JOYSTICK

129 numéros recensésPuce 1990 2012PuceFrance
Le premier numéro de Joystick, en janvier 1990, reprend là où Joystick Hebdo s'était arrêté un mois plus tôt, mais cette fois sur 150 pages au lieu de 40. Les rubriques sont donc mieux développées, mais la maquette est à peu près identique. Bruno Bellamy n'intervient plus que pour quelques dessins, et on note l'arrivée de Jean-Marc Demoly (ex-Micro News), alias Destroy puis J'M Destroy, qui devient vite le spécialiste des consoles. La première moitié de l'année 1990 constitue une période de rodage, qui sert à définir les rubriques majeures ("Consoles News" apparaît en juin 1990 pour donner aux consoles la place qu'elles méritent), ainsi que la maquette, aérée et colorée, avec des tons bien définis (fond blanc pour les news et les tests, fond coloré pour les consoles, fond bleu pour les solutions et les pokes, et plus tard fond noir pour les avant-premières) - la maquette sera d'ailleurs un des points forts de Joystick durant plusieurs années. Arrivent ensuite dans la rédaction Sébastien Hamon, Cyrille Baron (ex-Hebdogiciel et Micro News), et, en janvier 1991, deux poids lourds de Tilt : Alain Huyghes-Lacour, qui prend la place d'Henri Legoy, et Dany Boolauck, qui ne restera qu'un an. La plupart des collaborateurs de l'ère Joystick Hebdo ont alors déjà plié bagages, mais cela n'empêche pas Joystick de s'imposer grâce à son épaisseur (200 à 300 pages, le record en France dans ce secteur), ses copieuses avant-premières, son humour, influencé par les Nuls et les Monty Python, ses gags et calembours en bas de page - ainsi que ses notes souvent beaucoup trop élevées. En octobre 1991, le magazine Joypad, dédié exclusivement aux consoles, est lancé. La double charge de travail pour les journalistes consoles impose un changement : un sondage est lancé pour déterminer si "Consoles News" doit rester. La majorité pour les micros est si faible que "Consoles News" reste, mais voit sa pagination fortement réduite, pour finalement disparaître en mars 1993. L'année 1992 est également marquée par un changement de maquette et l'arrivée de Jérôme Darnaudet (ex-Micro News lui aussi). Au printemps 1993, Joystick est racheté par Hachette Presse, et Claude Lucas devient rédacteur en chef. Le magazine abandonne progressivement les formats délaissés (CPC, ST en 1993, Amiga en 1995, Mac en 1997), passe à l'ère du CD-ROM en 1994 avec une rubrique spécifique, et offre un CD-ROM de démos à partir de mai 1995. L'arrivée de plusieurs nouveaux rédacteurs en 1995 et 1996 amorce une transition qui prend réellement forme en septembre 1996 avec une nouvelle maquette épurée et moderne, et s'achève début 1997 par le remplacement du dessinateur Yacine par Didier Couly et ses pingouins, et la promotion de Cyrille Baron au poste de rédacteur en chef. Une nouvelle ère s'ouvre alors pour Joystick - l'ère Windows 98 / carte 3D / jeu en réseau / bugs et patchs à gogo. Grâce à son équipe soudée, son sens de l'humour, ses attaques et critiques et ses couvertures arty dans l'esprit d'Edge, Joystick maintient sans difficulté sa position de premier magazine français sur les jeux PC. Cette ère, à peine ébranlée par le départ de Cyrille Baron en 2002, prend fin brutalement à l'été 2003 avec le rachat du magazine par le groupe Future et le départ de la quasi-intégralité de l'équipe qui fonde Canard PC peu après.

Pour en savoir plus