Lucky Luke
Année
1997 (Sortie FR)
Développement
Conversion (PC)
Edition
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.72
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
597 votes


titre Description

C'est «Lucky Luke» qui, en 1997, referme la série d'adaptations de classiques de la BD franco-belge dans le genre plates-formes 2D, et finalement les reproches adressés aux jeux précédent n'auront pas été vains. Si leur qualité graphique avait toujours été unanimement appréciée par la critique, cela ne va pas de soi pour le gameplay, notamment sur le plan de la maniabilité qui faisait souvent monter la difficulté de plusieurs crans (comme dans «Tintin au Tibet»). Si «Lucky Luke» ne fut pas là-dessus une révolution à l'échelle du jeu de plates-formes, il reste un agréable souvenir malgré quelques imperfections.

Avec son scénario, et à l'instar de «Spirou» et «Astérix et Obélix» sortis l'année précédente, «Lucky Luke» se veut un pot pourri d'éléments, de personnages et de lieux issus de divers tomes de la série. Le propos ne prend donc pas de risque vis-à-vis de l'univers du célèbre cow-boy: les Dalton se sont une nouvelle fois évadés, et le but du joueur sera évidemment de les capturer un à un, vous devinerez aisément dans quel ordre pour peu que vous soyez familier avec la BD. L'intérêt reste donc limité pour qui s'attend à une histoire originale et de qualité. Le jeu se résume plutôt à des lieux communs parfois réussis: l'attaque de la banque du premier niveau qui donne lieu à des séquences de gunfight digne de la BD avec nombre d'ennemis cachés sur les toits ou dans des tonneaux, voyant leur six coups prendre des vacances. Ou encore cette séquence chez les apaches où l'on doit chercher et réunir les différents éléments d'un totem avant la tombée de la nuit. D'autres niveaux comme "Le saloon de Coyote Gulch" sont au contraire, malgré le graphisme, bien loin de l'esprit de la BD, mettant en scène Fingers comme boss de niveau, sous la forme d'une sorte de spectre, tandis que des têtes de bisons aux naseaux fumants vous attaqueront: certes, ces deux éléments provenant respectivement des albums "Fingers" et "Le Ranch maudit" appartiennent bien au corpus de Lucky Luke, Fingers étant un magicien aux mains baladeuses qu'il rend d'ailleurs responsable de ses larcins, mais pourquoi les avoir utilisé aussi librement au point de donner une dimension psychédélico-fantastique au niveau alors qu'on n'en décèle aucune trace dans les albums ? Certes, le créneau du jeu est de susciter un amusement léger, sachant qu'il est quand même destiné à un jeune public, et là-dessus le contrat est rempli. Mais il est dommage de voir qu'avec d'excellentes animations et graphismes, mettant en mouvement le héros de la façon dont on pouvait se l'imaginer en lisant la BD, le reste ne soit pas toujours à la hauteur pour en faire un grand jeu.

Le gameplay lorgne du côté du run and gun et du beat them all, mais on retiendra surtout le premier genre étant donné que votre principale arme sera quasiment systématiquement votre six coups. Les séquences de tirs s'avèrent jouissives: il est possible de tirer dans 7 angles différents, chacun donnant lieu à une animation du cow-boy. Par exemple, si un ennemi se trouve dans son dos, il ne prendra pas la peine de se retourner et tirera la tête en bas. Néanmoins, même si l'imprécision des mouvements dans les passages nécessitant une certaine habileté, héritée des autres jeux du genre par Infogrames, a été atténuée, elle ne manquera pas de vous faire parfois rager comme dans le niveau "la mine". La maniabilité reste tout de même assez bonne pour la majeure partie du jeu.

Certains niveaux spéciaux viennent jalonner le parcours du joueur et s'avèrent assez amusants voire réussis comme rattraper un train attaqué par les Dalton à l'aide de Jolly Jumper, ou bien descendre un cours d'eau rapide en radeau, le jeu changeant de point de vue en affichant dans ce dernier cas, une pseudo-3D qui ne nuit pas au confort.

Sur le plan sonore, si rien de révolutionnaire ne parvient aux oreilles du joueur côté bruitages, les rag-times qui parsèment les niveaux urbains sont très agréable à l'écoute, et les percussions pseudo-ethniques chez les apaches siéent à l'esprit de la BD, ne créant pas une atmosphère "plombée" et inadéquate.

Amusant et parfois jouissif sont les deux adjectifs qui peuvent ainsi définir ce jeu, et même si un enfant y prendra sûrement plus de plaisir, «Lucky Luke» vous fera passer un très bon moment dans l'univers du cow-boy solitaire, d'autant que les adaptations ultérieures d'Infogrames, qui passeront à la 3D, enlèveront à la licence toute la réussite artistique du présent jeu.


titre Lancement sous DOSBox

Lancez le fichier LUCKY.EXE. INSTALL.EXE permet de configurer le jeu.


titre Lancement sous Windows

Si vous jouer sous XP, pensez à activer le mode 256 couleurs via l'onglet compatibilité dans les propriétés de l'exécutable LUCKYW.EXE.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure