Warlords
Série
Année
1990 (Sortie FR)
Systèmes
systeme systeme
Multijoueurs
Dosbox
Compatible avec la version 0.70
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
519 votes


Huit armées fantastiques, des cités médiévales à conquérir, un grand royaume à dominer : soyez plus malin que vos adversaires ! Dans un jeu de stratégie au tour-par-tour, à la souris et au clavier, menez vos troupes à la victoire contre l’ordinateur… ou vos amis !

titre Aux origines…

… il y avait «Warlords». Paru en 1990 sur supports PC et Amiga, puis quelques années après sur Mac, «Warlords» est l’épisode originel de cette série : développé par SSG pour Strategic Studies Group, voici un wargame au tour par tour mettant en scène des hordes d’armées aussi bien humaines que bestiales. D’inspiration médiévale et fantastique, tout comme ses suites : petit tour d’horizon.

C’est donc dans le fantastique Royaume d’Illuria poil-au-doigt que cette pastorale fable s’expose. Le bucolique n’est pas du goût de tous : l’infâme Lord Bane, odieux Seigneur fourbe de la perfide sombre noirceure du chaos, qui voit toute cette gerbante verdure du haut des grandes tours de son obscure citadelle, veut faire trrrrembler les pauvres et faibles créatures d’en bas !
Du coup, comme c’était parti pour bien barder, les sept autres nations au caractère bien trempé – humains, elfes, géants, nains, veaux, vaches, cochons… pardon, orcs, et cavaliers sauvages (Rrrrr) – ont enfilé leurs rutilantes armures, et sont parties à la fête aux marrons du royaume.

titre 1-frapper fort ; 2-discuter

Le jeu propose des joutes à 8 joueurs au tour-par-tour. Soit jusqu’à 8 joueurs contrôlés par les joueurs, le restant par l’ordinateur. Il faut donc choisir sa race de départ parmi les huit proposées – pour définir ainsi l’emplacement de départ sur la carte – et le niveau de difficulté des opposants virtuels — de chevalier (facile) à seigneur de la guerre (arrgh).

Ensuite, il faut dominer le royaume : un principe du jeu aussi simple que redoutable. Prenez le contrôle des huit cités principales, mettez en échec chacun de vos adversaires, et – à toi Dora – : c’est gagné !

Le programme propose un contenu assez limité, mais malgré tout assez complet pour la partie : il n’y a qu’une carte, mais elle possède de nombreux points stratégiques. Notamment, la diversité de l’environnement (montagne, forêt, fleuves) sera à prendre en compte pour la difficulté des déplacements. Et selon sa position de départ, la stratégie de guerre pourra changer du tout au tout.
Durant la partie, vous pourrez ainsi créer des armées qu’il faudra payer avec vos deniers gagnés durant les batailles. IL faudra aussi préserver vos puissants héros jusqu’à la victoire ! Ceux-ci apparaissent régulièrement durant la partie, et ce dès le début : ils vous octroieront une puissance de frappe à ne pas négliger. Et soyez sûr que la partie réservera quelques surprises à découvrir…

Les confrontations se déroulent de manière aléatoire, selon le nombre et la puissance de vos armées. Et ça va vite. Attention donc de ne pas attaquer à la légère, et vous retrouver décimé en deux-temps-trois-mouvements.

titre Sobriétum

Malgré une sobriété apparente, l’écran principale étant séparé en deux fenêtres principales (carte et zone de jeu), le titre propose plusieurs niveaux de menus. Les icônes ne sont pas forcément très claires, et il faut parfois un peu tâtonner pour s’en sortir. D’autant qu’il existe un menu textuel en haut de l’écran avec des fonctions supplémentaires qui sont, bien entendu, nécessaires à la partie. Un récapitulatif globale des commandes, inspiré de la notice d’origine, se situe en annexe en fin de test, n’hésitez pas à aller y faire un tour au besoin.

«Warlords» propose une jouabilité qui mêle à la fois souris – à coups de clics et double-clics – et clavier – touches de fonctions, flèches directionnelles, et combinaisons indiquées dans les menus pour diverses options. On s’adapte assez vite, malgré une certaine lourdeur de l’interface. Mais surtout, étant donné que le jeu laisse le temps de la réflexion de par son principe, il est aisé de rechercher ce dont on a besoin en prenant son temps.

La conception du jeu est d’assez bonne qualité pour l’époque. Le graphisme reste simple, mais coloré. Les animations sont assez sommaires, mais bien suffisantes. Côté sonore, le jeu fait partie de cette époque délicieusement silencieuse et ponctuée de rares bruitages : validations (bips), quelques sons digit' qui mettent l’ambiance nécessaire ; c’est réussi.

Il reste la durée de vie : on se dit qu’avec une seule carte, on va vite faire le tour du jeu. Mais détrompez-vous : le fait de pouvoir incarner chacun des camps, de pouvoir jouer à plusieurs, de pouvoir accroître la difficulté, et surtout de pouvoir sauvegarder, implique des parties particulièrement longues. Et addictives. Certes : lorsqu’on aura compris les principes et secrets du gameplay, la partie deviendra un peu plus simple, mais en attendant de faire le tour et de venir à bout de toutes les armées, comptez plusieurs heures de jeu. Bon point pour ceux qui s’ennuient durant leurs longues soirées !

titre Et les vainqueurs vainquirent

Il fallait bien que ça arrive. «Warlords» débarqua un beau jour de 1990 sur nos écrans, et c’était le début d’une grande épopée qui allait mettre en scène les Seigneurs de la Guerre. «Warlords» pose ses bases, plutôt bonnes.

Le jeu n’est pas exempt de défauts : on note une certaine lourdeur de l’interface globale, et un contenu très limité. Mais «Warlords» affiche déjà de grandes qualités : son aspect stratégique au tour-par-tour couplé à son gameplay est redoutable, et les parties sont longues et passionnantes. Sa simplicité générale est, en fait, une grande force. Du très bon, qui ne demandera plus qu’à s’améliorer pour devenir plutôt complet ! Et amusant, c’est le principal, non ?

titre Lancement sous DosBox

Pour lancer la démo, exécutez le fichier WARDEMO.EXE.
Pour lancer le jeu, exécutez le fichier WARLORDS.EXE

titre Utilisation des menus

Récapitulatif rapide des commandes principales, et surtout les moins instinctives, du jeu :
SÉLECTIONNER
-> Sélectionner les troupes : 1 clic pour l’unité principale (petit carré), double-clic pour sélectionner le groupe complet (grand carré).
-> Désélectionner les troupes : icône du drapeau barré (barre verticale centrale).

PRODUIRE
-> Produire des troupes : clic sur l’icône avec l’épée et le bouclier, puis sélection de la cité alliée.
-> PROD : pour produire, après sélection du type de troupe.
-> LOC : pour produire ET déplacer sur une autre cité (après avoir lancé la production, choisissez la cité qui accueillera cette nouvelle troupe).

ATTAQUE
-> Une attaque peut être lancée lorsque l’icône de l’épée s’affiche à la place du curseur de souris, au-dessus d’un ennemi ou d’une cité : pour lancer une attaque, il faut être situé de manière adjacente au point d’attaque.

CARTE DU JEU
-> Déplacement avec les flèches directionnelles, touche ESPACE pour recentrer sur l’unité sélectionnée (même fonction que l'icône CTR sur la barre verticale centrale).

INFO (icône [?] sur la barre verticale centrale)
-> Indique quelques informations stratégiques de type : unités en blanc=plus de déplacements possibles, unités en rouge=déplacements restants.

SUIVANT (icône NXT sur la barre verticale centrale)
-> Passe à l’unité alliée suivante.

QUIT (icône QUIT sur la barre verticale centrale)
-> Pour ignorer une unité, et sélectionner la suivante disponible.

DEFENSE (icône DEF sur la barre verticale centrale)
-> Pour ignorer une unité de manière définitive sur le tour en cours (à moins d’une re-sélection manuelle), et sélectionner la suivante disponible.

FONCTIONS DU MENU ACCESSIBLE EN HAUT DE L’ÉCRAN (par clic en haut).
  • Orders

-> BUILD : en sélectionnant l’unité sur place, pour créer une tour de défense hors-cité, ou accroître la défense de la cité.
-> CAPITAL : pour retourner à l’emplacement de votre capitale principale (début de partie) ; si elle est perdue, une nouvelle capitale est calculée par le jeu.
-> DISBAND : pour se débarrasser d’une unité (trop cher, etc.).
-> RAZE : pour raser une de vos cité (en sélectionnant l‘unité à l’intérieur).

  • Hero Actions (lorsque le héros est sélectionné)
-> TAKE : permet de ramasser un objet parmi la liste proposée, le cas échéant.
-> DROP : contraire de TAKE. Permet de déposer un objet, pour qu’un autre héros puisse le ramasser ensuite.
-> SEARCH : permet de trouver des ruines, etc., seul moyen de trouver des objets magiques ou des sorciers.
-> FIND : permet de localiser tous vos héros sur la carte.
-> INVENTORY : inventaire actuel du héros.

  • Reports ; différents graphiques d’infos stratégiques comparatifs indiquant pour chaque joueur :
-> ARMIES : la quantité d’unités.
-> CITIES : la quantité de cités.
-> GOLD : la quantité d’or
-> HATRED : le degré d’entente entre chaque armée adverse et la vôtre.
-> PRODUCTION : le pourcentage de cités productives d’unités. Sur la carte, blanc=produit sur place, jaune=produit pour une autre cité, rouge=ne produit rien.
-> WINNING : le degré de réussite de chaque joueur pour la partie en cours.

  • Game Features
-> OBSERVE ON/OFF : choisir pour montrer visuellement ou non les actions des joueurs contrôlés par la machine (accélère ainsi la partie).
-> LOAD : charger la partie.
-> SAVE : sauvegarder parmi plusieurs emplacements disponibles.
-> QUIT : quitter le jeu.
-> END TURN : pour terminer votre tour de jeu.
-> AUTO CENTRE : fonction identique à la barre d’espace, ou l’icône CTR de la barre verticale centrale.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure