KOICHI SUGIYAMA

Composition, ArrangementsPuceJaponEn 1958, Koichi Sugiyama quitte l'Université de Tokyo avec en poche un diplôme en théorie des musiques classiques décerné avec les honneurs. De 1958 à 1965, il travaille pour la compagnie Fuji Telecasting. Ce n'est qu'en 1968 qu'il décide d'abandonner ses fonctions de directeur pour se consacrer uniquement à la composition musicale. Il écrit alors des thèmes musicaux pour des émissions télévisées, des dessins animés et des publicités, qui lui valent une très grande renommée au Japon. Passionné de jeux vidéo, il écrit au début des années 80 une lettre au jeune éditeur Enix afin de les féliciter pour un de leurs logiciels (un jeu de Shōgi). Sous le choc devant un tel honneur, l'équipe d'Enix lui propose alors de composer des musiques pour leurs jeux. Nous sommes en 1985, Sugiyama a alors 54 ans; il est donc beaucoup plus âgé que les autres musiciens du milieu, mais aussi beaucoup plus expérimenté. Son premier travail sérieux est la bande-son de Dragon Quest (1986), le premier jeu de rôle sur consoles "à la japonaise" (le premier Final Fantasy de Square ne sortira que l'année suivante), qui se vend à deux millions d'exemplaires au Japon. Koichi Sugiyama devient dès lors le compositeur attitré de cette série qui devient rapidement un phénomène de société au Japon, provoquant des files d'attente interminables devant les magasins à la veille de la sortie d'un épisode et obligeant les députés japonais à prendre des mesures pour éviter que ces sorties ne tournent à l'émeute. Fort de dix épisodes officiels (sans compter les remakes et spin-offs), la saga Dragon Quest cumule plus de 64 millions d'exemplaires vendus, ce qui en dit long sur son impact dans le milieu de jeu vidéo. Koichi Sugiyama est également le pionnier de l'orchestration des musiques vidéo-ludiques : en 1986, il publie "Dragon Quest I Symphonic Suite", une interprétation de la bande-son du premier Dragon Quest par l'Orchestre philharmonique de Londres. En 1987, il organise et dirige le premier concert orchestral de musiques vidéo-ludiques, le "Family Classic Concert", à Tokyo. En 1991, il inaugure un projet encore plus ambitieux, les "Orchestral Game Concerts", réunissant l'Orchestre philharmonique et l'Orchestre symphonique de Tokyo, ainsi que plusieurs compositeurs prestigieux de jeux vidéo (Koji Kondo, Yoko Kanno, Kentaro Haneda, Nobuo Uematsu, Keiichi Suzuki). Le succès est tel quel que cette initiative sera reconduite tout au long des années 90 et sera copiée par le milieu vidéoludique occidental dans les années 2000; Sugiyama dirigera d'ailleurs pour la première fois un orchestre hors du Japon en 2007, en Allemagne. Influence majeure de tous les musiciens sur consoles au Japon, Koichi Sugiyama est considéré là-bas comme un monstre sacré.
KOICHI SUGIYAMA

Retrouvez cet auteur sur le net

Site officiel