Wild Streets
Année
1990 (Sortie FR)
Genre
Développement
Edition
Distribution (Espagne)
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.74
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
271 votes


titre Présentation

Très proche de «Knight Force», avec lequel il doit partager plus d'une routine, «Wild Streets» est un jeu de baston en solo dans lequel vous incarnez James Taylor, un super-flic chargé de retrouver le chef de la CIA enlevé par les malfrats d'une métropole étasunienne. Il emporte avec lui ses plus fidèles amis : son Magnum 357 et sa panthère noire apprivoisée. De toute évidence, Titus a joyeusement copié tous les beat'em ups en vogue à l'époque et adaptés sur micros. La vue générale rappelle «Dragon Ninja», et la panthère ne peut que faire penser au loup de «Shadow Dancer». Au moins, «Dragon Ninja» permettait de se placer au sol ou en hauteur; «Wild Streets» ne permet que d'aller vers la gauche ou la droite et de distribuer coups de poing ou de pied. S'il n'y avait que ça...

Sur Amiga, «Wild Streets» n'est pas bien palpitant. Les graphismes sont moins jolis que ceux de «Knight Force», la musique qui tourne en boucle est vite gavante, seuls les bruitages de coups sont bien placés. Les ennemis arrivent aléatoirement des deux côtés de l'écran et avancent bêtement vers le héros, aucune trace d'intelligence dans leur comportement : pas la peine de chercher à les affronter, le plus important, c'est de passer à l'écran suivant, point. Le revolver permet de gagner du temps, mais mieux garder trois ou quatre balles pour les boss. Quant à la panthère, elle est aussi bien animée qu'inutile : elle se contente de vous suivre et de tourner en rond, en sautant parfois sur un ennemi si l'envie lui en prend. Une vraie feignasse. Le plus drôle arrive lorsque vous parvenez au bout du cinquième niveau (c'est faisable en un quart d'heure) : après avoir libéré le chef de la CIA, vous n'avez plus qu'à refaire tous les niveaux dans le sens inverse, sans votre panthère (visiblement partie claquer tout son pognon au baby-foot), mais suivi de votre chef, dont la présence n'a pas l'air de préoccuper les voyous. C'était apparemment trop demander de repartir dans un véhicule spécial ou en empruntant un raccourci. Bref, une fois que vous vous êtes retapé tout le trajet en sens inverse, vous aurez enfin droit à l'écran final.

Sur PC, les choses s'aggravent. En cours de partie, la musique a disparu, et les bruitages sont beaucoup moins évocateurs. Comme en plus, les personnages se déplacent quasiment en accéléré (à moins de ralentir le programme), le jeu perd le peu d'intérêt qu'il avait. «Wild Streets» est un des trop nombreux jeux produits à la va-vite par Titus qui ont contribué à leur mauvaise réputation, même si les notes élevées qu'il a obtenues à sa sortie laissent songeur.

titre Lancement sous DOSBox

Allez dans le répertoire correspondant à la version à lancer et exécutez WILDEGA.BAT ou WILDCGA.BAT.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure