Fiche de la compagnie Belisa
NomBelisa
PaysFrance
Rôle(s)Développement
Site officielhttp://www.belisa.com
Site annexehttp://blogs.belisa.com
Société de réalisation de programmes audio et vidéo basée à Paris (date inconnue).

Fondé par Thomas Cheysson, scénariste-réalisateur et Yves Nilly, romancier (voir Trivia 1), la société produit des programmes audio pour la radio, mais surtout des courts et longs métrages. Sa "ligne éditoriale" est décalée et engagée. A la lecture de son blog que je vous laisse découvrir, il me semble qu'elle s'en amuse même, et je vous en livre un extrait : "Je présente le joli dossier [...] à la productrice avec qui je travaille presque toujours, Sophie Goupil. Elle me dit quelque chose comme: « tu es cinglé, comment veux-tu que je produise un truc pareil! ». C'est bon signe, je pense que Les Poissons Volants, sa société de production, produira le projet."

À partir du milieu des années 90, la société investit le domaine des loisirs interactifs avec un projet ambitieux et non moins encore sous-jacent, puis qu’alors balbutiant : le Digiscope. Comment définir le Digiscope ? Je dirais un nouveau medium, mais comme je n'arrive pas à faire mieux, je citerai encore une fois ses auteurs : "Il s’agit de deux exploitations d’un même objet : un roman interactif qui est à la fois un jeu vidéo et un film d’animation. [...] Une identité visuelle et sonore parfaite entre l’écran de cinéma, de télévision, de l’ordinateur. Les mêmes images, les mêmes sons, la même histoire. De l’émotion dans la salle obscure à l’action devant l’ordinateur ; les mêmes images qui, tout à coup, se plient à la volonté du spectateur devenu acteur."

En attendant «Loya», le premier Digiscope, la société se fait la main sur «Isabelle» (voir Trivia 2). Il va sans dire que la critique populaire est très partagée alors que la critique des plus hautes sphères est dithyrambique. Vous lirez les références du jeu sur sa fiche, mais citons ici simplement deux prix remportés au Mœbius 1999 : Prix de la Critique et Prix de la Fiction. «Isabelle» n'était qu'un préambule à «Loya» et ce dernier est même annoncé pour une sortie en septembre 2002. La technologie sous-jacente, ainsi que les moyens financiers ont semble t-il manqué à Belisa puisque le titre ne sortira pas et qu'il rejoindra notre Chambre Vaudoue. Dernière incartade de Belisa dans l'interactivité vidéo-ludique : «Belphégor».

La société Belisa existe toujours de nos jours et continue son petit bonhomme de chemin, toujours dans l'engagement et l'alternativité.

Son adresse postale : 17 rue Visconti, 75006 Paris.


Trivia 1
il est naturellement plus aisé d'écrire sur le premier car, bien qu'il ne le clame pas aussi haut et fort que cela (la peur de passer pour un "fils de", peut-être), il est le fils de Claude et de Danièle, ce qui parlera à certains d'entre vous. Je me suis promis de ne pas écraser la fiche par ce hors-sujet, mais cette filiation explique en grande partie l'engagement de la société. Quand on a partagé très jeune les voyages de ses parents (je pense par exemple à un voyage documenté dans l'ex-Guinée française), cela ne peut pas ne pas laisser de traces.

Trivia 2
Belisa en verlan ? et/ou Isabelle Arvers dans la vraie vie ? J'arrête ici mes investigations à deux balles pour ne pas avoir de réponses à mes questions ... mais j'ai bien ma propre opinion à ce sujet !


Jeux développés








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure