Toy Story
Année
Développement
Création graphique
Création graphique
Systèmes
systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
391 votes


titre Présentation: Vers l'infini et au-delà!

«Toy Story» c'est d'abord un film d'animation. Et pas n'importe quel film, puisqu'il s'agit du tout premier film réalisé en images de synthèse. Oeuvre des studios Pixar, qui signent ici les débuts d'une fructueuse collaboration avec Disney, qui se poursuit à l'heure où ces lignes sont écrites (septembre 2014).
Le jeu PC, qui a été précédé par les versions destinées aux consoles, Megadrive et Super Nintendo puis Genesis, suit de façon très fidèle le scénario du long métrage.
Séance de rattrapage: Andy est un kid américain gâté pourri, avec une chambre remplie de jouets de toutes sortes. Une vraie caverne d'Ali Baba. Le défaut d'Andy, c'est qu'il a des jouets préférés et qu'il délaisse les autres. Gâté pourri, quoi.
Oui, mais voilà. A l'approche de l'anniversaire d'Andy, les jouets sont inquiets. Woody, le Shériff, sera t-il écarté? C'est l'effervescence parmi la communauté. Zigzag, le chien à ressort, Rex, le tyrannosaure qui n'effraie que lui-même, Monsieur patate, avec ses oreilles luisantes, Bergère, la pulpeuse
poupée, ainsi que les soldats, le télécran, la voiture de pompiers, les cubes...tous se préparent à rejeter ce rival. Buzz l'Eclair, Ranger de l'espace, fait son entrée parmi les jouets. La jalousie, la rivalité, la peur d'être abandonné, ce sont-là les ressorts du Buddy Movie où un tandem que tout oppose finit par se souder dans l'adversité.
A travers dix-sept niveaux, vous allez revisiter les moments clé du film, où rien ne manque, pas même le cri de guerre de Buzz: Vers l'infini et au-delà! Cerise sur le gâteau, il y a en bonus des scènes ajoutées par les magiciens de Pixar en personne.

titre Lancement

Le jeu a été testé sous Virtual PC avec Windows 98 : pas de bug, le jeu fonctionne tout-à fait normalement.

titre Gameplay simple ne signifie pas jeu facile!

Le jeu peut se jouer au Joystick (et c'est amplement recommandé) ou alors à l'aide de votre clavier. Votre humble testeur a utilisé la deuxième solution, ce qui lui a valu l'usure prématurée d'un clavier, et la chute de quelques cheveux. Parce que si le jeu semble s'adresser à un public de pré-ados, pour ne pas dire d'enfants, sa difficulté est proche du Gameplay d'un «Tintin au Tibet» ou d'un «Spirou».
Pour réussir les tableaux, il faut donc maîtriser les touches directionnelles (se baisser, aller tout droit, revenir en arrière), et les touches S (sauter) et Q (utiliser le lasso, pour neutraliser un ennemi ou se suspendre à un crochet pour jouer les Tarzan, ou les Spiderman). Vous incarnerez Woody, le Cowboy tendre aux allures de dur, dans une succession de dix-sept tableaux (apparemment, il y a un dix-huitième tableau bonus, mais je n'ai pas réussi à le décoincer: trop dur!).
Au départ du jeu, vous disposez de trois vies (mais vous pouvez vous octroyer 5 vies en allant dans les options. Pour perdre une vie, il faut se faire toucher, blesser cinq fois. Chaque fois que vous réussissez un niveau, celui-ci est accessible depuis l'écran principal, en appuyant sur Echap.
Il existe une astuce pour accèder à tous les niveaux sans avoir eu besoin de les réussir au préalable (voir la section Astuces).
Au cours de vos aventures, vous allez pouvoir récolter des étoiles( une cinquantaine d'étoiles pour obtenir une vie supplémentaire, mais aussi des ballons, synonymes de bonus variés. Certains niveaux sont rendus difficiles par un chronomètre qui vous oblige à terminer le tableau en un temps limité. Enfin, au cours des tableaux, les chapeaux sont des repères qui sauvent votre progression. En cas de perte d'une vie, vous recommencez depuis la précédente save, ce qui rend le jeu plus fluide.
Vous pouvez interagir avec des éléments du décor, sauter sur des ressorts ou des ballons, sauter de tiroir en tiroir, d'étagère en étagère, faire tomber des objets qui obstruent votre route, éviter des ennemis, des avions ou des trains qui foncent sur vous, dans la tradition des jeux de plateforme. Et puis pour les hardcore gamers, on peut fouiller chaque niveau pour en sonder les moindres secrets.

titre Dix-sept niveaux pour revisiter le film d'animation

Voici un petit aperçu des 17 niveaux qui vous attendent, pour aller au bout des aventures du Cowboy vantard et du ranger roublard:

Niveau 1: Les Petits Soldats: Mise en jambe qui vous conduira à trouver les petits soldats, les libérer et relier Woody à la troupe en utilisant un talkie-walkie, pour obtenir un compte-rendu de leurs observations.

Niveau 2: Alerte Rouge!: Ca se corse, avec ce niveau en temps limité, où vous devez récupérer des jouets et les placer dans le coffre à jouets ou les disposer sous le lit. La maîtrise du seau et du lasso.

Niveau 3: Une Question d'Ego: Pas de chrono, mais une course endiablée entre vous et Buzz, au milieu des jouets bondissants. Le lasso est votre meilleure arme pour vous transformer en tarzan.

Niveau 4: Le Cauchemar de Buzz: Un duel entre vous et Buzz, ici en boss méchant. Esquives et attaques en alternance, c'est l'art de la danse!

Niveau 5:Objectif Buzz: Galère avec la petite voiture téléguidée à faire rouler sur un parcours sinueux pour renverser Buzz. Les piles sont à ramasser pour assurer votre longévité.

Niveau 6: La Revanche des Jouets: Les joeuts sont ulcérés par les mauvaises actions de Woody. Rex est apeuré et s'enfuit. Aidez-le à déblayer son passage.

Niveau 7: Fonce, Rex, Fonce!: Yihaa! Rex est devenu votre monture: la chevauchée fan-toy-stique peut commencer!

Niveau 8: La Bagarre avec Buzz: Nouveau duel avec Buzz. Niveau difficile.

Niveau 9: A Manger et à Boire: C'est l'heure de l'infiltration: se faufiler en évitant des objets divers et les pieds des humains qui grouillent dans le Fast Food Pizza Planet.

Niveau 10: A l'Intérieur du Jeu de Grappin: Parcours d'obstacles dans une machine: rouages et ressorts à maîtriser pour arriver au coeur de la machine.

Niveau 11: Le Grappin: Un niveau d'adresse et de vitesse: il faut éviter que Buzz ne tombe entre les mains de Sid, le vaurien qui excelle au grappin.

Niveau 12: L'Atelier de Sid: Les jouets de Sid sont aussi sinistres que lui. Vous devez fuir cette pièce infestée de jeux malsains.

Niveau 13: La Bataille des Jouets Mutants: Dans la lignée du précédent niveau, des jouets et des pièges à éviter pour sortir de cet enfer.

Niveau 14: Roller Bob: La sortie n'est plus loin, mais c'est sur une planche à roulette, avec le chien Scud sur les talons, que vous devez prendre la clé des champs.

Niveau 15: La Course: Une course en karting, avec des piles à récupérer pour recharger vos batteries.

Niveau 16: Allume la Mèche: Parcours avec la voiture télécommandée, encore de l'adresse et de la vivacité.

Niveau 17: L'Homme Fusée: La fin approche: Woody et Buzz fuient ensemble, et c'est Buzz qui utilise ses pouvoirs spéciaux. Vous volez et devez éviter des voitures, des arbres et tout un attirail de mobilier urbain.

Astuce de triche: si vous voulez sauter un niveau ou vous rendre à un niveau qui n'est pas débloqué, il existe un Cheat Code: à l'écran de début de jeu, vous tapez Abracadabra sur votre clavier. Cela déverrouille tous les niveaux depuis votre écran principal.


titre Deux studios dynamiques aux commandes

Toy Story c'est le tout premier long métrage d'animation de la Compagnie Pixar pour le compte du producteur Disney. Les tabloïds de l'époque ont présenté ce film, entièrement réalisé en images de synthèse, comme une vraie révolution. Le rapprochement avec Blanche Neige (1937) est même esquissé par une communauté journalistique enthousiaste, qui parle de "Révolution numérique".
Le film obtient un succès immense. Il faut dire que l'on n'a pas lésiné chez Disney, pour séduire le plus grand nombre. Grâce aux fonds remportés depuis les blockbusters Aladdin ou Le Roi Lion, on ne se refuse rien. Et le film donne lieu à une série de chiffres hallucinants dont voici quelques détails:
Près de cinq années ont été nécessaires pour réaliser ce film. En 1990, le contrat était conclu entre Disney et John Lasseter. Ce dernier, inspiré par Tin Toy, un précédent court-métrage d'animation en 3D, décida de bâtir un scénario autour de l'univers de son opus oscarisé. Mais quatre ans furent nécessaires pour que le script soit avalisé par la société Disney.
Parmi les chiffres pharaoniques que ce film draîne, voici quelques éléments:
Le film dure 77 minutes, exclusivement en images de synthèse. 1561 plans et 110 064 images de synthèse pour un terabit de données stockées (1000 gigas). Cela représente 800 000 heures de calcul pour 400 modèles dont 76 personnages. Woody, c'est plus de 50 000 lignes de code, et 712 AVARs (contrôles d'animation). On comprend mieux l'enthousiasme qu'a suscité la sortie de ce film, entre novembre 1995 (Etats-Unis) et printemps 1996 (Europe).
L'équipe dirigée par John Lasseter a été chargée d'adapter ses travaux pour les produits dérivés, notamment pour les jeux vidéo. Toutes les animations qui structurent le jeu sont signées par le studio Pixar.
D'ailleurs, c'est cette équipe-là qui a rempilé pour le second film pour le compte de Disney, qui verra le jour en 1998: A Bug's Life(1001 Pattes).
Parallèlement, la société Traveller's Tales, remarquée pour son succès autour de «Sonic 3D», a été chargée de travailler sur le gameplay des jeux adaptés du film. Première collaboration pour elle aussi, et non la dernière, avec l'adaptation de «Bug's Life» puis de «Toy Story 2». On ne change pas deux équipes qui gagnent.



titre Conclusion

Les jeux de plateforme, on aime ou on n'aime pas. Celui-ci est plus que jamais fidèle au long métrage de John Lasseter. Jouer à ce jeu, c'est revoir le film, en quelque sorte.
Mais la difficulté est telle que l'on peut se lasser et renoncer d'aller jusqu'au bout. Mais pour les hardcore gamers, ce soft est un formidable défi, avec des bonus à dénicher, des étoiles planquées à retrouver, un chronomètre à battre dans les tableaux en temps limité.
On pourra aussi grogner contre le fait que l'on ne peut incarner Buzz, le Ranger de l'espace. Oui, le jeu n'est pas dépourvu de défauts.
Mais c'est aussi un coup de maître pour un coup d'essai, avec cette première collaboration triangulaire entre trois studios de renom. Pixar a embrayé avec 13 films pour le compte de Disney, et Traveller's Tales a développé une dizaine de softs pour répondre à la demande de la société aux grandes oreilles.
Quant à Toy Story, il n'a pas remplacé Blanche Neige au Panthéon des films cultes, mais le succès a été indéniable. Décliné en de multiples produits dérivés, deux suites furent tournées. Et quant aux jeux vidéo, il y a eu les suites fidèles aux longs métrages d'animation, mais aussi un Atelier de jeux Toy Story et un jeu pour les consoles exclusivement dédié à Buzz l'Eclair.
On ne compte plus les clins d'oeil à cette saga. Par exemple, dans A Bug's Life, le générique de fin montre Woody déclencher le clap qui met fin au film. Et dans ce même film, on croise le camion de livraison de pizzas de la firme Pizza Planet, que les afficionados de Toy Story (film et jeu) connaissent bien. Un coup de maître pour un coup d'essai...c'était écrit dans le slogan du film: Vers l'infini et au-delà!



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure