Anvil of Dawn
Année
1995 (Sortie FR)
Production audio
Distribution (France)
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.72
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
637 votes




titre Scénario

Le monde de Tempest, un monde classique d'héroic-fantasy, était un havre de paix jusqu'à ce que le Warlord invoque des légions du chaos pour prendre le contrôle du monde. La Dame, qui règne sur le monde, vous a chargé de découvrir la source de sa puissance maléfique et de la détruire...


titre Présentation

«Anvil of Dawn» est un jeu de rôle qui m'a marqué à l'époque, j'y ai passé des dizaines d'heures, sans jamais réussir à le finir.
Imaginez : en 1995, en plein boom de FPS et des des jeux de rôles en 3D temps réel («The Elder Scrolls : Arena» par exemple), New World Computing et Dreamforge sortent un jeu de rôle en case par case, ce sera d'ailleurs un des derniers du genre. Qu'est-ce qui peut pousser les joueurs de l'époque à tenter ce jeu au fonctionnement presque obsolète ? Tout simplement une réalisation à couper le souffle : Les décors sont en 3D précalculée, ce qui permet des textures et des détails inimaginables en 3D temps réel à l'époque, mais le déplacement lui-même, si il est en case par case, est très fluide : si vous tournez ou avancez sans vous arrêter, le déplacement est aussi fluide que dans un jeu en Full3D de l'époque.
Il y a même des extérieurs, avec un déplacement à la «Myst 3» : entre deux positions, une animation pré-calculée montre votre déplacement.
Les personages non joueurs et les adversaires sont des sprites de toute beauté, avec des détails fins et colorés, et surtout tout ça bénéficie d'une animation très souple.
An niveau son : tous les dialogues sont doublés, même les textes de votre personnage, avec une voix différente selon votre personnage de départ (au choix parmi 5 apparences possibles, le choix des dialogues se fait par des mots-clés apparaissant au fur et à mesure de ce que vous apprenez).
Les musiques sont très agréables et ne sont pas prise-de-tête malgré une certaine répétitivité. De plus, chaque partie du jeu à ses musiques propres qui collent parfaitement à l'ambiance (ainsi que des graphismes spécifiques).

L'interface est un modèle du genre : déplacement au clavier (flèches) ou à la souris (curseur sur le bord de l'écran), sorts accessibles d'un clic sur la droite de l'écran, le curseur est adaptatif : une main verte pour utiliser ou ouvrir ce qui peut l'être, un poing rouge sur les ennemis, un clic gauche pour utiliser l'objet porté dans la main gauche, un clic droit pour l'objet dans la main droite.
Votre portrait vous indique votre état (vert si empoisonné, couvert de traces de sang quand vous êtes blessé). Une barre de mana et une barre de vie qui se rechargent progressivement (très très doucement).
Une mini-carte vous indique ce qui se trouve dans les cases les plus proches de vous.
Chacun de ces éléments, si vous cliquez dessus, vous permet d'accéder au menu correspondant, et tous les menus sont accessibles depuis la feuille de personnage.
La gestion de l'inventaire pourra sembler un peu contraignante, mais elle se veut réaliste : dans votre sac à dos, c'est le bazar, tout est en vrac, à vous de récupérer des sacs et des coffrets pour ranger votre équipement par catégories.

La carte quant à elle est aussi un modèle du genre, il s'agit d'un automapping affichant tout ce que vous avez déjà vu, avec des icônes et une légende très précise.
Pour les combats, vous aurez déjà compris qu'il est simple de frapper, (clic sur l'ennemi avec le bouton correspondant à la main qui frappe) ce qui permet de pouvoir rapidement lancer des sorts pendant le combat. De plus si vous frappez au moment ou un adversaire va vous frapper, son coup est paré.

Côté magie, vous n'aurez pas des centaines de sortilèges, seulement 2 en début de jeu, et une dizaine au maximum. Mais leurs effets augmentent avec votre niveau, et ils sont graphiquement très jolis (surtout pour l'époque) : chaque sort correspond à un signe, et vous voyez la main de votre personnage tracer le signe (ce n'est pas à vous de le tracer à la souris...)

Bref vous l'aurez compris, c'est effectivement un JDR case par case, mais s'il s'agit d'un des derniers jeux de ce genre c'est pour moi le plus abouti techniquement des jeux de ce genre. Et l'ambiance est très prenante, certains lieux étant très originaux (labyrinthe aquatique), même si le scénario n'est pas d'une grande originalité.

Je lui mets donc un abandonware d'or, même si il a un gros défaut pour les anglophobes : il est entièrement en anglais (voix et textes).


titre Lancement sous DOSBox

Lancez le fichier INSTALL.EXE de l'image disque. Après l'installation et la configuration du son, allez dans le répertoire créé sur le disque dur virtuel et lancez ANVIL.EXE.

Si vous voulez les sous-titres pendant la cinématique d'introduction, faites 'ECHAP' pour accéder au menu, et dans la configuration, cochez "subtitles". Ensuite choisissez "New Game" et la cinématique rcommence, cette fois avec des sous-titres.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure