Le Festival du Jeu Vidéo, Septembre 2009
LTF vous permet de retrouver différents dossiers. Pour que cette liste augmente, n'hésitez pas à nous contacter et à nous envoyer vos propres écrits.
Le Festival du Jeu Vidéo

Du 18 au 20 septembre, s'est déroulé le Festival du Jeu Vidéo à Paris, Porte de Versailles. Ce grand événement à la française a 4 ans, et comme nous avions organisé un concours pour vous offrir des invitations gratuites, on se devait tout de même d'aller y faire un tour. Bon, ok, j'avoue, c'est aussi à cause d'un espace très particulier que nous nous sommes déplacés, à savoir l'espace Retrogaming. En effet, Le Festival a donné une belle part à ce phénomène. Comme il y avait aussi une conférence sur les jeux rétro, nous avons décidé d'y aller le dimanche matin, et voici un petit bilan :



Etait présent : Muet et sa compagne, Zappy, UBN22 et 2 de ses amis, et moi même (Wokie). Nous nous étions donné rendez-vous le matin pour pouvoir tester deux ou trois choses sans être trop gêné par le monde. Déjà, un bon point, l'organisation de l'entrée est assez bonne, ce qui fait que l'on rentre assez rapidement malgré beaucoup de monde. Nous avions une heure devant nous avant d'aller assister à la conférence, nous tournons donc dans les couloirs. Les consoles sont prises d'assaut par des nolife qui ne pensent que Left 4 Dead 2, Guitar Hero ou Assassin’s Creed 2.



Après quelques premières photos (notamment de jolies jeunes femmes), nous nous arrêtons sur le stand de MO5.com. De nombreuses consoles sont à disposition pour tester de nombreux jeux : Space Invaders sur Atari 7800, Duck Hunt sur Nes, Super Mario Kart sur une SNES japonaise. J'avoue, j'ai bien passé 10 minutes sur Donkey Kong sur Coleco Vision, me rappelant avec nostalgie ma petite enfance. Le Stand est bien tenu et on y passe un excellent moment. A côté, on trouve un petit musée où on retrouve derrière des vitrines toutes les consoles qui ont marqué l'histoire du jeu vidéo. Et un peu plus loin, on trouvait le Sega Museum, très bien réalisé par l'équipe de MO5.com, très complet sur l'histoire du constructeur/éditeur.

L'heure de la conférence approche, nous partons donc à la recherche de la salle de conférence. Et là, mauvais point, le guide ne nous aide pas, pas d'hôtesse pour nous guider... On traverse la section Jeux de Rôle, très grande et qui avait l'air très complète pour les fans. D'ailleurs, l'après midi, nous rencontrons le papa du livre dont on est le héros, Joe Dever, auteur de Loup Solitaire. Zappy fut très heureux de le rencontrer (c'est peu de le dire). Nous passons assez rapidement car les minutes filent et toujours pas de salle. On se retrouve à nouveau dans la partie Jeux vidéo, la voiture de Need For Speed Shift trône bien en vue sur le stand d'EA, les ordinateurs tournent sur Dofus en réseau, les DS de Nintendo permettent de tester Professeur Layton ou Mario et Luigi... Le stand des Editions Pix'n'love est présent, avec son volume 2 sur Nintendo, que nous achetons bien entendu (d'ailleurs, je prends la version dédicacé par Florent Gorges, à savoir l'auteur du Mook). Mais toujours pas de salle... Si, bien à l'entrée, pas indiqué sur le guide.

La conférence

La seconde vie des jeux retro : le titre était alléchant, et les intervenants semblaient à la hauteur (le président de l'association MO5, ainsi qu'un des fondateurs de Dotemu, Xavier Liard).
Nous nous croyons en retard mais heureusement, les dieux étaient avec nous, la personne devant animer le débat étant très en retard. Nous avons donc eu tout loisir de nous installer sans déranger personne, et d'observer le slide-show projeté sur un écran. Ceci nous a permis de jouer au jeu des screenshots, jusqu'à ce qu'UBN22 remarque que les titres des diapos apparaissaient sur l'écran.



Les organisateurs ont cependant mis fin à notre distraction quand il fut décidé de remplacer au pied levé l'animateur par le président de l'Agence Française pour le Jeu Vidéo, Emmanuel Forsans. Que du beau monde, qui sait de quoi il en retourne. Alors nous sommes rentrés dans le vif du sujet... Le président de MO5 a débuté, en donnant sa définition du retrogaming : jouer avec des jeux destinés à des machines qui ne sont plus existantes (assez juste il est vrai). Il en a profité pour donner quelques indications sur l'avenir de l'association, qui n'ont pas manqué de rassurer sur son futur.

Et alors suivit une explication sur la légalité (ou non) du retrogaming par Xavier Liard. En gros, le retrogaming en passant par des émulateurs n'est pas légal, sauf cas très particuliers. Nous sommes un peu restés sur notre faim, car la discussion a regorgé d'approximations en tout genre. Par exemple, a-t-on appris que l'usage d'un émulateur est illégal (mais si on possède la machine originelle ?). Mais surtout, quand la question fut posée de la durée des droits sur les jeux, chacun des intervenants a donné une réponse différente... Apparemment, aucun n'avait interprété la question de la même façon.

La suite de la conférence fut à l'avenant : Xavier Liard donnant des explications sur l'adaptation des jeux dans sa société (mais ne convaincant personne quand il essayait de justifier la simplification d'un des jeux adapté), l'origine du retrogaming (créé par le joueurs, récupéré par les éditeurs), ainsi qu'une étude du public des retrogamers cherchant forcément à faire des catégories là où on devrait plutôt parler de passion, et des réponses à coté de la plaque aux questions qui étaient posées. A noter qu'une des questions les plus intéressantes fût posée en dernière, et sa réponse n'a évidemment pas bénéficié du temps qu'elle aurait mérité : "On parle de retrogaming, mais nous entendons surtout parler de jeux console. Où sont les jeux micro ?".

Au final, une conférence apparemment mal préparée, pas instructive pour qui s'intéresse à l'histoire des jeux vidéo (sauf en ce qui concerne l'association MO5), qui nous a laissé un goût amer dans la bouche : il a été plus question de gros sous que de passion...

L'actualité

En ce qui concerne la partie sur tous les jeux récents et surtout nouveautés à venir (vu que c'est un peu le but premier du salon), c'est assez mitigé.
Pour commencer, il est indéniable que le trop plein de monde, ça fait chier (mais ça, on y peut rien), faire la queue 20min (avec beaucoup de chance) pour toucher à un jeu 5min, c'est assez ... Pour rester poli : malheureux.



Alors il est vrai que "Super ! J'ai touché à la démo du futur God of War ou de je ne sais quoi d'autre !", mais à bien y réfléchir, on aurait attendu 2 petits mois et on avait la même chose directement chez soit (les nanas très peu habillées en moins c'est vrai ^^).
Histoire d'enfoncer le clou un peu plus profondément, les jeux sortant sur toutes les plateformes sont presque tous jouables uniquement sur Xbox360. Exemple : Left 4 Dead 2, un FPS donc de préférence jouable avec la combinaison clavier/souris, n'était jouable que sur Bobox360 sur le stand officiel ! xD
Pour avoir la chance de toucher une version PC, il fallait squatter le stand Asus où le jeu tournait pour prouver que les PC portables en expo était suffisamment puissant pour que le jeu soit fluide (et oui, faut détourner le système à son avantage :D).



Allez, histoire de pas donner l'impression que je ne fait que de me plaindre, abordons les points positifs du salon :
- Les gens qui y travaillent sont très sympas, que ça soit les vigiles de l'entrée ou les exposants. Et je ne parle pas des "Babes", qui après en avoir sûrement entendu et vu des vertes et des pas mures, restent très souriantes (ok elles sont payées pour ça, mais j'aimerai pas être à leur place).
- On a la possibilité de récupérer des goodies à la con, mais qui font toujours plaisir et pour cela, 2 options s’offrent à vous : être chanceux ou savoir dégommer les gens pour chopper ce qui vient d'être envoyé :D
- Certaines animations sont sympas à regarder, sans compter qu'on voit et surtout touche des trucs qu'on achètera jamais (genre la table tactile de Microsoft qui faisait tourner la démo de Ruse).

Alors, que penser de ce festival ? Bourré de défauts, pas assez d’exclusivités, rien de transcendant… mais il faut bien avouer qu’il a le mérite d’exister. Il est jeune et doit se trouver. Mais le fait de pouvoir tester des jeux qui seront dans les bacs dans les 2 mois à venir, rencontrer et discuter avec des personnes qui partagent notre passion font que ce festival a sa place.














Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure