I-War
Année
1997 (Sortie EUR)
Développement
Distribution (Europe)
Systèmes
systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
653 votes


titre Entrez dans la légende!


Le premier des trois CD contient une cinématique au format AVI qui dure un bon quart d'heure, et permet de vous resituer dans l'atmosphère du jeu. Mais à la lecture du manuel, le scénario prend tout son sens.
Au démarrage de l'intrigue, vous avez une angoisse qui est à la base de toutes les histoires de science-fiction: la Terre devient de plus en plus peuplée, et la pression sur les ressources naturelles rend l'avenir dramatique à court terme.
En 2002, la Communauté Scientifique crée la technique de la téléportation, qui rend possible la colonisation à grande échelle de la lune, de Mars, puis de tout le système solaire.
Peu à peu, cette technologie permet de faire reculer les limites de l'occupation humaine, à des galaxies de plus en plus lointaines. Les colons qui peuplent les mondes d'outre-espace mettent la main sur une ressource qui permet aux terriens de retrouver l'espoir: le Nutronium.
Mais cette ressource exige des quantités toujours plus importantes, et les colons sont soumis à des cadences infernales. Peu à peu, les Indies organisent une contestation, qui se mue en vraie rébellion.
Aux XXI éme et XXII éme siècles, les gouvernements terriens se fédèrent au sein du Commonwealth, et une flotte chargée de détruire la puissance de feu ennemie est créée avec des vaisseaux gigantesques appelés Dreadnaught.
Les rebelles deviennent de plus en plus organisés et remportent des batailles. En 2263, La Porte intersidérale qui commande l'accès à la Galaxie Alpha du Centaure, presque aussi vaste que celle de la Voie Lactée, est obstruée par un navire des rebelles et par une flotte massive. Le Capitaine Clay est envoyé par le Commonwealth pour briser cette résistance, et réussit à détruire le vaisseau qui obstruait le passage, en précipitant son propre vaisseau contre l'ennemi. Le suicide héroïque de Clay permet à cette guerre fratricide de se stabiliser.
L'action du jeu commence en 2268, et le joueur incarne un officier du Commonwealth chargé d'empêcher les rebelles de faire triompher cette Independence War. Qu'attendez-vous pour entrer dans la légende?


titre Comment ça marche?

Sitôt terminée la cinématique d'introduction, vous allez insérer le CD2 et débuter une nouvelle partie. L'écran d'accueil vous propose quatre icones: La pellicule vous donne le générique et les crédits du jeu. Le microprocesseur vous permet de choisir les options de jeu. Le vaisseau vous donne l'occasion de lancer une bataille spatiale avec des vaisseaux ennemis qui virevoltent. Inutile de vous préciser que c'est une option suicidaire pour un joueur qui débute avec cette simulation.
Et le cylindre: le tableau de service où vous mémorisez votre personnage jouable. Vous avez trois colonnes à lire: à gauche, ce sont les commandes à votre disposition pour la mission en cours. Vous pouvez interrompre et rejouer une mission, ou essayer une nouvelle mission.
La colonne du milieu vous montre l'historique de vos missions. Au tout début, votre choix sera ventilé entre une mission d'entraînement ou une mission de routine avec l'occasion de connaître les commandes du vaisseau, à l'aide de votre clavier ou de votre joystick. Le choix des missions correspond à la colonne de droite. La mission principale s'affiche en jaune. Et si vous optez pour "Recommencer une partie", toutes les missions secondaires qui découlent de cette mission principale seront effacées de votre historique (donc de votre système de sauvegarde). L'intérêt de cette rejouabilité n'est pas d'augmenter la durée de jeu, de façon artificielle, mais d'influer sur l'évolution du scénario et de changer le cours de l'histoire.
La mission commence par un Briefing, avec un état complet des instructions de missions. Vous pouvez revenir à tout moment de la mission à ce briefing, aussi bien oral qu'accompagné de documents et de cartes spatiales.
De la même façon, vous allez pouvoir, à chaque instant durant la mission, vérifier le compte-rendu de votre mission, en appuyant sur Maj + A et pour accéder à votre liste d'objectifs atteints et ceux restant à réaliser. La mention "Mission échouée" ne pred fin qu'avec la réalisation de tous les objectifs de la mission.
Afin de dompter le gameplay de ce jeu exigent, il faudra mémoriser des commandes et des fonctions nombreuses. Et pour apprendre à tout manier, il faudra avoir un oeil sur le manuel et/ou sur le guide de lancement rapide.

titre Six hommes pour concevoir ce chef-d'oeuvre

Les crédits du jeu mentionnent des dizaines de personnes, du directeur artistique au plus anonyme des testeurs. Mais à y regarder de plus près, ce sont six hommes qui ont conçu ce chef-d'oeuvre. Plus deux. Commençons par ces derniers:
-David Hawkins c'est le producteur du jeu, le "Monsieur Finances" sans qui le projet n'aurait pu aboutir.
-Kevin Saville: Le musicien et l'arrangeur sonore. Au pays de la Reine Elisabeth, un des studios les plus en vogue, au milieu des nineties, c'était Gremlin Interactive, qui prospérait à l'ombre du terril de la ville minière de Sheffield. Et comme Particle Systems est une société de la même ville, Hawkins a su convaincre la compagnie de Ian Stewart de lui "prêter" l'un de ses musiciens.
-Michael Powell: le fondateur du studio, l'homme qui a orienté sa société vers les jeux de science fiction dès le premier titre, en 1993: «Subwar 2050», et qui explose avec «I-War». La consécration de ce passionné de Star Wars. Il est responsable de toute la partie Programmation, et de l'IA du jeu.
-Matt Clark: L'un des infographistes du jeu.
-Michael Todd: Autre designer.
-Andrew Turner: Le troisiéme et dernier infographiste de l'équipe.
-Richard Aidley: Le second programmeur, qui a officié aux côtés de Sir Powell.
-Glynn Williams: Avec Powell, il est le second fondateur du studio, et il a dirigé l'équipe artistique, donc les graphistes, les responsables des arrangements sonores, les parties littéraires des briefings des missions, les dialogues.
Ce sont donc ces six hommes + deux qui ont réalisé ce jeu de légende. On leur devait bien ce petit tour d'honneur!


titre Conclusion


Avec une quarantaine de missions à accomplir, «I-War» vous occupera durant des dizaines d'heures. Les missions sont variées et intéressantes, avec, par exemple, une escorte de convoi sous le feu ennemi; ou bien conduire un officier d'une base à une autre. Aller patrouiller en territoire hostile, aller réparer un satellite en panne...Oui, des missions multiples.
Les animations sont impeccables, et quand on a compris que celles-ci sont obtenues par un moteur qui permet une accélération matérielle de ce niveau sans carte 3D, on peut dire qu'elles sont remarquables! Les postes de pilotage sont parfaitement représentés, et vous pouvez passer de l'un à l'autre d'un petit clic. Quant aux traductions, au moins pour celles qui s'expriment en français, le niveau de langue est excellent, le travail de Particle Systems est en tout point exceptionnel. Le seul ombrage est que la moralité de cette Humanité du futur nous donne peu d'empathie à la défendre. J'aurais préféré conduire une campagne du côté de la rébellion. Mais comme cet inconvénient sera annulé avec la version Deluxe, en 1999, qui ajoute une campagne des Indies, en plus des missions d'origine, je m'incline tout bas et décerne un Abandonware d'Or.


titre Lancement


Prévu pour fonctionner sous Win 95/ 98, «I-war» a été testé sans bugs sous XP. Décompressez les trois archives avec 7z, puis montez l'image du CD 1. Lancez l'installation. Pour jouer, cliquez sur Programmes puis lancez l'icone du jeu. Pour visionner la longue et merveilleuse introduction, c'est le CD 1 qui doit être lancé. Nul besoin d'avoir une carte 3D pour jouer au jeu de façon optimale.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure