Indiana Jones and the Fate of Atlantis
Année
Développement
Adaptation française
Edition
Distribution (France)
Systèmes
systeme systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.72
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
594 votes




titre Rappel

Ce jeu n'est pas abandonware. LucasArts ne souhaite pas le voir en libre distribution. Cette fiche ne proposera donc pas son téléchargement.


titre Scénario

1939. Indiana Jones fouille les archives du Barnett College afin de retrouver une statuette pour le compte d'un certain M. Smith. A peine lui a-t-il remis la statuette que Smith le menace d'une arme. Dans la bagarre qui suit, Smith parvient à s'enfuir avec la statuette (et la perle de métal qu'elle contenait) mais y laisse son imperméable, dans lequel se trouvent sa carte d'identité et une coupure de journal. Le professeur Jones découvre alors que Smith n'est autre qu'un agent nazi et qu'il s'intéresse à une de ses anciennes expéditions qu'il avait effectuée avec Sophia Hapgood, une collègue devenue médium. Le temps de retrouver Sophia à New York, il apparaît qu'elle et les nazis éprouvent la même fascination pour l'Atlantide : elle parce qu'elle est capable d'invoquer l'esprit du dieu atlantéen Nur-Ab-Sal, eux parce qu'ils veulent mettre la main sur l'oricalque, un métal rarissime et doté d'une énergie extraordinaire, assez pour donner au Troisième Reich l'énergie illimitée dont a besoin son armée pour dominer le monde. Indiana Jones va devoir s'allier avec Sophia pour contrecarrer leurs plans.


titre Présentation

Après "Indiana Jones et la dernière croisade", Harrisson Ford a décidé d'arrêter d'incarner le héros au chapeau et au fouet (qui a dit "il aurait dû s'y tenir" ?). Heureusement, la licence était toujours disponible pour d'autres supports, comme la BD... Et les jeux vidéo. C'est ainsi qu'un nouveau scénario fut écrit par Hal Barwood (qui a déjà travaillé pour le cinéma) et Noah Falstein, en se basant sur une mythologie au moins aussi fascinante que le Graal : l'Atlantide. Autant le dire tout de suite, ce scénario est remarquable et aurait pu servir de base à un quatrième film tant il est fidèle à leur esprit. Peut-être même trop, et c'est bien là le seul reproche qu'on puisse lui adresser : il suit en effet à la lettre la trame du premier et du troisième épisode (ce qui isole encore davantage "Indiana Jones et le temple maudit"), à savoir :
- Les nazis veulent s'approprier un objet / lieu mythologique
- Indiana Jones doit faire équipe avec une femme pour les en empêcher
- Ils cherchent plusieurs artefacts permettant de localiser l'objet dans des endroits exotiques
- Un(e) de ses ami(e)s est enlevé(e)
- Poursuite en véhicule pour le/la retrouver et arriver avant les nazis (voitures, tanks, ou ici sous-marin)
- Arrivée simultanée d'Indiana Jones et des nazis sur le lieu sacré
- Mort atroce des nazis punis pour leur cupidité
- L'objet / lieu est détruit ou hors d'atteinte pour le reste de l'Humanité
Tout cela sent donc un peu le réchauffé, mais quand c'était tellement succulent à la base, comment refuser du rab ?

«Indiana Jones and the Fate of Atlantis» nous ressert toutes les qualités de son illustre prédécesseur : des énigmes et dialogues comme s'il en pleuvait, un labyrinthe souterrain (les ruines de Crête), un bâtiment à explorer en esquivant les nazis (l'Atlantide, aussi grande que la château de Brunwald), des combats, et encore plus de scènes d'arcade (course en voiture, en chameau, en montgolfière, pilotage de sous-marin). Et il ajoute un ingrédient supplémentaire : ce n'est plus un, mais trois jeux en un ! En effet, une fois les "Dialogues perdus" de Platon récupérés, on a le choix entre trois cheminements différents : réflexion (plus d'objets et d'énigmes), action (plus de combats et de scènes d'arcade) et coopération (compromis entre les deux voies précédentes avec l'aide de Sophia et plusieurs énigmes coopératives). C'est encore plus efficace que le score pour donner envie d'y rejouer ! Chaque cheminement propose des objets, des scènes et quelques décors que les autres n'ont pas, jusqu'à la partie finale dans l'Atlantide qui est commune aux trois. C'est une idée fabuleuse (encore une).

«Indiana Jones and the Fate of Atlantis» appartient à la troisième génération de jeux d'aventure de LucasArts, comme «Monkey Island 2». Cela signifie : interface SCUMM à neuf verbes, VGA 256 couleurs, système sonore iMuse. Bref, le top. Alors que les graphismes de «Monkey Island 2» avaient un look de BD pas trop retouchée, ceux de «Indiana Jones and the Fate of Atlantis» sont bien plus retouchés et fins, du VGA dans toute sa splendeur. Les musiques sont elles belles en mode Sound Blaster et carrément sublimes en mode Roland MT-32. Les lieux visités sont plus exotiques que dans «Indiana Jones and the Last Crusade» : que ce soit en Crête, en Amazonie, ou en Algérie, le dépaysement est garanti. Quant au scénario, je l'ai déjà dit, il est passionnant et fidèle à l'esprit de la série. Bien que les accrochages du professeur Jones avec ses acolytes féminines soient une constante de la série, c'est un vrai plaisir de le voir s'escrimer avec la rousse Sophia (qui a infiniment plus de personnalité et de charme qu'une vulgaire Lara Croft). Bref, une nouvelle merveille pour LucasArts. Ca commence à faire beaucoup !


titre Lancement sous DOSBox

Lancez le fichier PLAYFATE.EXE pour lancer le jeu en version sonore Roland Mpu-401. Exécutez PLAY.BAT pour le jeu en version Sound Blaster.

'Ctrl'+'X' pour quitter.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure