Pete Sampras Tennis 97
Année
1997 (Sortie FR)
Genre
Développement
Systèmes
systeme
Multijoueurs
Dosbox
Compatible avec la version 0.73
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
513 votes


titre Présentation

Il est loin, le temps où Codemasters publiait des jeux budget programmés artisanalement dans des garages ! En 1994, ils décrochaient le droit d'utiliser le nom de Pete Sampras pour plusieurs jeux de tennis sur consoles Sega. En 1997, le champion débarque sur PC dans une version entièrement en 3D. Là, je suis un peu embêté, car il y a peu, j'ai dit beaucoup de bien de «Roland Garros 1997», et voici «Pete Sampras Tennis 97», sorti la même année, avec les mêmes options ! C'est l'occasion de les comparer.

Sur le plan des options, égalité. Jeu en simple ou en double, de 1 à 4 joueurs humains, match simple ou tournoi, tout y est. Une réserve pour «Pete Sampras Tennis 97» qui n'a pas de mode de jeu en réseau : tout se déroule sur le même PC, ce qui est délicat pour une partie à 4 ! Trois résolutions graphiques sont proposées : basse (moche mais rapide), moyenne (fine et bien animée, sûrement le meilleur choix) et haute (encore plus fine, mais saccadée). On peut aussi choisir la vitesse de jeu, et je ne saurais trop vous conseiller de sélectionner la plus lente pour démarrer. Dès la moyenne, tout va trop vite ! Enfin, «Pete Sampras Tennis 97» laisse le choix de la langue des textes et des commentaires digitalisés, avec la possibilité de laisser l'arbitre s'exprimer dans la langue locale.

Pour la sélection des joueurs, «Pete Sampras Tennis 97» prend la tête de peu : 8 hommes et 8 femmes dès les départ en match unique (2 hommes et 2 femmes en compétition), et le double quand tous les tournois auront été remportés. Tous les joueurs sont fictifs (sauf évidemment Pete Sampras) et ont des caractéristiques précises : vitesse, puissance, efficacité des plongeons. On peut changer les caractéristiques de 4 des joueurs à sa guise, pour s'entraîner ou se donner un handicap. Ajoutons à cela que la parité des sexes est respectée et que les matches mixtes sont possibles, ce qui n'est pas le cas dans «Roland Garros 1997». Quant aux terrains, ils sont au nombre de 4 lors des premières parties (indoor ou en extérieur), 4 autres apparaîtront ensuite au fil des victoires.

La réalisation d'ensemble tourne plus nettement à l'avantage de «Pete Sampras Tennis 97». Les portraits des personnages ont un look BD, offrant ainsi au jeu une personnalité qui manquait un peu à «Roland Garros 1997». Sur le terrain, ils sont constitués d'objets 3D mappés. Cela leur donne un aspect cubique moins sympathiques à l'oeil que les joueurs rondouillards de son adversaire, mais en restant éloignés d'eux, ce n'est plus gênant. Les animations des deux jeux sont remarquables, et «Pete Sampras Tennis 97» va un peu plus loin en montrant les joueurs entrer sur le terrain, se préparer aux côtés de l'arbitre, plonger pour rattraper une balle... Quelques juges de touche immobile viennent compléter le tableau. On se croirait vraiment devant la télé ! Plusieurs angles de vue sont disponibles, dont une vue "caméra à l'épaule" et une vue subjective : c'est très impressionnant, mais complètement injouable, et cela fait ressortir tous les défauts graphiques (personnages cubiques, texture plate pour représenter le public...). Le son est bon dans les deux jeux.

Jusqu'ici, «Pete Sampras Tennis 97» semble meilleur, mais il faut maintenant aborder la question épineuse de la jouabilité, et là le rapport de forces s'inverse. Les programmeurs ont cru bon d'exploiter 4 boutons de frappes (coup droit, lob, lift, balle coupée), plus les touches haut et bas pour influer sur la longueur du tir et les touches gauche et droite pour lui donner de l'effet. Cela pourra plaire à certains, mais je trouve que cela fait trop, et que l'on va à coup sûr se mélanger les pinceaux en pleine partie en essayant de trouver un coup approprié. De plus, à l'exception du service, il n'y a pas d'indicateur au sol pour aider à anticiper sa frappe, ni de mode d'entraînement simple. On est donc condamné à se faire massacrer pendant de longs matches en essayant de comprendre les effets de chaque touche, sans pouvoir vraiment maîtriser ses coups. «Roland Garros 1997» est beaucoup plus facile d'accès et permet au joueur d'assimiler clairement le dosage de ses coups avant de jouer "à l'aveuglette".

Conclusion : à vous de choisir entre un jeu splendide et très complet, mais compliqué à manipuler («Pete Sampras Tennis 97») ou un jeu un peu moins impressionnant, mais beaucoup agréable à pratiquer, surtout pour les débutants («Roland Garros 1997»). Le mélange des deux aurait donné sans nul doute le meilleur jeu de tennis jamais sorti sur PC.


titre Lancement sous DOSBox

Lancez le fichier INSTALL.EXE de l'image disque. Après l'installation et la configuration, allez dans le répertoire créé sur le disque dur virtuel et exécutez TENNIS.BAT.
Il vaut peut-être mieux mettre les cycles de DOSBox au maximum pour jouer en haute résolution. Si c'est tout de même trop saccadé, choisissez la résolution moyenne.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure