Fiche de la compagnie Ubi Soft
NomUbi Soft
Autres nomsUbi Soft S.A. (France), Ubisoft Entertainment S.A. (France)
PaysFrance
Création1986
Rôle(s)Conversion (PC), Développement, Distribution, Distribution (Europe), Distribution (France), Edition, Edition (Europe)
Développeur, éditeur et distributeur français initialement basé à Créteil, Val-de-Marne puis à Montreuil, Seine-Saint-Denis (1986).

Fondé par les cinq frères Guillemot (Claude, Michel, Yves, Gérard et Christian), la société Ubi Soft a pour objet la production, l'édition et la diffusion de logiciels de loisirs interactifs.

Ubi Soft signe son entrée en scène avec des titres un peu sombres, comme «Zombi», «Thanatos», «Masque», «Hurlements», «Peur sur Amityville», sur le micro-ordinateur personnel alors en vogue en Europe, l'Amstrad CPC. Mais il ne faudrait pas cantonner Ubi Soft à ce type de jeux, puisque la société a en même temps lancé un quiz sur le septième art («CLAP Ciné») et un utilitaire d'animation de spritesGraphic City»). Par la suite, on le verra, la société se diversifiera sans complexes avec des jeux d'action et de sport. Après deux années d'exercice, de grandes sociétés internationales font désormais confiance à cette jeune entreprise française pour la diffusion de leurs logiciels, comme Electronic Arts, Elite Systems, Microprose, Novalogic ou encore Sierra On-Line. La fin des années 80 est marquée par les débuts de l'internationalisation de la société, avec les créations des premières filiales de distribution en Grande-Bretagne (London), aux États-Unis (San Francisco) et en Allemagne (Düsseldorf).

Le début des années 90 est marqué par l'investissement d'Ubi Soft sur le marché des consoles de jeu, avec la commercialisation de titres comme «Super Star-Wars : l'Empire Contre-Attaque», ou encore de «Street Racer», aussi bien sur Super Nintendo que sur Sega MegaDrive. Le jeu remportant un important succès, il arrivera sur PC, mais trois ans plus tard, en 1997. Ces jeux prestigieux ne sont pourtant que des distributions ou des éditions pour Ubi Soft qui reste davantage reconnu pour ces activités plutôt que pour le développement de titres originaux. Retour donc à la première moitié des années 90, durant laquelle la société se réorganise pour davantage compter sur ce segment de son activité. Selon une source institutionnelle, elle entre dans une "logique de création maison", avec le lancement d'une structure de production intégrée organisée en studios spécialisés par métiers. Il en résultera notamment «Rayman»®, le premier titre Ubi qui, non seulement révélera les talents de Michel Ancel, mais aussi remportera un succès international, et sera à l'origine d'une série éponyme.

Toujours dans l'optique d'une croissance à l'international, et même si la société diffusait déjà ses jeux en Europe du sud par le biais d'accords de réciprocité, Ubi Soft ouvre au milieu des années 90 deux nouvelles structures de distribution, cette fois-ci en Espagne (Barcelona) et en Italie (Milano). En 1996, la société est côté en bourse et ouvre de nouveaux studios de production à Shanghai et à Montréal. Dans une description institutionnelle, la société assène ces chiffres : "l'édition de titres à grand succès comme «POD» et RAYMAN (respectivement 3 millions et 900 000 exemplaires vendus dans le monde) caractérise le dynamisme et l'esprit novateur de la société. Par ailleurs, 11 ans après sa création, Ubi Soft propose aujourd'hui plus de 1000 produits pour consoles et ordinateurs répartis en quatre lignes éditoriales : Jeu, Entraînement scolaire, Formation artistique, Jeunesse. Avec un chiffre d'affaires de 345 millions de francs, le groupe emploie plus de 500 collaborateurs dans le monde et entend poursuivre son développement en privilégiant ses trois orientations fondamentales :

* l'internationalisation, qui demeure une des priorités du groupe puisqu'il est présent dans 11 pays et diffuse ses produits dans 41 pays au total.
* le pari de la haute technologie, illustré par le partenariat développé avec Intel pour le lancement du jeu «POD» (voir Trivia 1)
* la recherche permanente de l'originalité et de la créativité pour des scenarii, des images et des sons toujours meilleurs.

Aujourd'hui n°1 de la diffusion de CD-Roms de jeux en France et n°2 des producteurs européens de CD-Roms, Ubi Soft se lance un nouveau défi : son objectif est de figurer parmi les 20 premiers éditeurs mondiaux d'ici l'an 2000". Fin de la description institutionnelle. On l'a bien compris, Ubi Soft ne jure plus que par l'expansion à l'international et à la reconnaissance des plus grands noms comme Warner Brothers Interactive Entertainment ou encore Disney Interactive (voir Trivia 2). L'an 2000 est souvent comme une année charnière et effectivement, l'histoire s'accélère. La société lance et réussit une augmentation de capital (voir Trivia 3), elle soutient le lancement des nouvelles consoles comme la SEGA Dreamcast, elle se lance dans le jeu en ligne et le jeu sur mobiles via GameLoft et LUDI WAP (voir Trivia 4). Pour matérialiser ce changement, Ubi Soft abandonne son logotype arc-en-ciel pour un logotype circulaire imaginé par l'agence française Seenk, et elle se dote d'un slogan anglais que l'on peut admirer sur ses sites Web internationaux : "Worlds to share".

La société a une soif de croissance par acquisitions. Ubi Soft annonce en 2000 la prise de contrôle du développeur américain Sinister Games (voir Trivia 5), du développeur britannique Grolier Interactive (voir Trivia 6) qui sont de belles "prises", mais c'est sans compter sur les trois suivantes. Effectivement, s'ajoutent à son portefeuille Red Storm Entertainment, la société auréolée par le renom de Tom Clancy, puis le développeur allemand Blue Byte et enfin la division "entertainment" de l'américain The Learning Company (2001). Cette seule acquisition augmente son catalogue de plus de 80 titres et lui procure surtout des licences prestigieuses comme Catz, Chessmaster®, Dogs, Harpoon, Myst®, Pool of Radiance™ ou encore Prince of Persia (cités ici par ordre alphabétique plutôt que d'importance).


Parallèlement, Ubi Soft diffuse les titres des grandes sociétés d'édition qui sont de plus en plus nombreuses à lui accorder leur confiance : Lucas Arts, Blizzard, Microprose, Activision...


Son adresse postale (1) : 1 voie Félix Éboué, 94000 Créteil.
Son adresse postale (2) : 28 rue Armand Carrel, 93108 Montreuil.
Son adresse postale (UK) : Vantage House, 1 Weir Road, Wimbledom, London SW19 8UX.
Son adresse postale (DE) : Zimmerstraße 19, 40215 Düsseldorf.
Son adresse postale (US) : 625 Third Street, 3rd Floor, San Francisco, CA 94107.
Son adresse postale (ES) : Can Vernet 14, 08190 Sant Cugat del Vallès, Barcelona.
Son adresse postale (IT) : Corso Garibaldi, 44, 20121 Milano.


Trivia 1
en partenariat avec Intel, Ubi Soft aurait été le premier éditeur à utiliser sa technologie MMX™. Pour le lancement américain du jeu, les deux sociétés ont organisé un concours avec des records à soumettre. Le plus rapide a été récompensé par une somme de 10.000$, les lots de consolation étaient constitués de volants ThrustMaster, de cartes ATI 3D et de T-shirts.

Trivia 2
la signature d'accords de licences avec ces deux grands va permettre à Ubi Soft de développer des titres autour des univers de Batman™, Le Livre de la Jungle®, ou Donald Duck®.

Trivia 3
l'augmentation de capital va servir à participer à diverses opérations de croissance externe en Europe et aux États-Unis, mais aussi à financer la société Ubi Ventures S.A., spécialisée dans la création, la prise de participations et le financement de start-up et de sociétés liées à la nouvelle économie.

Trivia 4
cette nouvelle entité créée avec Guillemot Corporation est spécialisée dans les services et les accessoires ainsi que les jeux pour téléphones mobiles selon les protocoles I-mode (Japon) et WAP (Europe et États-Unis). Parmi les autres "missions" de la société, LUDI WAP aurait également le développement de jeux hors ligne, sans plus de détails.

Trivia 5
célèbre pour sa série de jeu auto «Dukes of Hazzard», inspirée par le feuilleton éponyme connu en France sous le nom de "Sherif Fais-Moi Peur", Ubi Soft était déjà son éditeur européen, alors qu'aux États-Unis, le jeu a été pris en charge par SouthPeak Interactive. Sinister Games a également développé «Shadow Company», un jeu d'action tactique en 3D temps réel, édité dans le monde entier par Ubi Soft.

Trivia 6
Grolier Interactive (UK) deviendra Ubi Studios Ltd.

News concernant Ubi Soft

Récompenses

  • Nominé aux 4 d'or 1989 dans la catégorie Meilleure compagnie française
  • Lauréat aux 4 d'or 1990 dans la catégorie Meilleure compagnie française

Publicités

Catalogues

Médias

Article dans Tilt n°38 (1/1987) p096
News dans Tilt n°45 (9/1987) p020
Interview dans Arcades n°3 (12/1987) p116
News dans Tilt n°51 (2/1988) p019
Reportage dans Amstar n°22 (6/1988) p012
News dans Tilt n°55 (6/1988) p110
Reportage dans Tilt n°56 (7/1988) p010
Article dans Tilt n°56 (7/1988) p012
Article dans ASM n°9 (8/1988) p067
Article dans ACE n°12 (9/1988) p034
Reportage dans MSX News / Micro News n°13 (9/1988) p006
Reportage dans Micromanía n°5 (10/1988) p014
News dans Tilt n°59 (11/1988) p038
Article dans Joystick Hebdo n°6 (14/12/1988) p025
Article dans Joystick Hebdo n°17 (1/3/1989) p010
Interview dans ASM n°S 6 (8/1989) p022
Reportage dans Power Play n°4/90 (4/1990) p014
Reportage dans Atari Magazine n°12 (5/1990) p038
News dans Joystick n°10 (11/1990) p033
News dans Joystick n°10 (11/1990) p038
News dans Tilt n°84 (12/1990) p043
News dans Joystick n°17 (6/1991) p016
News dans Génération 4 n°40 (1/1992) p038
News dans Joystick n°25 (3/1992) p012
Article dans Amiga Power n°14 (6/1992) p011
News dans Tilt n°108 (12/1992) p038
News dans Génération 4 n°52 (2/1993) p023
News dans Joystick n°50 (6/1994) p014
News dans Joystick n°54 (11/1994) p009
News dans Joystick n°54 (11/1994) p012
News dans Joystick n°55 (12/1994) p012
News dans Génération 4 n°77 (5/1995) p020
Reportage dans Joystick n°7 H (9/1995) p020
News dans Joystick n°67 (1/1996) p016
Reportage dans PC Collector n°4 (9/1996) p020
Reportage dans PC Joker n°2/97 (2/1997) p024
Article dans PC Collector n°10 (9/1997) p004
News dans Joystick n°85 (9/1997) p020
Rétrospective dans PC Player n°7/99 (7/1999) p128
Reportage dans Génération 4 n°125 (8/1999) p104
Article dans PC Master n°117 (1/3/2000) p062
Interview dans Génération 4 n°137 (9/2000) p078
Reportage dans Edge n°91 (12/2000) p064

Jeux distribués
Compilations








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure