Spirit of Speed 1937
Année
1999 (Sortie FR)
Genre
Développement
Edition
Distribution
Systèmes
systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
676 votes


titre Présentation

«Spirit of Speed» est un titre qui est sorti juste après «Grand Prix Legends». Alors que ce dernier projetait les joueurs trente ans plus tôt, en 1967, celui-ci vous propulse soixante ans auparavant, par rapport à la date de sortie du soft, pour vous inscrire au coeur de la rivalité germano-italienne, en 1937, alors que les américains, les anglais ou les français peinaient à exister dans ce sport mécanique.
Après le générique d'introduction, vous allez vous retrouver sur la page d'accueil du jeu, dont voici les principaux onglets:
Les options, permettent de déterminer si vous jouez avec un clavier ou avec un Joystick, et de configurer les touches. Cela dit, vous n'aurez qu'une petite dizaine de touches à mémoriser pour réussir à briller sur les circuits. Reste qu'avec le clavier, c'est plus bancal qu'avec un volant ou un pad. Au passage, vous pourrez choisir les effets d'ombre, l'effet de fumées qui s'échappent du pot, et le coup d'oeil dans le rétroviseur, ce qui est essentiel pour devenir le champion de l'asphalte.
Ce sont une quinzaine de voitures que vous allez pouvoir choisir, et chacune affiche des caractéristiques qui la singularisent. Bon, attention, hein: on est loin des fiches techniques des simulations. Mais les informations sont assez justes. Concises et exactes.
Parmi les bolides en présence, j'ai préféré la Mercedes Benz 125, la fameuse flèche d'argent, et la Bugatti 59. Question de prestige. Mais l'Auto Union C est assez agréable à piloter.
9 circuits sont à essayer: celui de Pau, au pied des Pyrénées, est le plus court, avec 1,72 miles et ses virages serrés, et le circuit d'Avus, avec près de 12 miles, est le plus long. Chacun a ses caractéristiques. Et pour ma part, c'est celui de Tripoli qui m'aura le plus régalé. Question d'exotisme. Mais celui de Montlhéry possède un charme désuet qui permet de recoller au contexte des années 30.
Pendant la course, vous pouvez changer de point de vue en appuyant sur F1, avec des vues de derrière, une vue à la première personne et véhicule invisible, ou depuis le cockpit, avec le bon vieux volant et son cadran devant vous.
Que vous préfériez une course unique ou un championnat, vous avez une garantie de durée plutôt consèquente, d'autant que vous pouvez aussi jouer les qualifications ou, tout simplement, vous entraîner.
Mais ce qui apparaît comme l'aspect le plus agréable -et c'est probablement cela qui éloigne le soft de la simulation pour en faire un jeu d'arcade- ce sont les scénarios qui donnent de l'enjeu aux courses. Selon le niveau de difficulté, ces scénarios seront plus ou moins coriaces à réussir, et permettent d'ajouter encore de la durée de vie à «Spirit of Speed 1937».


titre L'Axe Rome/Berlin c'est aussi une réalité automobile dans les années 1930

En 1937, la Formule 1 n'existe pas encore, mais le sport automobile a déjà une belle trentaine d'années d'existence. Les écuries allemandes et italiennes dominent, avec des noms prestigieux comme Bugatti, Maserati, Alfa Romeo ou Ferrari. Chez les Allemands, la grande écurie c'est Mercedes Benz, avec un modèle qui débarque en 1937, et qui va écraser toutes les autres écuries jusqu'à la guerre, c'est la W125.
Côté pilotes, la hiérarchie reflète celle qu'inspire la nationalité des écuries: des italiens et des allemands. L'américain Wilbur Shaw remporte les 500 miles d'Indianapolis, mais en dehors des States, peu de pilotes acquièrent une renommée internationale.
1937, c'est l'année du suisse Hans Ruesch, qui connaît une ascension irrésistible avec une victoire éclatante au Grand prix des Frontières, près de Chimay, en Belgique. Cette ascension sera stoppée l'année suivante avec un tragique accident qui éloignera le champion des circuits, jusqu'à l'avénement de la Formule 1, en 1950.
Mais 1937, c'est surtout la grande année de Rudolf Caracciola, pilote allemand, à bord de sa flèche d'argent, qui remporte le titre prestigieux de champion d'Europe. Bernd Rosemeyer, Hermann Lang, Manfred Von Brauchitsch apportent également leur talent, celui qui a immortalisé Mercedes en lettres d'or. Euh, pardon, en lettres d'argent!
Parmi toutes les courses, outre le classique (déjà à l'époque) circuit de monaco, on notera le parcours de Tripoli, en Libye italienne (c'était encore l'époque de la colonisation), avec une boucle de 13140 mètres qui serpente à proximité du Lac Salé de la Mellaha, avec une tribune hyper moderne de 10 000 spectateurs, et une tour de chronométrage qui se voulait le reflet de la grandeur du régime fasciste.
Pour clore cette fenêtre consacrée à l'année 1937, on notera que les performances des bolides, qui filaient à plus de 250 km/heure, étaient proches de ce que la Formule 1 a présenté jusqu'au début des années 1980.



titre Conclusion


La critique n'a pas été tendre avec «Spirit of Speed», probablement parce que le jeu a été mis en perspective avec «Grand Prix Legends», qui demeure la simulation automobile par excellence. On a pu lire des tests très négatifs, mais que l'on peut aussi juger sévères. Car si l'on met ce jeu en perpective avec la moyenne des jeux de course orientés arcade, celui-ci n'est pas plus mauvais qu'un autre. Il comporte des scénarios qui permettent d'aborder le jeu d'une autre façon, et un championnat qui vous occupera de nombreuses heures. Et si vous jouez le jeu des qualifications, de l'entraînement et que vous alternez avec de simples courses, ce jeu apparaît comme un titre plutôt bien fait, avec un gameplay simple et efficace, et des circuits variés, des types de voitures à essayer, qui favorisent la rejouabilité. Entre «Viper Racing» et «Grand Prix Legends», «Spirit of Speed» joue la carte des jeux d'arcade bien documentés, mais qui ne se prend pas la tête avec des détails trop rigides.Et même si le réalisme souffre de carences, ce titre est prompt à développer un max de Spirit of Fun! Et c'est bien ce que l'on demande à ce type de jeux, non?

titre Lancement

Jeu testé sous VMware et XP: Montez l'image disque avec Daemon Tools et sélectionnez le lecteur virtuel avec l'onglet VM et le paramètre "settings".
Jeu plutôt fluide, mais temps de chargement assez longs. Soyez patient(e).



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure