Motorhead
Année
1998 (Sortie FR)
Genre
Systèmes
systeme systeme
Multijoueurs
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
495 votes


Tout le monde s'est rendu compte qu'à une époque les consoles ont lorgné du côté des ordi, et vice-versa. Les jeux typiques de salon se sont invités sur les grosse bécanes de bureau, et la recette est simple : prenez «WipEout», remplacez les éléments nécessaires pour que le titre soit plus "réaliste", mettez des bagnoles super-puissantes, et on obtiendrez : «Motorhead».


titre Google n'est plus ton ami

C'est marrant à quel point certaines recherches internet peuvent être un véritable casse-tête. Prenons par exemple «Motorhead» : n'espérons pas rencontrer de problème technique car les résultats sont prévisibles : faites connaissance avec le célèbre groupe heavy metal du même nom (la différence se situant au "ö").
Quel rapport avec le jeu ? Aucun. Quoiqu'on pourrait dire que l'un comme l'autre sont rythmés. Non, juste une anecdote qui trouve réponse dans la partie Aide au démarrage en fin de fiche.

Pour l'heure, place à «Motorhead» (le jeu). Motor, parce que jeu de voiture. Head, parce que... Head. Edité en 1998 par Gremlin Interactive, et créé par le célèbre studio des flippers (Digital Illusions), «Motorhead» vous met au volant (sur PC et Playstation) de super caisses qui vont devoir courir sur des circuits afin de remporter la première place, ou battre les plus beaux records. Il sera possible de participer à une ligue spéciale.
Plusieurs parcours disponibles, tous différents les uns des autres, avec des véhicules au choix possédant des caractéristiques différentes afin de choisir son préféré. Des options utiles (quand même), un jeu solo, et un jeu en ligne multijoueurs. Le contenu n'est pas complètement débloqué d'origine : il faudra bosser un peu pour espérer voir toutes les voitures et tous les circuits.

Manier son véhicule ne demande pas de gros efforts : les flèches directionnelles afin de diriger les engins / accélérer / freiner, et quelques boutons notamment pour passer les vitesses (en boite manuelle), modifier la vue ('F1' et 'F2'), klaxonner, déraper au frein parking, etc. Le tout est configurable au sein des options.

Sur le fond, un jeu de courses très rapide qui fait un peu penser à «WipEout» (décors notamment, ryhtme), mais qui possède son caractère un peu différent pour en faire un jeu qui n'y ressemble pas trop non plus. Quoique. En course, il faut arriver à dépasser ses concurrents en se permettant d'éviter toute partie de décors, et prévoir les pièges (genre la deuxième route qui mène sur un mur). Si on pouvait conduire à fond tout le temps, ce serait simple : non, il faut aussi appréhender certains virages vicieux afin de les prendre en dérapage, ou à la vitesse grand-mère (car elle ne fait pas qu'un bon café mamie). Très classique sur le fonctionnement, un jeu de course qui se démarque tout de même par l'ambiance un peu futuriste qui y règne, mais aussi...

... Par la forme : le jeu est très joli. Des graphismes intégralement en 3D très fins, des effets spéciaux aussi, et une animation fluide et rapide à couper le souffle. N'hésitez pas à régler les options graphiques au maximum, à moins de ne posséder que l'ordinateur (en cailloux) de Captain Caverne. La musique, un peu rock et beaucoup techno, n'est pas désagréable, mais c'est assez classique - ainsi que les bruitages : freins, moteurs, youpi. La jouabilité est réactive, et la difficulté paramétrable. Pas insurmontable, mais du challenge pour rattraper bip-bip.
Là où ça pourrait faire mal, c'est que les environnements sont un peu trop déserts. Le titre manque de vie, la route est plutôt (un peu trop) "plate" malgré les différentes descentes et montées. En plus, à force de lorgner du côté des consoles, «Motorhead» nous a chopé le syndrome N64 (sauf que le jeu ne s'est décliné que sur PS1) : perdue dans un brouillard omniprésent, la 3D, même si elle ne s'affiche pas sous notre nez, se retrouve embrumée sur le fond, un peu trop parfois, et ça fait un peu mal aux yeux. Cela n'interfère pas sur le gameplay, mais c'est pas toujours très agréable. Et des fois, le décor s'affiche un peu trop tard par rapport au champ de vision lointain, et ça renforce encore l'effet de vide.

Un final en demi-teinte. Le jeu est sympathique, rythmé, et promet un bon nombre d'heures de jeu seul ou à plusieurs. La présence d'un nombre suffisant de circuits, et quelques modes de jeu, permettent de se programmer des après-midi courses-auto face à son écran. Malgré tout, à côté des courses sympa, il se passe un peu d'ennui, notamment visuel, ce qui influe sur le plaisir de la partie. Disons que sur PC, ainsi que sur console, on a vu mieux à l'époque. Sans dire que le jeu n'est pas fun, il ne se démarque pas suffisamment pour faire oublier d'autres titres typés console de même année ou plus vieux, et plus amusants («The Need for Speed», «WipEout», pour ne citer que ces deux-là auxquels on pensera inexorablement durant la partie). Un bon titre, assez bien réalisé, qui possède son caractère, mais pas assez poussé pour en faire un hit à part. Dommage, c'était bien parti.


titre Aide au démarrage

Testé sous XP SP3

Afin de jouer à «Motorhead», vous devrez obligatoirement utiliser le CD ou l'image disque dans le premier lecteur optique de votre ordinateur (habituellement D:/).

Attendez le démarrage automatique, puis procédez à l'installation du jeu. Suivez les indications par défaut jusqu'à la demande d'installation de DirectX 5. Soit vous refusez alors, soit vous continuez : dans un cas tout se passe bien, dans l'autre vous devriez rencontrer un message d'erreur, et tout se passera bien aussi.

Une fois l'installation faite, il vous faudra, en guise de patch, utiliser les fichiers téléchargeables à part (sur la page de téléchargement également) afin de rendre le jeu "démarrable".

1) Téléchargez l'archive "Fichiers Patch".
2) Décompressez l'archive.
3) Copiez les 9 fichiers obtenus directement dans le dossier (par défaut) C:/Program Files/Digital Illusions/Motorhead/ (là où se trouve l'exécutable Motor.exe entre autre. Si Windows vous demande, remplacez les fichiers existants par les nouveaux.
4) Le CD inséré, il suffira alors de lancer le jeu via le fichier Motor.exe du dossier du jeu : pour simplifier la vie, créez un raccourci de cet exécutable sur votre bureau Windows.

Nous rappellerons que si cela est nécessaire (en cas de soucis d'erreurs et autres sous Windows XP et suivants), il faudra privilégier d'appliquer la compatibilité Windows 98 sur l'exécutable du jeu Motor.exe, et, le cas échéant, sur le setup.exe du disque avant l'installation.

Pour l'affichage, nous conseillons de régler, dans les options spécifiques, la carte graphique sur "Pilote d'affichage principal" : les autres options (software, 3DFx) risquent de faire planter le jeu au démarrage d'une course.


Impossible en revanche d'avoir l'affichage des infos durant les courses : autant la vitesse que les menus sont invisibles : seule la 3D s'affiche (ce qui est déjà pas mal)

Le menu de courses dans l'ordre :

1) Reprendre partie.
2) Recommencer course.
3) ?? (sous-menu).
4) Quitter course.

Utilisez les flèches de direction pour faire votre choix, et ENTER pour valider.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure