Warbreeds
Date de sortie
Développement
Ré-édition budget
Systèmes
systeme
Multijoueurs


#cdaudio #curseur #decors2dbitmap #exploit #exterm #martien #objets2dbitmap #sf #tempsreel #vuehaute

titre Introduction

C'est assez bête à dire, mais dans quasiment tous les médias de fantasy et de science-fiction que j'ai croisés, les humains sont toujours représentés. Ils sont parfois minoritaires, mais ils sont toujours là. On les voit dans Star Wars, dans Narnia, dans le Seigneur des Anneaux, dans Warcraft, dans Starcraft, dans Dune, etc. Alors attention ! J'ai dit quasiment. En effet, dans tout ce que j'ai vu, il y a deux oeuvres, l'une de fantasy, l'autre de science-fiction, où les humains sont complètement absents. La première, de fantasy, est un film de 1982 cher à mon coeur du nom de Dark Crystal. Ce film, de Jim Henson et Frank Oz, a été intégralement tourné avec des marionnettes et possède des effets spéciaux novateurs pour son époque. La seconde, de science-fiction, est le jeu PC qu'on vous propose aujourd'hui. Ce jeu c'est Warbreeds, et il vous emmène loin de la Terre dans un conflit entre quatre races extra-terrestres qui n'ont jamais vu et qui ne verront jamais d'humains. Ce titre est sorti en 1998, soit la même année que Starcraft, mais il n'a pas eu le même impact, et ce malgré son éditeur Red Orb Entertainment, qui a produit des titres d'anthologie comme Riven.

titre 1) Pitch et principe

Comme dit plus haut, les humains sont complètement absents de l'univers que dépeint Warbreeds. L'histoire se passe sur une planète nommée Aeolia, et met donc en scène quatre races issues de la génétique, les Tanu, les Sen-Soth, les Kelika et les Magha, qui se livrent bataille pour le contrôle de la planète après la chute de leurs géniteurs les Yedda. De mon point de vue, ça a déjà le mérite d'être original même si ça ressemble beaucoup à l'histoire des Xel'Naga issus de l'univers de Starcraft. Au niveau du principe par contre, Warbreeds tranche pas mal avec les jeux de la concurrence. En effet, ici il n'y a déjà pas de ressource à collecter, juste des plantes énergétiques, appelées "pods", à cultiver et à maintenir en vie dans le champ d'action de votre raffinerie (elles font planer ces bonnes plantes, c'est moi qui vous le dis, mon Colonel). Ensuite, la plupart des unités de chaque faction ont des emplacements libres pour y greffer des armes biologiques. Ces armes peuvent être des armes de mêlée ou des armes à distance comme des laser ou des explosifs. On découvre ces armes avec la génétique et on peut les voler aux ennemis tombés au combat si on récupère leurs gènes. Enfin, le jeu propose deux campagnes, un mode escarmouche et aussi l'éternel mode multi en réseau.

titre 2) La réalisation graphique et sonore

Vu qu'il nous propulse sur une planète éloignée où c'est le concert des bizarreries en tout genre, Warbreeds peut se targuer d'avoir une assez bonne direction artistique. L'aspect des unités et bâtiments est en effet joli, coloré, et chaque faction a son identité propre. Pour ce qui est de l'environnement que vous parcourrez, c'est donc fortement éloigné de notre chère vieille Terre (Du coup, on risque de se payer la Tourista, mon Colonel ?). Vous évoluerez dans des étendues cristallines et désertiques où la couleur violette prédominera l'ensemble. Cette direction artistique ne masque qu'à moitié les faiblesses purement techniques de Warbreeds. En effet, même sur une machine correcte, l'animation est un peu saccadée et le tout est un peu pixélisé pour un titre de 1998. Pour ce qui est du son, on est toujours dans la bizarrerie, les unités poussent des cris assez inattendus, mention spéciale aux Kelika qui font des bruits de flatulence (elle était bonne la tartiflette, hein bleusaille ?). Après, les bruitages des armes sont dans la moyenne mais légèrement kitsch. Enfin, les musiques n'ont rien à envier à celles des Zerg dans Starcraft. Bref, vous l'aurez compris, Warbreeds est inégal techniquement, mais il se rattrape avec sa direction artistique.

titre 3) La Jouabilité et la Durée de vie

Au niveau de sa jouabilité, Warbreeds est également assez inégal. D'un côté on a un gameplay assez inédit en ce qui concerne la construction de la base ainsi que la fabrication des unités, en effet il faut juste gérer l'énergie générée par les pods, les gènes à collecter, ainsi que le nombre maximum d'unités qu'on peut produire ; et de l'autre on a un pathfinding qui a l'air d'avoir été codé avec des gants de boxe ! C'est bien simple, il faut être CONSTAMMENT derrière les unités pour être sûr qu'elles vont aller au bon endroit (mais vous êtes bourré mon Colonel !). Voilà un problème qui ne facilite pas la stratégie. Après, le jeu n'est pas trop dur puisque l'IA adverse est également à la ramasse les trois quarts du temps... En ce qui concerne la durée de vie, c'est relativement honnête, il y a deux campagnes assez longues, qui vous mettent pour l'une aux commandes des Tanu et pour l'autre des Magha. Après, certaines missions sont plus dures que d'autres, mais dans l'ensemble c'est assez agréable à parcourir une fois qu'on a fait abstraction des problèmes cités plus haut.

titre Conclusion

Warbreeds n'est pas un mauvais jeu, loin de là. Par contre, il est vraiment inégal. Ces inégalités se traduisent au niveau des graphismes par des faiblesses techniques contrebalancées par une très bonne direction artistique, et elle se traduisent aussi au niveau de la jouabilité par un principe de jeu assez novateur entaché de problèmes d'IA et de pathfinding assez sévères. Et quand on sait que Starcraft est sorti la même année, ce pauvre Warbreeds n'avait aucunes chances.

titre Anecdote intéressante

Comme dit plus haut, Warbreeds n'a pas fait beaucoup de bruit à sa sortie en 1998, Même si à ce moment-là je jouais déjà beaucoup au PC, je n'en avais jamais entendu parler. Alors comment ai-je découvert Warbreeds ? Eh bien complètement par hasard. C'était en août 2000 que j'ai obtenu ce jeu gratuitement avec le PC Jeux hors-série du mois en question. En ce temps-là, c'était assez coutumier de la part de PC Jeux de proposer des jeux gratuits avec leurs magazines afin d'appâter le client.

titre Technique

Jeu testé avec succès sur Pcem avec Windows 98. Montez l'image du CD dans l'émulateur puis suivez les instructions d'installation. Petit souci, minime toutefois : même si le jeu marche parfaitement sur l'émulateur, au moment où vous le quittez pour revenir sur le bureau de votre machine virtuelle, le fond du bureau de celle-ci devient noir. Autant dire que ce n'est qu'un détail.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.
















Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure