Crusader : No Remorse
Année
Editeur
Distributeur
Systèmes
systeme systeme systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.70
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
3966 votes


Modifier
titre Présentation
"Ode à la destruction", voilà une description parfaite pour «Crusader: No Remorse». Peu de jeux peuvent se vanter de disposer d'un arsenal si varié, d'un univers détaillé et fouillé, d'une bande-son de qualité et d'une jouabilité irréprochable (ce qui n'était pas gagné en réalisant un jeu en 3D isométrique !). Mais commençons par le commencement.

titre L'Histoire
Comme toujours, l'histoire commence lorsque le protagoniste, un capitaine membre des Silencers, une unité d'élite, ainsi que deux de ses collègues se rendent compte qu'ils ne travaillent peut-être pas pour les gentils. Le World Economic Consortium envoie alors un robot pour vous éliminer, et vous seul vous en sortez. Il vous faut alors rejoindre la Résistance et faire en sorte d'éliminer le WEC, mais encore faut-il que vous fassiez vos preuves.

titre Gameplay
Vêtu de votre splendide (et discrète !) armure rouge, vous allez donc devoir éliminer tout soldat ou système de défense qui se trouve sur votre chemin afin d'accomplir vos divers objectifs. Avec des armes plus ou moins conventionnelles ou à l'aide de multiples gadgets (mines, bombes télécommandées), c'est surtout sur votre agilité qu'il faudra compter pour vous en sortir. Le Silencer n'est pas en peine de ce côté-là : il dispose d'une palette de mouvements impressionnante, comme courir, s'accroupir, faire des esquives sur les côtés via des roulades, grimper, etc.
Si l'action est frénétique, le jeu ne vous permettra pas pour autant de ranger votre cerveau le temps d'une mission : de nombreux "puzzles" s'offriront à vous afin d'ouvrir des portes spécifiques, désactiver des alarmes ou encore ouvrir des compartiments secrets. Fouiller vos ennemis s'avérera vital afin de trouver des munitions, des passes pour ouvrir les portes ou encore des crédits, pour améliorer votre arsenal.
A chaque fin de mission, vous retournez d'ailleurs dans la base des rebelles, ce qui vous permet de refaire le plein de vie et de bouclier, de faire vos emplettes ou encore de parler avec plusieurs membres de la résistance, ce qui se fait par l'intermédiaire de scènes filmées, Origin continuant ainsi sur la lancée de «Wing Commander III».

titre Technique
La légende raconte qu'Origin, lassé des critiques à l'égard d'«Ultima VIII» qui décrivaient celui-ci comme un jeu d'action, aurait décidé d'utiliser le moteur de ce dernier pour un vrai jeu d'action, et c'est ainsi que «Crusader: No Remorse» serait né.
Dans la tradition des jeux Origin, en son temps, «Crusader: No Remorse» continuait de pousser les limites techniques et de mener nos chers ordinateurs dans leurs derniers retranchements. Haute-Résolution de 640*480 (oui, bon, pour l'époque !), scènes vidéos intégrées, explosions multiples en bitmap... Autre choix risqué pour l'époque : le jeu n'est sorti que sur support CD-ROM, à une époque où avoir un lecteur CD reste encore l'apanage des plus fortunés.
Qui dit CD-ROM dit aussi doublage intégral, et là, surprise, le jeu est même traduit et doublé intégralement en français, version que nous vous proposons ! Une VF d'excellente facture, soit dit en passant. N'oublions pas de parler de la bande-son, superbe, qui alterne entre musique électronique et guitare électrique, pour donner un cocktail musical harmonieux et qui accompagne parfaitement cet univers ultra-violent.

titre Divers
Évidemment, si ce jeu vous a plu et que vous en voulez encore plus, je ne peux que vous proposer sa suite directe, «Crusader: No Regret». Par ailleurs, on ne peut s'empêcher de se rappeler que pendant un temps, un troisième opus était en cours de développement, Crusader: No Mercy (l'un des multiples titres de travail), malheureusement abandonné en cours de route par Origin pour se concentrer sur Ultima Online.
On peut aussi noter le très grand nombre d'easter eggs que possède le jeu en référence à d'autres titres d'Origin : ainsi, une réplique d'un journal présent dans la boîte du jeu mentionne Shodan de System Shock et le WEC est considéré comme l'ancêtre de la confédération terrienne de «Wing Commander». Des références qui font toujours plaisir aux fans !



titre Complétez cette fiche
Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.


titre Liens divers
Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- Shinod7.org, pour jouer sous DOS via la célèbre disquette boot du ninja.
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - MO5.com - Megatest.fr - Rom Game - Allgamers - Emu-France