Nouvelle/Roman de Indianagilles
fanarts_ltf Extrait :Indiana Jones and the Fate of Atlantis

Il faisait bon ce soir. D'ailleurs, ici sur la Cte d'Azur il faisait toujours bon. Et ce soir, il ne savait pas pour quelle raison mais l'atmosphre lui paraissait encore meilleure que d'habitude. Il sentait qu'il se passerait quelque chose ce soir... quelque chose de spcial. Les cartes le lui avaient affirm : Vous allez faire une rencontre mouvemente ce soir ... Pourtant, il fallait l'admettre, jusqu' prsent c'tait le calme plat. Il aurait mme pu emmener avec lui ses deux chiens Kiki et Fanny.

Alain Trottier se promenait assez souvent. Il aimait dgourdir ses jambes vieillissantes de temps autres. Il adorait cet clairage : le Casino de Mont-Carlo n'tait srement pas la meilleure chose que comportait la belle principaut mais c'tait un spectacle magnifique.

Il tait fatigu de sa journe : il avait travaill si dur depuis une semaine dans sa boutique d'antiquits. Il avait du refaire toute la dcoration qui commenait tout comme lui vieillir. Il fallait qu'il rentre chez lui maintenant, dormir un peu. Peut-tre que cette soi-disant rencontre mouvemente se ferait sur le chemin du retour... ou bien dans son sommeil.

Trottier s'loignait du Casino, et ces deux ombres derrire lui ne lui disaient rien qui vaille. Il tenta d'acclrer le pas essayant de les distancer. Mais peut-tre ne le suivaient-ils mme pas et, qu'une fois encore, son imagination prenait le dessus sur la raison. Il se faisait vieux, pensa-t-il.

Il tourna dans une petite rue trs sombre. L'clairage de celle-ci avait entirement saut depuis deux jours et, apparemment la municipalit ne se pressait pas vraiment pour rparer les dgts. Trottier n'tait qu'au beau milieu de la rue lorsqu'il se retourna de nouveau : les deux silhouettes de tout l'heure le suivaient encore. Elles lui paraissaient normes, les deux hommes devaient tre trs corpulents. Mais il ne s'agissait peut-tre que d'un effet de lumire.

- Qui tes-vous ? leur lana Trottier sur un ton qui oscillait entre la menace et la peur.

Aucune rponse.

- Qu'est-ce que vous voulez ? Rpondez enfin !

Ils ne le firent pas. En revanche, ils se mirent courir dans sa direction toute allure.

- Non ! cria Trottier fonant dans la direction oppose.

Trottier courrait aussi vite que ses jambes et son ge le lui permettaient ce qui tait bien insuffisant. Les pas derrire lui rsonnaient de plus en plus fort et se rapprochaient. Trottier pouvait sentir le souffle chaud de l'un de ses poursuivants le long de son cou. Dans quelques secondes il serait fait comme un rat.

L'un des deux hommes lui attrapa un bras et le freina violemment, l'autre l'aidant le plaquer contre le mur. Trottier se dbattait comme un diable dans un bnitier, donnant des coups de genoux et de coudes ses agresseurs. Pendant que le plus grand immobilisait sa victime le petit fouillant une poche intrieure en sortait une pierre ronde.

- Laissez-a, sales voleurs ! Rendez-moi a ou alors...

L'autre lui assena un violent coup de poing au visage pour stopper ses cris. Voyant que son geste tait vain il sortit son pistolet et le pointa sur la tempe de Trottier. Il allait tirer et l'abattre de sang-froid.

Un trange claquement dchira l'air. Une sorte de lanire s'enroula autours du bras qui tenait le pistolet. Indy venait de lancer son fouet sur l'homme.

Il tira schement pour dsarmer celui-ci qui cria. Le pistolet alla se perdre dans un des coins les plus obscurs de la rue. Le gros ne devait mme pas tre arm vu qu'il se prcipita tte baisse vers ce maudit trouble-fte. Ce dernier ramena son fouet et lui bloqua la jambe pour le faire trbucher. Mais l'homme semblait aussi puissant qu'un buffle et resta sur ses pieds. Il prit le fouet enroul sa jambe et le tira si violemment qu'Indiana le laissa s'chapper.

Mauvais a !

Si Jones avait eu le bon sens d'apporter son fouet sous son smoking pour la soire, il avait prfr laisser son Webley l'htel. Et lui qui se croyait prudent et organis !

Le buffle le heurta de tout son poids, l'envoyant s'craser contre un mur. Il ne sentait plus ses os. Puis le gros commena l'trangler avec son propre fouet. Jones suffoquait et ses vertbres taient prtes lcher d'un moment l'autre. Il fallait qu'il fasse quelque chose tout de suite, sinon il mourrait sans avoir achev sa qute...

L'assaillant plus petit se trouvait juste en face d'Indiana. Il se contentait de regarder son ami s'occuper de ce touriste trop courageux. Lorsqu'Indy, avec l'nergie du dsespoir, lui assna un violent coup de pied l'estomac celui-ci sous l'impact, se retrouva au sol aprs avoir laiss chapper de ses mains la pierre vole qui atterrit devant son lgitime propritaire. Trottier la ramassa sans tarder puis la remit dans sa veste.

Jones envoya un coup de coude dans le visage du gros qui le lcha en titubant vers l'arrire. Indy prit peine le temps de reprendre son souffle et se rua de nouveau sur son adversaire. Il le frappa plusieurs fois au ventre ainsi qu'au visage. Mais son manque de souffle l'empcha de le cogner de toutes ses forces et le gros dj bien rsistant riposta aussi sec l'envoyant d'un simple coup de poing deux mtres de l, derrire terre.

Les deux agresseurs qui venaient de se relever s'approchaient d'un pas lent vers l'archologue.

Ils n'ont pas l'air commode !

- Achtung, amrikaner ! Achtung ! lana le gros.

Des Allemands ! C'taient des satans Allemands ! Indiana aurait du s'en douter. Et il tait prt parier son chapeau et son fouet qu'ils taient venus pour Trottier ! Ou plutt sa pierre.

Indy tenta de se relever. En vain. Et les deux qui s'approchaient dangereusement semblaient prt le pulvriser. On ne voyait presque rien dans cette pnombre, pourtant Indy devinait sans forcer un sourire au coin de leurs lvres, un grand sourire sournois.

Il tait perdu, lorsque...

- Excusez-moi messieurs...

C'tait la voix de Trottier. Le petit se retourna vers le franais :

- Kesque toi vouloir ? aboya-t-il d'un fort accent allemand.

- Oh, trois fois rien ! lui rpondit-il calmement. J'ai trouv a par terre, je pensais que c'tait vous...

Il pointait un objet vers eux, un revolver. Plus prcisment celui que le petit avait lch quelques instant plus tt.

Indiana ne put s'empcher de laisser chapper un soupir de soulagement. Il s'apprtait se relever lorsque les deux le pitinrent, s'enfuyant toute vitesse. Et Trottier ne semblait pas vouloir tirer.

L'archologue gisait au sol, et il imaginait mal comment sa situation pouvait s'amliorer. O trouverait-il la force de se relever ? Lorsque le gros lui tait pass dessus, il avait eu l'impression de s'tre retrouv sous une locomotive. Maintenant il connaissait la sensation que pouvait prouver un rail !

Trottier s'avana et lui tendit la main.

- C'est un peu tt pour faire la sieste vous ne trouvez pas ?
Nouvelles/Romans










Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure