Zak McKracken and the Alien Mindbenders
Année
1988 (Sortie FR)
Développement
Edition
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.73
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
686 votes




titre Rappel

Ce jeu n'est pas abandonware. LucasArts ne souhaite pas voir ce jeu en libre distribution. Cette fiche ne proposera donc pas le téléchargement de celui-ci.


titre Scénario

Zak McKracken est journaliste. Enfin, journaliste, c'est vite dit. Disons qu'il travaille au National Inquisitor, une feuille de choux à ragots de San Francisco. Zak a d'autres ambitions : écrire un livre et, rêvons un peu, remporter le prix Pulitzer. Son patron lui accorde quelques congés, une fois qu'il aura écrit un article sur un écureuil a deux têtes aperçu à Seattle (NB : Ron Gilbert semble être fasciné par les animaux multicéphales). Sans le savoir, Zak va découvrir que sous leurs grands chapeaux et leurs moustaches postiches, les employés de la compagnie de télécommunication du coin sont des extraterrestres qui se servent des ondes téléphoniques pour abrutir la population terrestre afin de l'asservir. Il va devoir enrayer ce complot avec l'aide d'Annie, une chercheuse, et deux de ses étudiantes parties sur Mars avec un van spatial de fortune suite à un de leurs rêves !


titre Présentation

«Zak McKracken» est rarement cité dans les jeux LucasFilm les plus marquants, sans doute parce qu'il est ancien et n'a pas eu droit à une suite officielle mieux réalisée. Il mérite pourtant bien mieux. Chronologiquement, c'est le deuxième jeu d'aventures de LucasFilm après «Maniac Mansion», mais le premier sur 16 bits. Les possesseurs d'Amiga et de ST purent ainsi découvrir ses graphismes pour le moins bruts (je n'ose pas dire "grossiers") mais ô combien attachants, ses animations minimalistes, son interface déjà très innovatrice mais encore un peu lourde, son curseur de la souris particulièrement lent (un bon conseil : dans les passages qui nécessitent des actions rapides, utlisez plutôt les raccourcis clavier et les flèches diagonales qui amènent directement le curseur dans un coin de l'écran)...

L'une des qualités principales de «Maniac Mansion» était la possibilité de choisir son équipe de départ et d'avoir ainsi plusieurs fins possible. Ce n'est plus le cas ici : il n'y a qu'une fin possible, avec un solution plus figée (mais quelques alterntatives sont laissées par-ci par-là), et toujours plusieurs personnages à contrôler à tour de rôle. «Zak McKracken» se rattrape sur d'autres points. Par exemple, les concepteurs se sont visiblement amusés à faire des expériences sur leur interface SCUMM. Si vous êtes capturé par les extraterrestres, vous subissez une lavage de cerveau qui fait disparaître tous les verbes d'action ! Heureusement, dans les minutes qui suivent, la mémoire vous revient, les verbes réapparaissent au fur et à mesure. Le cristal bleu, une fois reconstitué, permet de rentrer dans la peau d'un animal quelques minutes : la barre d'actions change en conséquence. Un animal marin ne peut que "nager", "ramasser" et "donner", un oiseau peut voler, et le yack peut... Vous verrez bien !

«Zak McKracken» contient tous les ingrédients d'un grand jeu d'aventure made in LucasFilm : de l'humour burlesque, des références aux jeux précédents de l'éditeur, des scènes mythiques (la neutralisation de l'hôtesse de l'air dans l'avion, le vaisseau spatial dans les Bermudes), des petits détails poilants... Pour n'en citer que quelques-uns, le douanier qui engueule le joueur qui n'a pas saisi le bon de code de protection ou la compagnie aérienne "Divine Winds Tours". Un détail qui a son importance : comme dans «Maniac Mansion», on peut mourir ou coincer si un objet est perdu (cela peut arriver dès la première minute de jeu). De plus, on trouve trois gros labyrinthes dans le temple aztèque, le Sphynx et sur Mars. Il ne sont pas complètement illogiques (leurs plans forment des carrés), mais ce genre de casse-tête est souvent irritant (heureusement, LucasFilm n'en abusera plus par la suite). C'est sûrement le gros point faible de «Zak McKracken and the Alien Mindbenders» : les allers-retours. On perd beaucoup de temps soit dans les labyrinthes, soit dans les aéroports à saisir la protection, soit pour ré-approvisionner sa carte de crédit, soit sur Mars pour aller remplir sa bouteille d'oxygène. C'est le prix à payer pour avoir la possibilité de voyager sur toute la planète (et dans l'espace), et visiter des sites ayant une forte dimension ésotérique comme Stonehenge, le triangle des Bermudes ou le Sphynx !

En dépit de ces défauts et de son aspect "rustique", «Zak McKracken and the Alien Mindbenders» est passionnant. Il n'est pas facile à terminer, les personnages sont sympathiques, les gags fourmillent... Pour tout dire, je le préfère à «The Secret of Monkey Island» - c'est mon avis et je le partage !



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure