The Lion King
Titre français
Le Roi Lion
Année
Développement
Développement
Conversion (PC)
Systèmes
systeme systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.65
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
526 votes




titre Histoire

Le jeu vidéo reprend la trame du film d’animation de Disney. Le joueur incarne le fils du Roi Lion, le jeune Simba, depuis sa naissance jusqu'à l’âge adulte. D’abord prédestiné à succéder à son père, il sera contraint à s’exiler loin des siens, alors que son Oncle Scar s’est emparé du pouvoir.

C'est seulement après un long périple qu'il reviendra venger l'honneur de son père, et reprendre la place qu'on lui a injustement volé.

titre Historique

Il fût un temps pas si lointain où chaque sortie d’un nouvel Disney provoquait un enthousiasme fort. Au début des années 90, le studio d’animation a le vent en poupe et chaque année est l’occasion pour lui de démontrer son talent. Les adaptations vidéoludiques font elles aussi l'objet d’une adaptation soignée, au point de devenir presque aussi mémorable dans l’esprit des joueurs que les oeuvres dont elles sont tirées. La précédente adaptation à succès fût «Aladdin», développé par Virgin Games et dirigé par David Perry, plus connu pour son «Earthworm Jim», qui développera par la suite une autre adaptation à succès d’un jeu Disney, «Le Livre de la Jungle». «The Lion King» est cette fois développé par Westwood Studios, conjointement avec Disney Software, qui assure la partie graphique.

D’abord sorti sur la Super Nintendo et la Megadrive, le jeu est adapté sur PC par le studio East Point Software, une société spécialisée dans les portages de jeux consoles pour ordinateur.

titre Influences

«The Lion King» bénéficie du savoir-faire de David Perry et de son fameux système Digicel, qui permet la mise en place animation très fluide pour les personnages. On note également une direction artistique aussi cohérente que pour «Aladdin», avec des graphismes proches du dessin animé d’origine. Sans avoir la sensation de voir un collage sur le moteur d’«Aladdin», «The Lion King» fait clairement figure de suite spirituelle tant les similitudes sont nombreuses. Que ce soit pour le menu, les écrans de transition ou plus généralement l’intégration des graphismes, tout est en effet prévu pour surfer le succès récent de son prédécesseur.

D’un point de vue du rythme de jeu, Westwood Studios sait lui aussi avec intelligence reprendre les passages phare du film et les adapter en jeu vidéo, que ça soit la trame principale ou les mini jeux. On a réellement la sensation de revivre le film dans son ensemble, que ça soit les séquences musicales (le second niveau coloré avec les animaux de la savane) ou les moments de pur tension (le niveau des gnous, qui rappelle dans l'esprit le niveau en tapis volant d’«Aladdin»). Alors que la première moitié du jeu nous fait jouer avec le jeune Simba, la seconde partie nous permet d’incarner un Simba adulte, avec des niveaux plus sombres, en accord avec l’histoire. Bien que le jeu s’autorise au prolongement de certaines parties du jeu vite expédiées (particulièrement dans les derniers niveaux), le plaisir de jeu n’est pas altéré.

Enfin, les musiques font elle aussi l’objet d’un soin particulier, reprenant sous forme instrumentale les musique du film. L’accent est mis sur les percussions, afin de retranscrire les compositions d’inspiration africaine. Sans être exceptionnelles, elles s’inscrivent dans la droite lignée de ce qu’a pu produire Disney Software par le passé.

titre Gameplay

À la différence d’«Aladdin», «The Lion King» est plus orienté plateforme, pour une grande partie de l’aventure. Simba ne peut en effet pas frapper les ennemis lorsqu’il est lionceau, mais seulement leur sauter dessus.Lorsqu’il ne peut pas, il peut aussi rugir pour les immobiliser puis les éliminer avec un saut (mais cela ne marche pas à tous les coups). Le jeu n’est pas très long ni très difficile mais les passages plate-forme sont parfois très précis et il n’est pas rare qu’on recommence plusieurs fois avant de parvenir à ses fins (le second niveau où il faut s’accrocher aux queues d’hippopotames est particulièrement révélateur). On retrouve également la présence de niveaux bonus, cette fois avec Timon, où il faut ramasser un maximum de fruits dans un temps imparti, chaque dizaine de fruits rapportant une vie supplémentaire

À part Scar dans le dernier niveau du jeu, «The Lion King» ne comporte pas de boss à la fin de certains niveaux, ce qui rend le jeu plus facile. De façon générale, dès lors que Simba a atteint l’âge adulte, le jeu est une vraie partie de plaisir. La raison en est toute simple : du fait de la taille plus importante de Simba, les passages de plate-forme deviennent moins ardus. On peut également ajouter à cela qu’avec la possibilité de frapper ses ennemis, Simba reste globalement intouchable, y compris lorsqu’il faut affronter les nombreuses hyènes dans l’avant dernier niveau du jeu.

titre Conclusion

Si vous avez aimé «Aladdin», vous apprécierez sans aucun doute «The Lion King», qui s’inscrit dans la même veine. Attendez vous cependant à un jeu un peu plus simple, pensé pour un public jeune.

Pour ceux qui n’ont pas eu l’opportunité de jouer à «Aladdin», ils s'amuseront sans aucun doute avec ce jeu, et d’autant plus s’ils ont apprécié le long métrage d’animation.


titre Lancement sous DosBox

Pour lancer la démo, éxécutez le fichier LIONKING.EXE. SETSOUND.EXE  permet de configurer la partie sonore.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure