Ultima VI : The False Prophet
Série
Année
1990 (Sortie FR)
Développement
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.70
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
484 votes




Dernier épisode de la trilogie des Lumières, on pourrait penser qu'Ultima VI se contente de suivre ses illustres aînés. Et pourtant, même si depuis il est jugé par l'ombre de son petit frère, «Ultima VI» représentait à lui tout seul une petite révolution !

titre La Technique

Du point de vue technique tout d'abord, «Ultima VI» est le premier «Ultima» à ne pas être développé sur l'Apple II, machine fétiche de Garriott, mais sur PC. Ainsi, on passe du système de "tuiles" en vogue depuis quelques épisodes à un monde réalisé sur un seul bloc ; plus de carte du monde avec des cartes spécifiques pour les villes, et les donjons n'apparaissent donc plus en vue à la première personne : Britannia est plus vraisemblable que jamais. La révolution technologique ne s'arrête pas à ce stade, puisqu'en passant au PC, Origin a pu bénéficier d'une palette de couleurs étendue et en a donc profité pour passer son univers en 256 couleurs et pour réaliser l'inventaire sous forme graphique. On en profite également pour introduire, grande nouveauté dans la série, la... souris ! Ceci explique la présence d'une interface un peu lourde en bas de l'écran, qui correspond aux différentes actions possibles. Que les puristes se rassurent, les commandes qu'ils ont appris par cœur pour «Ultima IV» et «Ultima V» restent toujours d'actualité. Le principal défaut de cette interface étant évidemment la place qu'elle prend à l'écran, ce qui réduit considérablement la fenêtre de jeu... tout en permettant à des configurations plus modestes à l'époque de pouvoir faire tourner celui-ci.
Malgré tout, cet épisode reste dans la continuité de ses prédécesseurs, puisqu'il est le dernier (à l'exception des Worlds of Ultima qui utilisent le même moteur) à être construit sur un système de cases, ce qui entraîne logiquement un gameplay qui reste au tour par tour dès lors que l'on rentre dans les phases de combat.

titre Le Gameplay

Avec cet opus, on ne cherche pas à réinventer l'eau chaude en matière de jouabilité : on conserve la plupart des éléments des autres épisodes en les adaptant avec le nouveau moteur. Encore une fois, on abandonne totalement la visualisation en 3D des donjons, mais le joueur dirige toujours une équipe d'aventuriers en plus de l'Avatar. Les combats sont au tour à tour, le système de dialogue fonctionne toujours par mots-clés qui doivent être tapés au clavier.
A ce titre, les dialogues sont plus riches que jamais, chaque personnage rencontré possédant son propre arbre de conversation, lui donnant ainsi une personnalité propre, renforcée par l'existence d'un portrait unique pour chaque personnage.. Afin d'aider un minimum le joueur, dans les paroles prononcées par un PNJ, certains mots sont écrits en rouge plutôt qu'en noir, permettant d'identifier quelques mots-clés facilement. Ces dialogues abondants placent une nouvelle fois le scénario et la cohérence du monde de Britannia au centre du jeu.

titre Le Scénario

Après avoir sauvé Lord British des tréfonds de l'Abysse Stygienne, rétabli celui-ci sur le trône et vaincu les Seigneurs de l'Ombre, l'Avatar (c'est à dire vous!) coule des jours paisibles sur notre bonne vieille planète. Et pourtant, vous vous languissez de n'avoir plus de nouvelles de cette paisible contrée. En sortant faire un tour dans le jardin, où se trouve le cercle de pierres au sein duquel apparaissait la Porte de Lune, vous y trouvez une pierre noire translucide qui aussitôt active une Porte de Lune. Mais celle-ci est différente... elle est rouge.
N'écoutant que votre courage, vous franchissez le portail malgré tout... et tombez dans un piège tendu par d'étranges créatures ailées et à la peau rouge. Prêt(e) à être sacrifié(e) par ces dernières, vous ne devez votre salut qu'à l'arrivée de vos compagnons de toujours, Iolo, Shamino et Dupré, qui apparaissent depuis un nouveau portail, vous libèrent et vous entrainent à leur suite vers le portail.
Arrivé(e) auprès de Lord British, vous apprenez que Britannia est plongée dans une guerre avec ces créatures, les gargouilles, qui sont sorties des donjons et se sont mis à attaquer les humains sans que l'on sache pourquoi...
Pourquoi ces attaques et pourquoi ont-elles tenté de vous atteindre vous ? Voilà des énigmes auxquelles il vous faudra trouver les réponses, Avatar...


titre Notes Annexes

Au rang des petites perles, il faut savoir que le jeu a eu le droit à une version aux dialogues doublées sur FM-Towns. Il doit également s'agir du pire doublage de l'histoire, les personnages ayant été interprétés par les développeurs eux-mêmes.

Le moteur d'«Ultima VI» a été utilisé pour réaliser deux épisodes annexes de la série : «Savage Empire» et «Martian Dreams».

Enfin, «Ultima VI» fait partie de la catégorie des jeux qui ont eu le droit non pas à un mais à deux remakes par les fans : l'Ultima 6 Project (c'est par ici : http://u6project.com/), un mod pour Dungeon Siege dans la même veine que Lazarus («Ultima V») et un projet pour reconstruire «Ultima VI» sur le moteur du 7ème opus au travers d'Exult (et ça se passe par là : http://www.ultima6.realmofultima.com/ )




titre Lancement sous DOSBox

Exécutez le fichier ULTIMA6.COM.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure