Ubik
Année
1998 (Sortie FR)
Genre
Développement
Edition
Distribution (Espagne)
Distribution (Grèce)
Systèmes
systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotes
631 votes


titre Scénario

«Ubik» est une adaptation du roman portant le même titre de Philip K. Dick. Le jeu se déroule à Los Angeles en 2019. Le joueur incarne Joe Chip (le personnage principal du roman), qui travaille pour le compte de Runciter Associates, une entreprise spécialisée dans le contre-espionnage industriel et la protection des secrets industriels. Joe Chip doit recruter et diriger une équipe d'agents aux compétences variées, dont certains disposent d'implants cybernétiques ou de pouvoirs psychiques.

La première mission du joueur (mais pas de Joe Chip) consistera à "voler" un agent avec des pouvoirs psioniques hors du commun à une multinationale concurrente...


titre Gameplay

«Ubik» mêle une dimension de jeu de stratégie dans la sélection, l'entraînement et l'équipement des agents et dans les tactiques à mettre en oeuvre lors des missions, et un aspect de jeu d'action via les combats qui ponctuent les missions elles-mêmes. Le jeu se présente sous la forme de plans fixes et de personnages que le joueur voit à la troisième personne, la caméra se plaçant derrière ou autour des agents, que le joueur contrôle par l'intermédiaire d'une interface située à droite et au bas de l'écran. Les missions incluent diverses interactions avec le décor et avec les personnages.

En dehors des missions, on peut aussi interagir avec les personnages et objets dans les différents étages de la Runciter, ce qui permet d'en savoir plus sur Joe Chip et ses associés.


titre Technique

«Ubik» utilise un graphisme à la «Resident Evil» : graphismes en 3D sur plan 2D fixe.
Le jeu utilise des musiques CD pour accompagner l'action à l'écran, ainsi que des doublages français, et des effets sonores de bonne facture.


titre Compatibilité

Là, ça se complique !
Il faut impérativement avoir une machine (virtuelle ou non) avec Windows 98.
Dans le cas d'une machine virtuelle, il vous faudra VirtualPC 2007 et avoir installé les additions invitées.

De plus il vous faut utiliser CPUGrab pour diminuer les performances globales et ainsi permettre au jeu de fonctionner normalement (sinon votre personnage ne pourra pas bouger !). Chez moi le bon paramètre semble être 90% !

Enfin, il faut installer Daemon Tools 3.47 pour monter les BIN/CUE. C'est la seule manière de profiter des musiques CD. Dans le cas d'une machine virtuelle, on peut les mettre à disposition de la VM avec un dossier partagé ou une ISO.

Si le jeu ne fonctionne toujours pas, il vous faut éventuellement désactiver l'accélération DirectDraw dans les options de l'outil dxdiag.


titre Commandes

Pour contrôler jusqu'à 5 agents en même temps ce n'est pas si compliqué une fois qu'on s'est habitué aux contrôles. De plus, le jeu explique les commandes à chaque démarrage, et dans le manuel.
Ce qui n'est pas expliqué, c'est que désactiver/activer la caméra automatique permet de se recentrer sur les personnages, ce qui n'est pas vraiment fait automatiquement.


titre Avis du testeur

Modérément bien reçu par la critique dans l'ensemble, «Ubik» a beaucoup de bons côtés. D'abord, il respecte bien l'oeuvre de P.K. Dick, et plus particulièrement son roman éponyme. Le jeu se paie le luxe d'avoir son manuel préfacé par Norman Spinrad, un auteur de Science-Fiction américain et ami de longue date de Philip K. Dick.

Et bien que les graphismes soient dépassés, même pour l'époque («Quake 2» était sorti un an avant, «Nomad Soul» à peine un an après), la direction artistique est cohérente.

Il n'empêche que pour un jeu de 1997, ne pas avoir de compatibilité pour l'accélération graphique 3DFX, extrêmement populaire à l'époque, est étrange.

Les musiques CD par Eric Los valent le détour (bien qu'elles soient souvent répétées par le jeu), et les dialogues de Johan Robson sont un plaisir à lire (il avait écrit auparavant ceux de «Lost Eden», «KGB», «Atlantis», «Kult», ...).

Maintenant, il faut bien se rendre compte que le jeu, en plus d'être difficile à faire fonctionner, a un gameplay qui ne tient pas la distance. Le concept d'avoir des agents avec des équipements et pouvoirs différents sonne bel et bien bon sur le papier. Mais le moindre combat se transforme en apocalypse. Même en facile, on aura de la chance si on a pas un agent qui reste bloqué dans un couloir, qui tire contre un mur, ou qui ne se fasse pas tuer bêtement.

Les doublages sont quant à eux joués de manière très peu convaincante. Le meilleur acteur c'est le robot devant l’ascenseur Runciter, un comble !

Bref, si on a de la patience, le jeu a beaucoup à offrir. Beaucoup de background, de profondeur dans les missions (il faut gérer son budget, ses agents, ses équipements, les pouvoirs psys, ses informateurs, les objectifs ...)

En fin de compte, je vous dirais de l'essayer, surtout si vous êtes fan de l'oeuvre de Philip K. Dick.

Si le jeu ne vous plaît pas, il y a pléthore de jeux cyberpunk concurrents de l'époque : «Deus Ex», «Nomad Soul», «Syndicate Wars», «System Shock 2», ...



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure