Hell : A Cyberpunk Thriller
Année
1994 (Sortie FR)
Edition
Distribution (Espagne)
Systèmes
systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
225 votes


Sorti en 1994, Hell est un jeu d’aventures combinant SF cyberpunk et fantastique, cette réalisation de Take two a été édité par Game Tek. L’équipe derrière Hell n’en était pas à son coup d’essai puisqu’elle était déjà aux commandes de «Bloodnet», un jeu de rôle mêlant cette fois-ci cybernétique et vampire et paru chez Micro Prose. Par la suite, Take Two produisit «Bureau 13» avec quasiment la même équipe et toujours un univers mélangeant SF et fantastique.

titre L’ENFER, C’EST ICI ET MAINTENANT

En plus de la version américaine, Hell bénéficia d’une traduction française. Toutes les deux furent commercialisées dans une grande et belle boîte cartonnée contenant un CD dans un boîtier plastique ainsi qu’une documentation en papier, peu épaisse, mais complète et bien présentée.
L’action se déroule en 2095 à Washington DC. Les EtatsUnis sont gouvernés par une féroce dictature religieuse, La Main de Dieu dont l’émanation la plus dangereuse est l’Imperator Solene Solux, interprétée par Grace Jones, qui ne ménage pas ses efforts pour étrangler toute dissidence parmi ses sujets.
L’utilisation de technologies nouvelles, en particulier tout ce qui touche à la réalité virtuelle, à la robotique ou à la génétique, est strictement interdite et passible d’une seule peine : la descente en Enfer. Il faut dire que pour une raison inconnue au commun des mortels, l’Enfer rencontre notre monde dans cette bonne ville de Washington.
Rachel Braque et Gideon Ashanti, agents de l’ARC, une extension policière de La Main, sont inexplicablement victimes d’une opération des Nettoyeurs de l’État totalitaire qu’ils servaient pourtant fidèlement. Échappant miraculeusement à l’attaque nocturne de leur loft, ils se retrouvent dans les rues en sous-vêtements. Par bonheur, leur rectitude morale et leur tolérance leur ont permis de se faire quelques amis sûrs. Rachel et Gideon vont ainsi rapidement découvrir qu’ils faisaient curieusement partie d’une liste noire dont toutes les autres cibles ont péri. Dans leur fuite, ils vont donc s’efforcer de comprendre et résoudre cet incroyable imbroglio.

titre CYBERPUNK, OUI. TRASH, NON

Les décors sont très réussis. Très fins en SVGA et de tons pastel sombre, parfois un peu trop, ils expriment à merveille l’ambiance oppressante d’une ville sous la coupe d’une dictature religieuse. Les personnages, vus de côté en légère plongée, sont animés correctement. Lors de chaque discussion, l’écran de jeu disparaît pour faire place à un plan rapproché du rôle actif. Les textes sont joués par des acteurs professionnels et non des moindres puisqu’on retrouve Dennis Hopper (Speed, True Romance, Indian Runner) et Grace Jones (Mad Max III). La diversité et la qualité des voix et des dialogues ajoutent encore à la crédibilité de l’histoire. L’interface est entièrement gérée à la souris. Le joueur a droit aux actions habituelles : prendre, examiner ou utiliser un objet ou discuter avec un protagoniste. Le passage du pointeur dans le haut de l’écran déclenche l’affichage du menu, lequel, outre ses fonctions de configuration et de sauvegarde sous la forme de vingt vignettes, comprend trois icônes importantes. L’inventaire contient vos différentes possessions, mais aussi les personnages que Gideon et Rachel auront recrutés au cours de leurs investigations. L’écran de voyage permet de se déplacer d’un endroit à l’autre à la façon d’un panneau de métro futuriste. Enfin, l’option « Reprendre » donne l’occasion de relire tous les dialogues par ordre alphabétique, temporel ou localisé, une fonction plus que nécessaire vu l’énorme masse de données que vous aurez à brasser. L’ergonomie du jeu est donc classique, mais agréable, la prise en main se révèle simple et rapide.

titre CYBERPUNK, NO FUTURE ?

L’aventure est très longue, arriver à dénouer les fils de l’intrigue occupera de nombreuses heures. Il est regrettable que le joueur n’ait que peu de prise sur l’aventure au commencement. Son rôle consiste alors principalement à résoudre des énigmes intellectuelles abstraites qui ne sont pas toujours en grand rapport avec le sujet. Les découvertes interactives et les déductions, rares d’abord, se font plus fréquentes par la suite. Malgré tout, la qualité du scénario et de l’écriture incite à persévérer, comme il est difficile de lâcher un bon roman. Certains passages sont remarquables d’intensité dramatique et empêchent de rester insensible aux démêlés des mutants psioniques, impossible de pas partager l’étonnement et l’effroi de Gideon et Rachel devant certaines révélations. La progression est parfaite, l’identification aux héros ne se fait donc pas par jeu, mais par le biais d’une superbe histoire qui aurait une place plus appropriée dans les pages d’un livre. L’ambiance sonore s’adapte comme un gant au récit, signalons que la chanson d’introduction est chantée par le groupe « The Heavy Skies » qui, par la suite, composera la bande-son de Bureau 13. Parmi les points décriés par les joueurs, on trouve la présence d’une séance d’arcade toujours mal venue dans les jeux d’aventure !
Hell souffre hélas d’un énorme défaut : sa traduction française. Plus exactement, cette traduction est excellente au niveau littéraire et l’ambiance n’est nullement pervertie. Par contre, la programmation n’a pas été testée en français et certaines entrées donnent lieu à des aberrations : mots de passe trop grands pour le champ d’écriture, obligation d’utiliser des majuscules accentuées. Le jeu est, de ce fait, injouable en français.

titre HELL, QUELQUES PAS VERS LE PURGATOIRE

Pour jouer à la version française, si vous êtes un utilisateur endurci, vous pouvez éditer le fichier HELL.ML qui se trouve sur le disque dur et y apporter les transformations nécessaires pour arriver jusqu’aux deux tiers du scénario. Cependant, le terminer demeure hors de portée dans notre langue. Pour les joueurs en version originale, n’hésitez pas à questionner et dialoguez avec tous les personnages. Examinez soigneusement chaque endroit, quitte à utiliser l’option du menu déroulant qui vous offre l’intégrale des objets et des personnages présents dans la pièce et les portes disponibles. Les apparences sont parfois trompeuses, fiez-vous à vos intuitions ou aux sentiments de « déjà vu », il est fort possible qu’un nouvel élément ait un rapport allusif avec un autre !

titre J’VEUX ENCORE DU CYBERPUNK GOTHIQUE !

Si l’intrusion de composants fantastiques classiques dans la science-fiction vous plaît, «Bloodnet» des mêmes auteurs vous comblera. Vampires et Cyberpunk font bon ménage dans ce thriller ludique beaucoup plus interactif que Hell. Dans «Dreamweb», d’Empire Interactive, deux confréries mystiques s’affrontent à travers le héros dans un futur très noir. En littérature, William Gibson, révélateur du mouvement cyberpunk, n’a lui-même pas hésité à faire intervenir les divinités vaudoues dans la trilogie du Neuromancien. L’Aube des Ténèbres de Fritz Leiber décrit une théocratie future refusant toute science alors qu’elle en est la première utilisatrice pour réaliser ses miracles factices.
Enfin, pour ceux qui rageraient de ne pouvoir faire le jeu en français, ils pourront se rabattre sur la novélisation, intitulée fort à propos Hell en version originale, traduite en français sous le titre Descente aux enfers, écrit par Chet Williamson et paru au Fleuve Noir dans la collection "Virtuel". Cette dernière publia aussi des adaptations des premières aventures de Tex Murphy : en 1994, Sous une lune de Sang (Under a Killing Moon) écrit par Aaron Conners et en 1995, La Directive Pandora (Pandora Directive), du même auteur.


titre L’ENFER EST PAVÉ DE BONNES INTENTIONS

HELL aurait pu être un grand jeu d’aventure à la mode d’«Indy IV» si la conception ludique avait laissé la meilleure part à l’interactivité. Il reste pourtant intéressant grâce à l’originalité de son scénario et aux qualités de sa « mise en scène ». La traduction française est un échec, le jeu est injouable.

titre INSTALLATION

Les deux versions s'installent avec Dosbox. Pour une raison que j'ignore, l'installation de la VF est très lente. Pour y remédier, pousser les cycles à fond avec Ctrl F12.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure