Countdown
Année
1990 (Sortie FR)
Développement
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.73
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
459 votes


titre Scénario

La première sensation qui lui revint, ce fut les battements de son coeur, suivis d'une douleur lancinante dans tout le corps. Son cerveau ne pouvait guère analyser autre chose : il avait tout oublié, son passé, son nom... Il pensait se trouver en prison, à en juger par la crasse et les cafards qui se promènent sur le mur, mais la fiche au pied de son lit lui apprit qu'il s'appelle Mason Powers et qu'il se trouve dans un hôpital... Ou serait-ce un asile ? Une discussion avec le surveillant plutôt, disons, spécial, lui révèla qu'il passerait sur la table d'opération le lendemain pour une lobotomie en bonne et due forme. Très peu pour lui. A l'aide de ses mains et d'un outil de fortune, il réussit à ouvrir la fenêtre et put explorer les lieux en évitant les gardes. Selon d'autres "patients", il se trouverait dans un hôpital turc où la CIA enferme les agents trop encombrants, dont un interné aurait réussi à s'évader. D'autres souvenirs lui revinrent : un ami, Frank McBain, abattu sous ses yeux... Un dénommé Scorpio qu'il faudrait retrouver... Une discussion "musclée" avec le chirurgien (alcoolique et à moitié endormi) permit d'éclaicir d'autres zones d'ombre, et grâce à un labyrinthe souterrain, il parvint à s'échapper de cet asile. Les choses étaient maintenant plus claires : Frank McBain était agent à la CIA, tout comme lui, et il enquêtait sur le groupe terroriste Black December. Il soupçonnait les terroristes d'avoir l'infiltré l'organisation et de préparer un attentat de grande ampleur. Mason Powers n'a que quelques jours pour contrecarrer leurs plans.


titre Présentation

«Countdown» est le deuxième jeu d'aventure d'Access Software après «Mean Streets», et le premier exclusivement réservé aux PCs (comme tous leurs jeux à venir). Les graphismes n'ont donc pas été "retouchés" pour convenir aux Amiga et ST et exploitent mieux les 256 couleurs du mode VGA, avec cet effet de flou caractéristiques des digitalisations, LA technique préférée d'Access. L'interface est classique : la souris pour sélectionner les actions et objets à l'écran, le clavier pour déplacer le personnage (essentiel dans les labyrinthes). L'interface de dialogue a été améliorée et sera ré-utilisée dans les jeux suivants : on choisit non pas une phrase mais un ton à adopter, et il faut choisir la liste de tons adéquate pour convaincre l'interlocuteur de se mettre à table (un cadeau fait parfois l'affaire). Simple et efficace.

Bien que, comme dans «Amazon», Tex Murphy ne soit pas de la partie, «Countdown» est une enquête d'espionnage rondement menée. Elle flirte même avec l'horreur lors de la très glauque première partie du jeu, dans l'hôpital turc (certainement inspiré par le château de Brunwald de «Indiana Jones and the Last Crusade» tant les points communs sont nombreux : exploration des couloirs, gardes, passage par une corniche, sortie cachée...). Le jeu devient ensuite moins stressant et plus classique, avec beaucoup de dialogues, de nombreux objets (les auteurs aiment visiblement les clés), quelques messages secrets à déchiffrer... Il reste néanmoins deux contraintes : le temps (l'affaire doit être résolue en 96 heures maximum) et l'argent (vous n'en avez pas en début de partie et les transports ne sont pas gratuits). Il faudra donc limiter les déplacements au strict minimum et privilégier l'avion autant que possible. Il n'y a pas de moyen simple pour balayer l'écran, il faut cliquer partout pour repérer des objets de deux pixels de large. Et comme dans tous les jeux d'aventure Access, on peut aussi bien se retrouver bloqué si on a oublié de ramasser un objet que mourir de plusieurs façons... Les débutants savent donc à quoi s'en tenir, les sauvegardes ne sont pas là pour faire joli.

«Countdown» est une aventure passionante, même si sa réalisation, splendide à l'époque (les graphismes digitalisés étaient encore rares), est moins impressionante aujourd'hui. La fenêtre de jeu est un peu petite, l'animation du personnage donne l'impression qu'il glisse sur le sol, l'interface de dialogue est perfectible (on peut répéter plusieurs fois les mêmes phrases à son interlocuteur sans qu'il ne bronche), le déchiffrage des messages est laborieux... Access corrigera certains de ces défauts dans «Martian Memorandum» et «Countdown» avant de faire un grand saut en avant sur «Under a Killing Moon».


titre Lancement sous DOSBox

Lancez le fichier COUNT.EXE.
La touche 'F' ouvre le menu de gestion des sauvegardes.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure