Les news de LTF

Sorties

Sauvegarder la mémoire - avec le CNJV et la BnF

Par Wokie, complété par Hoagie 17/12/2017 1 commentaire

Bertrand Brocard, avec le CNJV et la Bibliothèque nationale de France, nous ont invité ce 13 décembre à une journée pour un colloque autour de la sauvegarde du patrimoine vidéoludique. Cette journée avait pour but de rassembler le temps d'une journée les principales associations, acteurs et actrices de ce milieu afin de pouvoir échanger leurs vues et surtout, faire en sorte qu'on puisse tous se regrouper et, pourquoi pas, travailler ensemble. Tout le monde était bienvenu pour assister aux différentes tables rondes afin de découvrir toutes les sensibilités, toutes les idées, tous les travaux qui sont réalisés actuellement en France dans ce domaine. Bertrand Brocard a même réussi le tour de force de réunir politiques, institutions, associations, chercheurs et étudiants, professionnels, journalistes et passionnés. Abandonware France a été invité à s'exprimer lors d'une table ronde sur le répertoriage, le référencement et l'accès. Cette journée promettait donc d'être très chargée, et elle le fut.

Le matin, avec Hoagie, nous allons visiter les coulisses de BnF. Nous croisons déjà quelques connaissances, comme le journaliste Patrick Hellio, avec qui nous discutons. La collection Charles Cros, que nous connaissions déjà pour l'avoir visitée lors des journées du patrimoine, regroupe de nombreux appareils audio, consoles et ordinateurs entreposés dans des vitrines au 17ème étage d'une des tours de la BnF. On nous explique la façon dont les machines sont collectées et les détails du dépôt légal. Puis, très rapidement (plusieurs groupes se succèdent dans la matinée), on nous envoie dans les sous-sols pour découvrir un lieu que la BnF ouvre très rarement, les magasins, c'est-à-dire le lieu où sont préservés les jeux vidéo (et les autres articles comme les livres, les films, etc.). On nous montre les différents formats de boîtes qui contiennent les jeux, les étagères, le classement, les conditions de stockage... Et hop, nous voilà partis dans les bureaux de numérisation. Près d'une sorte d'armoire électronique servant à réaliser les sauvegardes de disques optiques, on nous parle du processus d'archivage et de l'utilisation de "solutions de contournement" (expression plus acceptable que "crack"). Et on continue la visite au pas de charge pour nous faire découvrir la salle de lecture, le lieu où l'on peut (sur accréditation) observer, découvrir les documents et les jeux. Enfin, on termine la matinée dans une salle de lecture dédiée au public où l'on peut jouer à une sélection de jeux sur cinq machines (des PC, une PS4, une PS3).

Une fois la visite terminée (elle aura duré 1h30), nous allons déjeuner rapidement. Nous revenons à la BnF pour le début du colloque proprement dit à 14h. UBN22 et VegetableMan nous ont rejoints. Je suis au premier rang avec tous les invités et mes amis me soutiennent juste derrière. Bertrand Brocard ouvre ce colloque dans la bonne humeur. Après un discours prononcé par le député Denis Masséglia, Marion Coville et Benjamin Barbier (chercheurs) parlent du jeu vidéo en tant qu'objet culturel et de la patrimonialisation, puis Elodie Bertrand (BnF) et Isabelle Astic (Musée des Arts et Métiers) présentent les enjeux de la patrimonialisation et les problèmes soulevés dans ce domaine par les modèles économiques récents (les éléments de jeux sur un serveur distant et protégé, par exemple). Bertrand profite de l'occasion pour ouvrir un carton d'objets de sa collection personnelle, avec entre autres un trombinoscope du personnel d'Infogrames dont plusieurs visages se sont retrouvés dans des jeux Cobra Soft, des ébauches pour la couverture d'un jeu...


Je présente le travail d'Abandonware France

Arrive l'heure de mon intervention. Je monte sur l'estrade avec Marie-Pierre Bodez (BnF) et Joseph Redon (Game Preservation Society). Mes deux collègues parlent et présentent leur travail sur leur base de données et le travail immense du référencement. Quand j'entends les chiffres, je me sens tout petit. Je clos cette intervention. J'avoue avoir été tendu à ce moment-là, je suis plus à l'aise derrière un clavier à coder ou à remplir la base de données qu'à faire la présentation devant 200 personnes. Mais j'ai pu présenter une partie de notre travail, notre philosophie et notre base de données. J'ai bien entendu parlé de notre travail de mise en ligne des jeux, je n'ai pas caché ce travail illégal mais indispensable que nous assumons. J'ai malheureusement oublié de parler de notre travail sur la création des images-disques et de la mise en place des abandonware faciles, mais cela sera pour une prochaine fois.

Après une intervention de Bruno Bonnell en vidéo, car il ne pouvait être des nôtres, la première session se termine avec le SELL, le SNJV et Laurent Cluzel, qui présentent la vision des éditeurs et des créateurs. Laurent Cluzel nous raconte avoir pris conscience de l'importance de cette tâche de sauvegarde de la mémoire, d'une part parce que certaines de ses disquettes contenant des projets de jeux inachevés sont devenues illisibles, et d'autre part parce qu'il compte déjà trois décès parmi ses connaissances du milieu du jeu vidéo, et leur travail est perdu à jamais. Bertrand Brocard, lui, présente une étude sur l'archivage, étude qu'il a réalisée auprès des éditeurs lors de la Paris Games Week un mois plus tôt, montrant que les éditeurs n'avaient que peu de temps et de moyens à y consacrer, quand ils ont l'idée de le faire, mais qu'ils étaient prêts à collaborer si on les assistait dans cette démarche.

La pause arrive, Hoagie rencontre David Téné et lui pose quelques questions sur la traduction d'«Indiana Jones and the Fate of Atlantis», et nous croisons Wanda, ex-journaliste de Joystick de 1996 à 2002.


Un public attentif

Le colloque continue (et je suis nettement moins tendu). Avec Alexis Blanchet, Colin Sidre (chercheurs) et Yves Bolognini (Musée Bolo), la conservation et le pourquoi de cette conservation sont à l'honneur. Denis Lechevalier et Jean-Philippe Humblot (BnF) nous expliquent les difficultés techniques rencontrées lors de la création d'images-disques. On y apprend l'existence de logiciels capables d'analyser en profondeur l'état d'une disquette, les moyens de récupérer le maximum de données, la démarche adoptée si une disquette originale contient un virus (réponse : on le garde !)... Enfin, le colloque s'achève avec les grandes associations (Mo5, Silicium et WDA) qui débattent avec Jean Zeid (France Info) de la conservation des vieux micros et consoles, du conflit entre purisme et utilisation de l'émulation...

Alors que Ian nous aura rejoint à la fin de la journée, nous terminons la journée au 18ème étage d'une des tours de la BnF pour un petit cocktail qui fut l'occasion de mieux nous connaître ; à la fin, je n'avais plus de carte de visite. Nous avons quitté la BnF en compagnie de Wanda qui était intarissable en anecdotes sur la rédaction de Joystick et ses rencontres avec Blizzard, John Romero, John Carmack, Warren Spector, Richard Garriott...

Ce colloque n'était qu'une première journée, et ce fut pourtant une belle réussite. Nous avons pu discuter avec beaucoup de monde, ce fut un véritable plaisir de rencontrer ou retrouver tout ce beau monde. Même si nous partageons tous le même but, ces discussions ont montré l'importance de notre travail et cela m'a permis parfois de me remettre en cause sur cette idée. Bertrand Brocard a réussi à faire en sorte qu'il y ait du monde, que toutes les visions soient représentées. Comme le disait Pascale Issartel, Directrice du département de l'Audiovisuel à la BnF, c'était frustrant car nous n'avons fait qu'effleurer les choses. Mais le but était de montrer toutes les actions, tous les enjeux et toutes les problématiques. Nous sommes tous d'accord pour dire qu'il y a urgence pour les jeux les plus anciens, et il y a de grandes questions pour les jeux récents et surtout les nouveaux usages (modèle freemium, mobilités, mises à jour constantes...).

Nous attendons avec impatience une nouvelle journée qui, là, irait plus dans le fond des choses, avec moins d'intervenants. Merci à celles et ceux que nous avons croisés et avec qui nous avons discuté. Nous serons présents la prochaine fois, que cela soit dans le public ou en tant qu'intervenants si nous y sommes invités à nouveau.

PS : le CNJV devrait mettre en ligne une vidéo, soit de la totalité de la journée, soit une sélection des interventions. Nous vous tiendrons au courant.

PS2 : Voici une sélection de photos que nous avons prises. Quelques photos sont de MO5 et du CNJV.
Les commentaires

Wda
le 28/12/2017 23:10
Salutations chers partenaires... ;-) Notre debriefing est en ligne : http://forum.wda-fr.org/viewtopic.php?f=18&t=2566
Ajouter un commentaire
Pour ajouter un commentaire, vous devez être connecté, ou vous inscrire à la zone membres.
> Connexion / Inscription









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure