Necronomicon : L'Aube des Ténèbres
Titre anglais
Necronomicon : The Dawning of Darkness
Titre allemand
Necronomicon : Das Mysterium der Dämmerung
Année
2001 (Sortie FR)
Développement
Systèmes
systeme systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notes
4 votes




titre Les études ça rend fou !

Voici un jeu "old school", un authentique point and click en 2D comme à la belle époque, qui vous ramène au milieu des années 90. Et pourtant, voici l'un des tout premiers jeux d'aventure du XXI éme siècle, juste paru en janvier 2001.Dans ce jeu à la première personne, vous campez William Stanton, un jeune homme de retour à Providence, en 1927, dans cette Amérique où la prospérité est en train de s'essouffler.Sitôt arrivé chez vous, vous recevez la visite de votre ami d'enfance, Edgar Wicherley, qui vous confie un objet mystérieux, qu'il vous supplie de ne montrer à personne, ni surtout pas à lui.Les questions arrivent trop tard, Wicherley repart comme il est venu. Quelques instants après, c'est le Docteur Egleton qui vient à vous : médecin de famille du jeune Wicherley, l'homme s'inquiète à propos du comportement de son patient. Après avoir montré de l'intérêt pour l'histoire locale, l'archéologie et les légendes de Salem, le jeune homme semble avoir sombré dans une dépression de plus en plus profonde, et s'est retiré à Pawtuxet, un village de pêcheurs à proximité de Providence, aux côtés d'un homme étrange, Owen.Le docteur Egleton vous demande d'enquêter et de découvrir les raisons qui ont poussé Wicherley à sombrer dans la démence. De mystérieuses forces occultes semblent s'éveiller et resurgir, une menace sourde semble couver.Menez l'enquête et éliminez le danger qui s'apprête à détruire l'Humanité.

titre Tu pointes ou tu cliques ?

Le jeu est d'une simplicité enfantine à prendre en mains. Si l'interface d'Index + n'a aucun secret pour vous, vous allez très vite maîtriser l'inventaire principal, le curseur qui change de forme en fonction de l'action possible, entre "parler", "agir" ou "prendre". Lorsque le bon objet est sélectionné, il apparaît dans un halo dans la zone d'interaction, et si ce n'est pas le bon objet, il n'apparaît pas et "retourne" à l'inventaire.Du coup, la plupart des énigmes sera résolue en se bornant à chercher les objets à récupérer (rarement plus d'un objet par plan, un ou deux par tiroir) et en posant le bon objet sur la zone interactive.Les personnages rencontrés ont souvent quelque chose à dire, et on pourra aussi regretter d'avoir à déclencher deux, trois, parfois quatre fois une discussion, afin d'obtenir le renseignement qui décoince la situation.On pourra aussi regretter les déplacements nombreux qui, fort heureusement, sont accélérés par la découverte d'une carte qui permet de passer d'un lieu à un autre sans avoir à passer par la moto ou le déplacement "flèche par flèche".La version DVD (que nous utilisons ici pour réaliser le test) évite également les chargements intempestifs par le CD1 et les changements de disques.

titre Wanadoo Edition entre en piste

Si le gameplay et l'interface du jeu ne réinventent rien du jeu d'aventure - et ses détracteurs insistèrent sur l'aspect vieillot de cet opus- on peut tout de même rappeler que l'an 2000 marquait le déclin de Cryo, et que de nouveaux studios français apparaissaient comme Etranges Libellules ou Quantic Dream.Wanadoo Edition, c'est un studio qui est issu de la fusion entre Index + et France Télécom Multimédia. Tout juste constitué, ce studio allait devenir le rouleau compresseur du développement et de l'édition pour les trois années qui suivent (2000-2003).Et justement, Necronomicon apparaît comme l'une de leurs premières oeuvres. L'équipe, constituée autour de Frédéric locca, est plus ou moins identique à celle qui a signé "Vikings" (1998, Index +) et Dracula (1999). Frédéric Locca a essayé de revisiter Lovecraft, et plus particulièrement sa nouvelle "L'Affaire Charles Dexter Ward" (1941) en y introduisant des libertés (les noms ont été modifiés, l'intrigue est sensiblement différente) mais en veillant à jouer sur l'atmosphère oppressante de Pawtuxet et des légendes qui courent autour du Mythe des Sorcières de Salem.C'est d'ailleurs une des franches réussites de cet opus, que d'avoir rendu cette angoisse diffuse que renferment les pierres des maisons qui composent cette bourgade de pêcheurs où la loi du silence garantit l'immunité contre la malédiction. Malédiction qui rôde au détour des quais brumeux et des demeures d'aspect victorien. La musique, signée par Laurent Parisi, compositeur attitré d'Index +, vient contribuer à la réussite de cette ambiance inquiétante. Et Jérôme Combe, qui avait travaillé aux côtés d'Eric Chahi sur «Heart of Darkness», soigne les graphismes, notamment les personnages en 3D qui apparaissent au cours des nombreuses cinématiques qui jalonnent l'intrigue.Tout est en marche pour faire de Wanadoo Edition ce mastodonte qui vient de vendre 200 000 exemplaires de Dracula 2, et qui a édité «Genesys» pour les fêtes de fin d'année 2000. «Necronomicon» résonne alors comme la promesse d'un avenir irrésistible.

titre Conclusion

Tout était en place pour faire de cet opus le jeu d'aventure de l'année 2001 ! Retour gagnant des nouvelles de Lovecraft, exploitation du moteur qui avait fait ses preuves avec les deux premiers "Dracula", public enthousiaste à l'idée de jouer aux "Point and Clicks" typés "old school". Le jeu a connu une campagne de lancement à son avantage, mais son exploitation s'est essoufflée plus tôt que prévu : les énigmes ont montré leurs limites, la fin abrupte a été vécue comme insupportable, les douze heures de jeu promises par les tests ont souvent été ramenées à trois heures maximum, pour un investissement d'une cinquantaine d'euros (et 350 balles en 2001, c'était une petite somme).Aujourd'hui, «Necronomicon »est devenu un incontournable de ce que certains ont appelé la french touch.Les plus sévères diront que ce jeu marque le début du déclin du jeu d'aventure. Quant à moi, humble testeur, j'en conviens, ce jeu reste gravé dans ma mémoire parce qu'il s'inscrit dans une période où j'avais enchaîné les "Dracula", «Gabriel Knight 3», «Blair Witch» et "Louvre : L'ultime Malédiction". Vous l'avez compris, ce jeu soulève de délicieuses volutes de nostalgie, mon avis n'est donc pas objectif.

titre Lancement

Jeu testé avec Win 7 et 64 bits : aucune manipulation ni mise en compatibilité n'a été nécessaire, avec la version DVD.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.











Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure