COMMODORE USER / CU AMIGA

181 numéros recensésPuce 1983 1998PuceRoyaume-Uni
Le Commodore User des débuts est consacré au VIC-20 et au tout jeune C64, il contient essentiellement des articles techinques et des listings. Les choses changent avec l'arrivée d'Eugene Lacey à la tête de la rédaction : le VIC-20 est abandonné, les jeux occupent de plus en plus de place et trustent toutes les couvertures. L'arrivée de l'Amiga et de ses premier jeux en 1987 et le débarquement dans la rédaction d'ex-figures de Zzap!64 (Gary Penn, Steve Jarratt) en 1988 achèvent la mutation de Commodore User en magazine 100% ludique. Sa ligne éditoriale est alors identique à celle de C+VG, lui aussi publié par le groupe EMAP : avant-premières, tests, solutions, une rubrique sur les jeux d'arcade, mais aucun article de fond sur le milieu du jeu vidéo. Cependant, à l'exception de Keith Campbell qui s'occupe de leurs rubriques aventure, les deux équipes sont différentes. De plus, la maquette de Commodore User est plus proche de celle de The One, et elle est agrémentée d'illustrations de Philip Bond et Jamie Hewlett. En février 1989, le magazine abrège son nom en CU (un acronyme déjà utilisé dans les pages intérieures), et en mars 1990, il évacue le C64 et devient CU Amiga. Il est alors bien plus agréable à lire que C+VG, mais n'échappe pas à certains travers comme les notes parfois trop généreuses ou la manie de consacrer des pages à des articles hors-sujet (les films adaptés par Ocean, par exemple). A partir de cette époque, CU Amiga ré-intègre progressivement des rubriques sur les démos, les sharewares, le matériel, les logiciels bureautique et la création graphique et musicale, afin de rejoindre la ligne éditoriale de PC Review et de son concurrent Amiga Format. En 1993, les jeux occupent ainsi moins de la moitié du magazine, et cette proportion décroîtra plus vite que le nombre de pages lorsque l'Amiga commencera à mordre la poussière. Comme pour Amiga Format, la ligne éditoriale diversifiée de CU Amiga lui permettra de tenir quelque temps, mais pas aussi longtemps - jusqu'en octobre 1998, avec une dernière couverture inspirée des Monty Python, comme pour Your Sinclair.

Pour en savoir plus