Flight Simulator 98
Année
1997 (Sortie FR)
Développement
Edition
Systèmes
systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotes
637 votes


titre Introduction

Piloter un avion, tranquillement dans son fauteuil tout en vivant des situations réelles de vol, voilà tout le concept de Flight Simulator. Tout commence en 1977 avec le premier Flight Simulator développé par Bruce Artwick et ses sociétés subLOGIC Corporation, puis Bruce Artwick Organization. A l’origine, Flight Simulator était destiné aux ordinateurs personnels dotés du microprocesseur Intel 8080 comme l'Altair 8800 ou l’IMSAI 8080. En 1979 une version est conçue pour l’Apple II. L’association avec IBM et Microsoft ne se fera qu’à partir de 1982. Au cours des années 80, Flight Simulator fut également porté sur d’autres plates-formes comme le Commodore 64, le MSX, l’Amiga, l'Atari 800 et l'Atari ST.

titre Gameplay

N’ayant aucune expérience de pilotage et une peur bleue de l’avion, cette simulation est tout un défi pour moi ! Donc, avant de tutoyer les nuages, passons par l’école de pilotage.
-Apprendre à voler
Dans la partie leçon nous allons apprendre les fondamentaux du pilotage. Comme par exemple :
-Apprendre à décoller
-Apprendre à tourner
-Apprendre à suivre un cap
-Apprendre à atterrir

Commençons par un vol d’introduction sur le décollage, le tour de piste et l’atterrissage du Cessna 182 RG à Chicago, Meigs Fields, piste 18. Vent nul.
Arrivé dans le cockpit, je suis quelque peu perdu face à tous ces boutons et cadrans remplis de chiffres et de petites loupiotes de couleurs. Heureusement, pour en savoir plus et se familiariser avec le tableau de bord, il suffit de faire un clic droit sur un des éléments (anémomètre, horizon artificiel, altimètre, conservateur de cap, variomètre…) pour afficher les fichiers d’aides.
Bien, que dois-je faire ? Pas de panique, dans certaines leçons, comme celle-ci, vous avez la possibilité de laisser les commandes de l’appareil à un instructeur qualifié.
Avant le décollage, mon sympathique instructeur me fait un petit briefing sur ce qu’il va se passer. Je ne comprends pas encore tout ce qu’il me dit, mais je suis là pour apprendre. Tout en propulsant notre engin dans les airs, ce pilote chevronné me décrit les opérations qu’il est en train d’effectuer (vitesse, angle, altitude, cap, atterrissage). Après avoir fait magnifiquement atterrir notre oiseau de fer, il me propose d’essayer moi-même à présent.
Maintenant seul aux commandes, je me sens un poil plus confiant, trop peut-être... Je vérifie une dernière fois mon plan de vol. La tour de contrôle me dit que tout est ok pour le décollage. Allez ! Quand faut y aller, faut y aller ! Je retire le frein et pousse la manette des gaz à fond jusqu’à obtenir une vitesse de 60 nœuds, nécessaire pour décoller. En pleine ascension, je rentre maintenant le train d’atterrissage. A environ 1500 pieds, en direction du Sud, mon Cessna commence à bien se stabiliser. Tout va bien là-haut, mais il va falloir tourner à 90 degrés Est. Là commencent les problèmes ! Tourner ou virer n’est pas très évident au début. Attention aux décrochages !
Après m’être placé à peu près en face de la piste, j’entame à présent mon tout premier atterrissage. Moment ô combien tendu, car il faut à ce moment-là s’occuper des ailerons, sortir le train d’atterrissage, réduire sa vitesse, et le tout de manière progressive. Une goutte de sueur suspendue à ma tempe, je retiens ma respiration : vais-je y arriver ?
Mais c’est le drame ! Mon Cessna, allant beaucoup trop vite, s’écrase lamentablement comme une vulgaire maquette sur la piste d’atterrissage. Je commence à comprendre qu’il va falloir s’armer de patience pour arriver à réaliser cette délicate opération. Sans me décourager, je remonte illico dans un nouveau Cessna tout neuf (ils sont sympas dans ce club) pour redécoller aussitôt.
Après quelques minutes de vol, arrivé au moment fatidique de l’atterrissage, je respire doucement. Tout à l’air de bien se passer… Oui ! Mes roues touchent le sol ! Une certaine fierté s’empare de moi. J’ai réussi mon premier atterrissage !
Il me reste encore beaucoup de choses à apprendre, mais les 24 leçons proposées et les nombreux fichiers d’aides sont là pour faire de moi un véritable pilote.

titre Choisir un vol

Dans cette rubrique nous avons 3 options :
- Défis : Essayez un vol qui mette à l’épreuve vos talents de pilotes (88 défis).
- Vols : Sélectionnez le vol de votre choix dans une liste de vols qui partent d’endroits intéressants (77 vols).
- Aventures : Choisissez un vol animé d’instructions de contrôle aérien réalistes (20 aventures).
En réalité ces 3 options sont plutôt similaires. C’est surtout l’occasion pour vous de tester vos connaissances du pilotage dans des situations plus ou moins complexes : météo difficile, vols de nuit, acrobaties, gestion du trafic aérien…
De nombreux scénarios vous seront proposés, comme par exemple : voler dans Las Vegas à bord d’un hélicoptère, conduire le président de la compagnie et sa famille à Disneyland, survoler Paris et ses monuments…
Créer un vol
Ici, vous êtes en totale liberté. Choisissez votre appareil, l’aéroport de départ (environ 3000), les conditions météorologiques et l’heure du départ.

titre Les appareils

Dans la rubrique Créer un vol vous trouverez une description et les caractéristiques techniques de chaque appareil (8 au total).
-Bell 206B JetRanger (hélicoptère)
-Boeing 737-400
-Cessna Skylane 182R RG
-Cessna Skylane 182S
-Extra 300S
-Learjet 45
-Schweizer 2-32 Sailplane (planeur)
-Sopwith camel

titre Réglages et paramètres

Tout ou presque est paramétrable dans cette simulation, notamment :
Les commandes (vous pouvez utiliser le clavier avec ou sans la souris et assigner chaque touche comme vous le souhaitez ou bien vous servir d’un joystick spécialement conçu pour les jeux d’avions), les graphismes (3D), la vue de l’appareil, l’animation (trafic aérien entre autres), la radio, le plan de vol, le pilotage automatique…croyez-moi, les options sont nombreuses ! Le multi-joueurs est également présent.

titre Conclusion

Plus qu’un jeu, «Flight Simulator 98» est une vraie expérience. Très réaliste, les vrais pilotes devraient s’y retrouver assez rapidement, les purs débutants par contre devront passer de longues heures à l’école de pilotage avant de se sentir plus à l’aise. Du maniement relativement simple d’un Cessna au gros Boeing bimoteur, les sensations seront totalement différentes d’un appareil à l’autre. L’ambiance, le son (manque juste l’odeur), tout est là !
Du grand Abandonware à posséder absolument !

titre Installation

«Flight Simulator 98» s’installe et tourne parfaitement via Virtual PC + Win 98.

titre Versions

- 1982 : «Flight Simulator 1.04»
- 1983 : «Flight Simulator 2.0»
- 1988 : «Flight Simulator 3.0»
- 1989 : «Flight Simulator 4.0»
- 1993 : «Flight Simulator 5.0»
- 1995 : «Flight Simulator 5.1»
- 1996 : «Flight Simulator 95»
- 1997 : «Flight Simulator 98»
- 1999 : «Flight Simulator 2000»
- 2001 : «Flight Simulator 2002»
- 2001 : «Combat Flight Simulator Série Europe 39-45»
- 2003 : «Flight Simulator 2004». Pour commémorer un siècle d’aviation
- 2006 : «Flight Simulator X»
- 2012 : «Microsoft Flight»



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure