Hill.

Pourtant, «Dino Crisis» ne révolutionne pas les classiques de tous les genres évoqués ci dessus. On pourra dire que c'est une conversion honnête, à condition d'opter pour un système de jeu "console" avec un joystick. Si vous arrivez avec une souris entre les doigts, et un index posé sur vos touches huileuses de clavier usé, vous allez avoir du mal à aller au bout de l'aventure, sauf si vous décidez de jouer en mode facile. Une rejouabilité est possible, à condition de terminer le jeu en moins de cinq heures : puis vous pourrez refaire le jeu avec les deux autres personnages masculins de l'escouade. Vous pouvez aussi jouer en mode "WipeOut" avec des missions chronométrées et variées.
«Dino Crisis» est un jeu plutôt joli, dans un rendu 3D temps réel qui lui a valu d'être spectaculaire en 2000, mais qui ressemble aujourd'hui à un jeu qui a vieilli. Un jeu d'ordinosaure, quoi!

titre Lancement

Jeu testé sous VMware et XP avec succès. Mais le plus simple est de télécharger la version automatisée.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- Shinod7.org, pour jouer sous DOS via la célèbre disquette boot du ninja.
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure