Indiana Jones and the Temple of Doom
Année
Développement
Conversion (PC)
Edition
Distribution
Systèmes
systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
357 votes




titre Présentation

«Indiana Jones and the Temple of Doom» est un jeu d'arcade qui vous place dans la peau de l'explorateur Jones. Juste après l'écran de démarrage, avec le célèbre générique en mode Biper, vous vous retrouvez devant trois entrées de grottes que vous devez franchir au choix de vos capacités: Easy, Medium et Hard.
Vous allez devoir traverser trois tableaux diffèrents, soit un cycle, et traverser trois cycles entiers pour avoir le droit à un quatrième dont le dénouement est proche de celui du film.
Dans le premier tableau, vous grimpez sur des échelles et accédez à des falaises pour dénicher des cages renfermant des enfants retenus prisonniers par Mola Ram. Il faudra délivrer six enfants pour achever le tableau. Mais si vous trouvez la sortie avant d'avoir délivré les six gosses, vous renoncez à votre bonus.
Le second tableau vous place dans un wagonnet de la mine, et vous devez éviter de basculer en anticipant les autres wagonnets et les obstacles qui se dressent sous vos roues. Vous pouvez fouetter les gardes qui veillent le long des rails, ça peut être jouissif.
Le troisième tableau vous met dans le temple de Shankara, et vous devez retrouver des pierres qui reposent sur un autel. Attention à la lave, et pour grimper jusqu'à la pierre de Shankara, il faut passer selon un bon timing, au-dessus d'un canal de lave. Pendant votre périple, vous affrontez des ennemis et c'est votre fouet (barre espace) qui vous sert d'arme.
Vous devez utiliser les flèches du pavé directionnel pour vous diriger et pour orienter votre fouet. Entre les cobras, les chauves-souris assoiffées de sang, les gardes Thuggees, et Mola Ram qui vous envoie des boules de feu, vous aurez un certain temps pour apprendre à trouver la sortie du niveau. Vous pouvez enjamber des fossés et des falaises en utilisant le fouet sur des escarpements. Et en fouettant des bonus (ossements, squelettes, ouverture de cages) vous marquez des points. Après 10 000 points, vous obtenez une vie supplémentaire. Et au démarrage, vous n'en avez que 5, de vies, sans réinitialisation à chaque nouveau tableau!
Et plus vous allez avancer, plus la difficulté va augmenter, nécessairement. En mode "easy", le challenge m'aura paru assez relevé, mais comme tout jeu de plate-forme, on apprend presque par coeur et on finit par anticiper.


titre Une pâle adaptation du long-métrage ?

«Indiana Jones and the Temple of Doom» est d'abord sorti en 1985 sur borne d'arcade. C'est Atari qui a développé l'adaptation du second opus cinématographique de l'archéologue-au-stetson-et-au-fouet, après avoir déjà oeuvré sur l'adaptation du premier Indy en 1982 («Raiders of the Lost Ark»). De toutes les versions déclinées pour ce jeu, aucune n'a pu rivaliser avec le jeu originel. Par exemple, le premier niveau comporte des passages secrets et des toboggans, sur borne d'arcade, mais pas sur les conversions pour micros et consoles.
On a reproché à ce jeu un scénario épais comme un timbre-poste, et c'est vrai que le monument cinématographique de ce second volet aurait mérité plus de tableaux, notamment avec la scène hallucinante d'ouverture, dans le club Obi-Wan, et la scène sur les rapides après la chute de l'avion.
Mais si l'on compare la version Dos, parue quatre ans après la version Arcade, et au moment où est édité «Indiana Jones and The Last Crusade-The Action Game», cette dernière apparaît comme l'une des moins abouties de tous les portages. Il suffit de regarder les screenshots qui ornent cette fiche pour s'en convaincre.
Cela dit, on pourra rendre hommage à l'équipe de Peter Lipson, le chef de projet du jeu d'arcade, et à l'un des graphistes qui a été l'un des pionniers de la motion capture, à la fin des années 1980, et qui travaille sur de multiples projets pour Disney et pour Pixar depuis le milieu des années 2000: il s'agit de Rob Rowe.


titre Conclusion

Avant de vous lancer dans les versions ZX et NES, de télécharger les roms pour Atari ST ou pour l'Amiga, essayez de terminer un cycle de trois tableaux, et plongez-vous dans le son Biper de l'hymne de John Williams. Et comme nous respectons la licence de LucasFilm Games, nous ne vous donnons pas d'accès au jeu Dos. Dommage que l'on ne puisse vous offrir le téléchargement de ce classique, il vous téléporte au milieu des années 80 et ranime des émotions oubliées.


titre De potins en trivias

1) Dans le film éponyme, le producteur, le réalisateur et le scénariste du film font chacun une apparition caméo, qui n'a pas été créditée dans les génériques officiels. Franck Marshall fait une apparition comme touriste à l'aéroport, comme Steven Spielberg. Et quant à George Lucas, on le voit en missionnaire.

2) Le film débute dans les rues supposées de Shanghaï (en réalité, le tournage a eu lieu à Macao) et on voit le nom du cabaret où a lieu la confrontation d'ouverture de l'intrigue: Club Obi-Wan, beau clin d'oeil à Star Wars.

3) Jonathan ke Quan, le garçon chinois nommé Demi Lune dans le film, est aujourd'hui chargé des chorégraphies de combat dans les studios de cinéma américains. Il a notamment dirigé les combats des films Matrix.


titre Lancement

«Indiana Jones and the Temple of Doom» fonctionne sans difficulté sous DOSBox ou sous D-Fend Reloaded.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure