Sabrina, l'apprentie sorcière
Titre américain
Sabrina, the Teenage Witch : Brat Attack
Année
1999 (Sortie FR)
Développement
Production audio
Distribution
Systèmes
systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
1015 votes


titre L'HISTOIRE

Alors que Sabrina est occupée, un employé des postes livre un colis que Salem réceptionne. Le chat ouvre le paquet et y découvre une étrange casquette. Il la pose sur sa tête et disparaît. Alertée par le bruit, Sabrina apprend par le Conseil des Sorciers que Salem a mis la patte sur un objet aux pouvoirs extraordinaires. Jugée responsable du danger que Salem fait courir au monde, Sabrina doit retrouver Salem et rapporter la Casquette du Pouvoir. Mais sa peste de cousine, Amanda, pourrait bien trouver cet objet magique avant elle.
Dans ce jeu d'aventure-action, vous devez retrouver Salem et retrouver la casquette du pouvoir. Et gare à l'échec, sinon Sabrina sera transformée en chat (c'est une manie qu'ils ont les sorciers qui siègent au Conseil!)

titre LE GAMEPLAY

Le jeu propose d'incarner l'apprentie sorcière à la troisième personne, avec point de vue isométrique. Même si le jeu est réalisé avec des personnages de dessin animé, il s'agit bien de l'adaptation de la série avec des personnages réels et non de la série animée, postérieure au développement du jeu. Une série qui, entre 1996 et 2003, a produit 163 épisodes et trois téléfilms ( et on ne compte pas les romans à l'eau de rose).
Les lieux sont rigoureusement identiques, ainsi que l'ameublement de la maison ou la disposition des casiers dans les couloirs du collège Westbridge. Par contre, les tantes Hilda et Zelda, particulièrement truculentes dans la série, sont totalement absentes ici. En fin de compte, vous disposez de Sabrina et de Salem, et passez votre temps à chercher Amanda.
Pour parvenir à votre objectif, vous allez d'abord vous efforcer de retrouver Salem. Puis, une fois récupéré, le chat devra vos avouer avoir été détroussé de sa casquette du pouvoir. Et vous devrez retrouver quatre objets magiques pour affronter Amanda dans un labyrinthe enchanté. Un jeu bien linéaire, d'autant qu'il cible un public de pré-ados, et plus précisément de filles âgées de 8 à 14 ans.
Première remarque en débutant le jeu, c'est l'utilisation des couleurs et des détails. Les motifs des tapis sont bien apparents, les lames de parquet sont réalistes, les touches de piano semblent attendre que quelqu'un joue avec elles. On peut dire que les couleurs sont chatoyantes, et donnent envie d'explorer tous les recoins. Le portrait de Tante Louisa, qui trône à l'entrée de la cuisine, est fidèle à la série et peut vous donner des indices quand vous cliquez dessus. Le Livre de Magie est également haut en couleurs et vous invite à entrer dans un monde féérique.
L'interface est intuitive. Des symboles apparaissent lorsque vous passez avec la souris sur le décor, dessinant un tourbillon ou encore une croix, afin de pousser le joueur à résoudre une énigme en interagissant avec tel élément ou avec tel personnage. Les issues sont faciles à identifier, car en se rapprochant d'elles, et en passant le curseur sur elles, une grosse flèche bleue foncée apparaît, ainsi qu'un bruit de timbale caractéristique pour réveiller le joueur endormi.
En ce qui concerne l'inventaire, tout a été conçu pour simplifier la vie des jeunes joueurs. Tout se passe en bas de l'écran de jeu. A gauche, vous avez le mini labo. En l'ouvrant, vous disposez d'un chaudron, de recettes et d'ingrédients. Bon, les recettes et les ingrédients, faut aller les chercher tout de même. Les recettes sont disponibles à partir de CD qui se trouvent dans le décor. Seize sorts à trouver jusqu'au dernier tableau. Et les ingrédients jalonnent les sentiers empruntés par notre héroïne. Parmi les trésors à ramasser, en passant simplement à proximité, vous avez des chaussettes puantes, des nez de géants ou des pois de sept ans.
Pour les recettes, les développeurs ont fait preuve d'imagination avec des sortilèges à utiliser contre les ennemis ou sur Sabrina elle même. Pour zapper les créatures maléfiques, vous pourrez jeter des sorts de Vaporama ou d'Explositor. Si vous vous sentez d'humeur badine, lancez un sort de polichinelle pour transformer vos ennemis en diablotins inoffensifs qui surgissent de leur boîte.
Et sur Sabrina, vous pourrez utiliser le classique philtre d'invisibilité ou, plus original, le sort Et si j'étais deux pour dédoubler votre personnage, et créer un leurre qui attirera la moitié des ennemis. Un sort pour s'ouvrir une route, en somme.
Bien sûr, pour élaborer un sort, il faut disposer de la recette, des ingrédients, et les jeter dans le chaudron selon l' ordre indiqué par la recette.
Au centre de votre inventaire figure l'inventaire des sortilèges. Vous pouvez fabriquer vos sorts à l'avance. Ils sont stockés et c'est cette fonction qui permet de les trier et de les choisir en fonction de vos besoins.
A droite, c'est la Barre d'énergie, composée d'une jauge classique, qui devient rouge au fur et à mesure de votre affaiblissement. Vous pouvez trouver des cartes d'énergie pour retrouver de la force. En cas de Game Over, vous vous retrouvez automatiquement dans les Limbes, qui seront l'endroit le plus fréquenté au terme de votre aventure. Mais heureusement, la fenêtre coulissante est un moyen de retourner dans le lieu souhaité. Une voix Off vous guidera: "Un raccourci? En veux-tu, en voilà!"
Parlons-en de ces voix: elles sont incessantes et se superposent à la musique, elle aussi tonitruante et permanente. La voix de Sabrina qui réfléchit à voix haute, la voix de Salem qui lui dit d'agir, la voix du conseil de sorciers qui vous met la pression lorsque vous laissez Sabrina le nez en l'air, le temps d'aller faire une pause pour ne pas risquer de crise d'épilepsie, conformément aux prescriptions de la notice...
Enfin, tout à droite, vous disposez de l'icone S qui permet d'arrêter la partie et de retourner au menu. D'ailleurs, la partie est automatiquement sauvegardée au moment où vous quittez.
Le jeu est plutôt linéaire. Ce sont des lieux à débloquer en résolvant de petits puzzles, avec des classiques adaptés à un public de novices. Au démarrage du jeu, vous verrez de nombreux verrous sur les portes. Mais une fois déverrouillés, les accès se méritent par le biais de puzzles dont vous viendrez à bout avec facilité. Par exemple, pour aller à la boutique de chaussures, il faudra utiliser des escalators et trouver l'interrupteur qui inverse le mouvement de la mécanique.Ou trouver des clés, des objets, détourner de la lave pour accéder à une trappe...Les déplacements se font en mode Point and Click, ou au clavier, selon la dextérité de chacun. Mais la souris permet de dénicher les zones sensibles et de révéler les issues, les énigmes à résoudre. Petite remarque: le studio aurait pu mieux faire avec la maniabilité.
Tous les lieux (à part la maison de Sabrina) sont frappés de maléfices, car Amanda, la peste que vous passez tout le jeu à chercher, a cherché à vous retarder en enchantant les objets. Il faudra éviter des mains qui sortent des affiches, des tentacules qui sortent des casiers du Collège, des pizzas transformées en armes de jet, des rats ou des créatures de toutes sortes.
Et vos sortilèges vous seront d'une utilité fondamentale, évidemment. Et puis il vous faudra chercher la sortie de labyrinthes où vous ne serez pas longtemps perdus, sauf si vous n'êtes pas des joueurs d'aventure aguerris.

titre LES DEBUTS DE LA POTTERMANIA

Lorsque Knowledge Adventure a acquis les droits de la série à succès, la sorcellerie était en passe de redevenir un phénomène de mode. Déjà se profilaient des succès que le monde de l'Entertainement allait exploiter via tous les médias et supports imaginables. Knowledge Adventure l'a tellement bien compris que le studio a décliné Sabrina en deux projets,rien que pour 1999. Un premier projet adapté pour PC est sorti au début de l'année, intitulé «Sabrina, Spellbound».
L'autre jeu PC a été développé par le studio Hypnotix, dont les prouesses avaient été observées avec des jeux comme «Private Eye» ou encore «Might and Magic 7».C'est d'ailleurs l'un des graphistes de ces jeux, Michael Cayado, qui a dirigé l'équipe composée d'une dizaine de graphistes 2D et 3D.
Côté bande originale, Knowleddge Adventure a chargé le très réputé studio Green Street de prendre en charge le son. Près de 700 fichiers, avec des dialogues parfois longs, ou des interjonctions plus ordinaires ( "Cooool!") ponctuent ce jeu où le son tient un rôle de premier plan. 205 bruitages et jingles accompagnent les aventures de Sabrina, et 12 thèmes aux accents disco, dance, techno, et même jazzy (lorsque Sabrina entre dans le Livre de magie) déchargent des mélopées rythmées du début du jeu jusqu'au dénouement. Oui, une B.O. de grande qualité. On sent que Knowledge a mis les petits plats dans les grands.
Pour les dialogues, ce sont les acteurs de la série qui ont été mobilisés, notamment Melissa Joan Hart, qui joue Sabrina en chair et en os. Et les voix françaises sont celles des comédiens de doublage de la série.
Vous aurez certainement reconnu la voix de Patrick Préjean, doubleur du chat Salem, et que vous avez identifié comme étant par ailleurs la voix du chat Sylvestre du dessin animé Titi et Gros Minet. Préjean, qui a débuté sa carrière comme comédien de théâtre et acteur de cinéma, a connu un succès relatif dans le monde du doublage de personnages de jeux vidéo, à la charnière des années 1990et 2000. Il a également apporté sa voix au doublage d'une publicité pour Playstation, en 1995.
Finalement, la mode de la sorcellerie va s'amplifier, avec l'arrivée de la Pottermania lancée par l'écrivaine J.K. Rowling, et des séries à succès comme Charmed sur le petit écran. Et dans le rayon des jeux, les titres évoquant le monde de la magie vont exploser, jusqu'à l'arrivée de «Keepsake» en 2006.
Le studio Knowledge Adventure a eu un sacré flair, et «Sabrina» a connu des ventes très satisfaisantes sur PC et Playstation. Pourtant, le studio a abandonné le support PC pour surfer sur la vague des consoles, Playstation puis Game Boy Advance, avec deux autres jeux de la licence en 2000 puis 2002. Avec la fin de la septième saison de Sabrina, le studio a abandonné cette licence, sans exploiter l'engouement suscité par la série animée qui avait pris le relais, avec un certain succès.


titre CONCLUSION

«Sabrina» est un jeu plaisant pour les débutants. A la fin des années 1990, la démocratisation des PC s'est accompagnée de l'explosion des jeux pour enfants et pré-ados, et même pour des publics très jeunes (je pense à la collection «Lapin Malin», qui ciblait des enfants de 2 à 5 ans).
Le jeu est coloré, et invite à l'exploration de lieux où tous les détails ont été soignés jusque dans les plus petits recoins. Mais c'est un jeu qui peut être difficile pour les débutants, et même effrayant: ces mains qui cherchent à vous happer, j'imagine qu'elles ont dû faire frémir plus d'un gosse. Et avec tout ce bruit, cette musique incessante et rythmée, ces voix off qui ne laissent pas de répit, ces bruitages dont on a souligné par ailleurs la qualité, on peut dire que le jeu est surchargé. Comme si on avait voulu compenser le vide du scénario par un trop plein de couleurs et de bruits.
Pour ceux qui connaissent la série éponyme, on peut également regretter que les bonnes idées des épisodes n'aient pas vraiment été exploitées ici.
Mais ne boudons pas notre plaisir. «Sabrina» annonce les jeux d'un nouveau public, à l'aube d'un nouveau siècle, et annonce également la déferlante de la magie qui répondra à cette demande, au cours de la décennie suivante. C'est cette génération qui ne tardera pas à rejoindre les forums du Rétro-Gaming, en quête des émotions vécues avec ses premiers jeux vidéo.
Finalement, ce jeu est un pur prototype de ce qui se fera pendant près de dix ans pour les gosses, avec un feu d'artifice d'animations 3D, de la musique qui groove, et des pixels qui disparaissent sous les tapis aux motifs bien visibles. Et tant pis pour les vieux râleurs comme moi, ils n'auront qu'à se refaire un «Simon le Sorcier» pour oublier que le temps s'écoule.

titre INSTALLATION

Sabrina est facile à installer: il faut utiliser Virtual PC + Win 98, et sous Mac, l'OS était le système 7.5.3. (Non testé sous Mac).



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure