NIKITA

1990 2007PuceRussie
Autres noms : LocIS
Alors que la Russie était encore soviétique et que le seul jeu connu en Occident était Tetris, un passionné de jeux vidéo, Nikita Skripkin, créait un petit jeu qui allait s'exporter partout dans le monde, et qui montrait Gorbatchev avec sa cravate et sa tâche de vin célèbre sur la page du menu : Perestroika.

Le studio n'en était pas un, on parlait alors de Coopérative, et celle-ci s'appelait LocIS.

Le succès du jeu a sans doute été favorisé par la renommée de Mikhail Gorbatchev, à une époque où les jeux de bureau envahissent les ordinateurs, alors que les mobiles n'ont pas encore déferlé sur le monde.

En 1991, la coopérative change de statut, transition vers l'économie de marché oblige, et le nom est inspiré par le prénom de son directeur : Nikita.

Le logo (qui ressemble à la petite grenouille de Frogger mais qui est en fait le gentil démocrate de Perestroika) rappelle qu'à la base de cette société, c'est LocIS qui a été l'impulsion décisive.

Alors que les activités de Nikita sont essentiellement tournées vers les télécommunications, les modems, les serveurs (on pourrait presque dire que c'est le Wanadoo Russe) le studio n'oublie pas les jeux vidéo, essentiellement consacrés aux enfants, et dans une moindre mesure aux jeux de réflexion.

L'ouverture des frontières, à l'heure où la Russie est réformée par Eltsine, permet à des Russes de s'installer en Occident, notamment en Scandinavie : Iftech Software AB est un éditeur russo-suédois qui distribue les édutainments de Nikita dans toute la Scandinavie.
Evgeny Lomko épaule Nikita Skripkin au poste de directeur des ventes.

Les jeux du groupe sont salués, et de nombreux prix viennent honorer des softs comme Happy Birthday, aujourd'hui encore considéré comme l'un des plus jolis jeux pour enfants de la décennie, avec Choo Choo Minder.

Mais la Russie est, historiquement, le pays qui a le premier tutoyé les étoiles avec Leïka, Spoutnik ou Gagarine. Et en 1996, Nikita fait le buzz avec son jeu Twigger : un jeu d'action avec des taupes qui font la guerre, et ce jeu obtient une renommée mondiale quand les cosmonautes de la Station Mir se vantent d'être les plus gros fans de ce jeu.
Les taupes envahissent l'ex bloc soviétique, avec des économiseurs d'écran qui reprennent les personnages de ce jeu emblématique.

Nikita Skripchin pense à changer de braquet : à partir de 1997, ce sont les RPG ou les simulateurs spatiaux qui concentrent les activités du secteur multimédia de ce groupe aux activités diverses. Parkan est un jeu qui frappe l'imagination car c'est la première simulation spatiale russe, et le premier d'une saga qui va prendre de l'ampleur.

Les jeux éducatifs ne sont pas pour autant délaissés, et des jeux comme Prodigy Plus sont récompensés au festival Anigraph pour des graphismes qui s'inscrivent dans le meilleur savoir-faire inspiré par les studios russes.

L'ambition de Skripkin, et de ses proches collaborateurs (Murogov, Okrug, Kostin) les pousse à se rapprocher de l'ogre qui édite plus vite que son ombre : 1C Company. En même temps, Nikita est distribué dans de nombreux pays, de la Pologne à Taiwan, de l'Allemagne au Canada, mais ses ambitions sont élevées et 1C peut financer les projets fous du studio.

En 2003, Nikita concilie ses activités de télécommunications et celles du jeu pour se tourner vers le MMORPG : Sphere devient la locomotive du studio, alors que Parkan étire des suites. En parallèle, les jeux pour mobiles occasionnent beaucoup d'énergie aux développeurs, et le département Nikita Mobile est créé en 2004.

L'argent est toujours le nerf de la guerre, et Nikita va peu à peu perdre le contrôle de son entreprise, rachetée par un faire-valoir de 1C Company en 2007.
Pour Nikita Skripchin, c'est la fin d'une aventure, et son groupe a pris le nom de Nikita on line ou 1C - Nikita.Bien que n'étant plus le vrai propriétaire de son groupe, Nikita Skripchin se maintient au Conseil d'administration de Nikita-on-line (ou Nikita Mobile) au moins jusqu'en 2012.

Les jeux seront essentiellement dématérialisés, à la manière de la plateforme Uplay ou Steam. Mais pour Nikita, on peut considérer 2007 comme la fin de l'entreprise dans sa forme initiale.

R.I.P.
Minifier le texte

Pour en savoir plus

Une erreur ? Un complément ? Rédiger un texte ? Contactez nous.