BRODERBUND SOFTWARE

1980 1998PuceÉtats-Unis San Rafael (voir sur l'atlas)
Autres noms : Broderbund Software, Inc., Broderbund Entertainment Studio
Éditeur et développeur américain initialement basé à Eugene, Oregon puis à San Rafael, Novato et Marin County, California (1980).

L'histoire de Brøderbund est celle d'une fratrie, les Carlston. Avocat diplômé en droit à Harvard, Douglas G. Carlston passe deux ans à plancher sur le dossier de la répartition des droits sur l'eau du lac Michigan, avant de partir s'installer en 1978 dans une petite ville du Maine où il s'achète un TRS-80 et programme des jeux pour occuper son temps libre. Il réalise les jeux de la saga Galactic Saga, qu'il fait éditer par plusieurs companiges (dont Adventure International). Ses premiers chèques de royalties le convainquent rapidement de changer de carrière. C'est alors qu'il appelle son frère, Gary Carlston, diplômé de Cambdrige qui a vécu cinq ans en Suère où il a été l'entraîneur d'une équipe féminine de basketball, pour le convaincre de créer leur propre société. Doug rejoint Gary à Eugene en 1980, où ils fondent Brøderbund, un terme Afrikaans qui apparaissait dans les jeux Galactic Saga, avec un zéro (affiché barré à l'écran des ordinateurs d'époque) à la place du 'o'. L'emblème de la société est un groupe de trois couronnes; la troisième couronne, qui était attribuée au départ à leur frère Don qui a écrit pour eux le jeu Tank Command, revient finalement à leur soeur Cathy Carlston, alors responsable des commandes d'une boutique de mode à New York, qui les rejoint pour s'occuper de la partie administration et marketing de la jeune société.

En 1980, au salon Computer Faire où Brøderbund a un petit stand, Doug Carlston fait la connaissance de Minoru Nakazawa, le patron de la société StarCraft, qui tient le stand à côté. Les deux hommes sympathisent, et Brøderbund prend en charge la distribution locale des jeux développés par StarCraft sur Apple II. L'affaire n'est initialement pas rentable - à cause des frais de douane de ces logiciels, ils sont vendus à 1$ de perte chacun - mais la distribution d'une démo d'Apple Galaxian fait exploser leur carnet de commandes, et StarCraft accepte de leur envoyer les disquettes master de leurs jeux pour qu'ils se chargent de la duplication, rendant ainsi l'opération juteuse. Apple Galaxian devient leur premier gros succès. Ils débutent également la diversification de leur activité avec le logiciel de gestion de paie Payroll. Doug Carlston prend sa voiture et fait pendant plusieurs semaines la tournée des revendeurs d'informatique de la région, se créant ainsi un précieux réseau de partenaires commerciaux.

Brøderbund commence alors à publier des jeux réalisés par des développeurs indépendants et se taille très vite une réputation exceptionnelle dans ce domaine. Grâce à leur don de découvreur de talents, ils sortent de nombreux hits, dont les plus légendaires sont Choplifter (Dan Gorlin), Raid on Bungeling Bay (Will Wright), Karateka (Jordan Mechner) et bien sûr le classique Lode Runner (Doug Smith). Totalement désengagé du marché américain des consoles, Brøderbund ne souffre absolument pas des soubresauts qui agitent le milieu. En revanche, n'oubliant pas à qui ils doivent leurs premiers succès, ils se tournent vers le marché japonais et adaptent plusieurs de leurs jeux sur micros et consoles locales, et ils n'ont pas à le regretter : les versions NES de Raid on Bungeling Bay et Lode Runner font des scores excellents, ce dernier passe même la barre du million d'exemplaires vendus et devient là-bas un phénomène vidéoludique. En 1985, Doug Carlston sort son livre "Software People", dans lequel il raconte son expérience d'entrepreneur dans le logiciel.

Au milieu de la décennie, Brøderbund poursuit avec succès sa diversification, avec des titres comme Bank Street Writer, un traitement de texte, ou Science Toolkit, un logiciel vendu avec un thermomètre, un chronomètre et un détecteur de luminosité à brancher sur l'interface fournie, afin de réaliser des mesures. Mais ce sont surtout The Print Shop, le logiciel d'impression de cartes et de bannières, et Where in the World Is Carmen Sandiego ?, qu'on ne présente plus, qui vont changer la donne : avec leurs extensions et leurs suites, ces deux logiciels deviennent une véritable rente pour Brøderbund, le catalogue micro-ludique devenant nettement minoritaire dans leur chiffre d'affaires. Néanmoins, Brøderbund ne boude pas ce secteur, mais se montre exigeant dans ses choix (voir Trivia 1). Ils débutent également un partenariat avec Loriciels : Space Racer, Jeanne d'Arc, Manhattan Dealers et Grand Prix 500 cc sont distribués aux États-Unis, moyennant quelques changements (voir Trivia 2). Par la suite, Loriciels devient leur distributeur français et se répartit avec Microïds l'adaptation de leurs titres sur ST et CPC, ainsi que la francisation de certains d'entre eux. Brøderbund poursuit une fructueuse collaboration avec Dan Gorlin (Typhoon Thompson in Search for the Sea Child) et Jordan Mechner (Prince of Persia).

Au tournant de la décennie, le triumvirat Carlston vole en éclat : Cathy décide de fonder une famille, Gary ne prend plus aucun plaisir à diriger la société et part voyager autour du monde. Doug Carlston reste seul maître à bord. Une fusion avec Sierra est annoncée, puis abandonnée. Fin 1991, Brøderbund entre en bourse. Outre Chris Crawford, Doug Carlston parvient à contacter les frère Miller, fondateurs du studio Cyan, pour éditer leur jeu Spelunx and the Caves of Mr. Seudo. Et vient alors le succès foudroyant de Myst, qui occupe le top 10 des ventes US plusieurs années d'affilée.

En 1995, Brøderbund rachète Banner Blue Software pour sa gamme de logiciels de généalogie The Family Tree Maker et se met à rêver de racheter The Learning Company. Elle va même jusqu'à annoncer un accord de rachat sur son site en juillet 1995, pour annoncer un amendement de cet accord en novembre 1995 et enfin se taire à jamais sur ce rachat qui n'aura pas lieu. Revenons sur cet épiphénomène : telle Catherine dans Jules et Jim, The Learning Company est courtisée en même temps par deux prétendants. Nous venons de parler du premier, Brøderbund, qui est éconduit. C'est le second qui remporte finalement la mise et ce dernier n'est autre que SoftKey (voir Trivia 3). Brøderbund se consolera en obtenant la même année la distribution des titres des sociétés américaines Tsunami Media, Blue Sky Entertainment (voir Trivia 4) et The Logic Factory. Le niveau de violence et de complexité dans les jeux vidéo augmente de telle façon que pour la première fois, la société décide de scinder cette activité dans une division spécifique, à l'écart des sa production plus familiale. Tandis que le nom de Brøderbund reste associé au secteur ludo-éducatif, Red Orb Entertainment est fondée pour proposer des jeux pour un public mature.

Le succès de Brøderbund et du très attendu Riven aiguisent l'appétit de SoftKey, société opportuniste dirigée par des actionnaires obsédés par le profit à court terme, qui va s'y prendre de la plus déloyale des façons pour arriver à ses fins : elle achète Mindscape et brade le logiciel PrintMaster, rival de The Print Shop, avec des remises valant quasiment le prix d'achat. Le résultat ne se fait pas attendre : déjà concurrencé par Print Artist de Sierra et les kits d'impression de Disney Interactive, The Print Shop voit ses ventes chuter, tirant à la baisse le chiffre d'affaires et le cours de l'action Brøderbund, ce qui en fait un candidat idéal à une offre de rachat hostile. Et de fait, Brøderbund est racheté par SoftKey en 1998. Ils sont revendus un an plus tard à Mattel Media, qui n'y connaît rien en jeux vidéo et sabre dans les effectifs. En 2000, Brøderbund n'est plus que l'ombre d'elle-même. L'année suivante, Ubi Soft rachète son catalogue vidéo-ludique et relance la franchise "Prince of Persia" avec Les Sables du temps; le catalogue éducatif est repris par Riverdeep. RIP.

Le premier slogan de Brøderbund est : "America's favorite computer games", remplacé par : "Discover the difference". Ce dernier slogan a été retrouvé dans la presse française, traduit littéralement en : "Découvrez la différence" (bien avant la loi Toubon).

Son adresse postale (1) : 1938 Fourth Street, San Rafael, CA 94901.
Son adresse postale (2) : 17 Paul Drive, San Rafael, CA 94903.

Trivia 1
Il est permis de les trouver même TROP exigeants, dans la mesure où ils ont rejeté SimCity, Tetris et Empire, trois jeux hautement importants dans l'histoire micro-ludique. Sans rancune, c'est tout de même [cie_a9,Brøderbund] qui se chargera de la distribution de SimCity aux États-Unis.

Trivia 2
Séquences intermédiaires, changement de bande-son et corrections cosmétiques pour Manhattan Dealers, amélioration du tableau de bord et remplacement du circuit sud-africain par un circuit japonais pour Grand Prix 500 cc. Rebaptisé Superbike Challenge, ce dernier y sera distribué à 50.000 exemplaires et remportera un prix de l'innovation technologique au CES de Chicago 1988.

Trivia 3
SoftKey désirait d'ailleurs tellement fort The Learning Company que les draps s'en souviennent, oups, non, qu'elle en oubliera son patronyme pour se renommer quelques temps après The Learning Company. Un peu comme quand madame se marie avec monsieur, non ?

Trivia 4
Ne pas confondre Blue Sky Entertainment avec Blue Sky Productions et BlueSky Software.
Minifier le texte

Pour en savoir plus

Jeux (52)

Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.