Fiche de la compagnie Mastertronic
NomMastertronic
Autres nomsMastertronic Ltd. (Royaume-Uni), Mastertronic International, Inc. (Etats-Unis), Mastertronic Group Ltd. (Royaume-Uni)
PaysRoyaume-Uni
Création1983
Éditeur et distributeur britannique basé à London (1983).

Fondé par Martin Alper, Frank Herman et Alan Sharam, le business model de la société est la commercialisation de titres budget, idéalement situés à 1,99£. Pour la société, l'argument prix est primordial, mais le marché n'y est pas forcément préparé et Mastertronic devra combattre les réticences de la profession (voir Trivia 1) pour imposer son modèle. Au final, c'est n'est pas un, mais cinq labels budget que la société a aligné, par ordre alphabétique :

* Arcadia
* Bulldog
* Entertainment U.S.A.
* M.A.D. (Mastertronic Added Dimension)
* Ricochet

Décidant de monter en gamme, sur le segment des jeux plein prix, Mastertronic rachète l'éditeur britannique Melbourne House, pour la somme de 850.000£ (voir Trivia 2). Melbourne House connaît alors des difficultés financières et ne voit pas d'objection à ce rachat, même s'il l'éloigne de son partenariat avec Beam Software. Par ailleurs, Mastertronic respecte l'intégrité et le nom de Melbourne House. Son personnel reste en place, voire pour certains, connaît une promotion au sein de Mastertronic. C'est notamment le cas pour Martin Corrall, dont il sera question plus bas.

Sur le front de la distribution, Mastertronic a acquis de SEGA, des droits de distribution exclusifs, et distribue, en plus de ses titres, la collection «Americana» de U.S. Gold ainsi que la gamme budget «Rack It» de Hewson.

Son adresse postale (US) : 711 West 17th Street, Unit G9, Costa Mesa, CA 92627.


Trivia 1
Replongeons-nous dans le contexte : à peine un an auparavant, la société britannique Imagine Software avait lancé sa propre ligne budget à 3.95£ et devant l'opposition des revendeurs chatouilleux sur leurs marges, avait dû la retirer, pour la repositionner à 5.50£. Lorsque Mastertronic se lance dans un positionnement encore plus agressif, Imagine Software avait déjà fait faillite, mais pas uniquement à cause de ce positionnement tarifaire ... puisque la société met également en cause les méventes dûes à un piratage massif.

Trivia 2
850.000£ est le prix effectivement annoncé mais il a cependant été renégocié à la baisse, car en partie basé sur les titres en cours de production. La somme finalement acquittée n'est pas connue et il faut donc comprendre que le panier de la mariée n'était pas aussi rempli que prévu.

Médias

Interview dans Popular Computing Weekly n°3-29 (19/7/1984) p013
Article dans Sinclair User n°46 (1/1986) p112
Reportage dans Your Computer n°6-1 (1/1986) p044
Reportage dans Amstrad Action n°7 (4/1986) p042
Reportage dans Crash n°64 (5/1989) p041









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure