King's Bounty
Année
1990 (Sortie FR)
Développement
Systèmes
systeme systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.70
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
578 votes


Ah, vous avez cliqué sur «King's Bounty» ! Quelle bonne idée vous avez eu, aventureux internaute. Vous voici à la croisée des chemins, face à un jeu qui d'une certaine façon, a un peu marqué l'histoire vidéoludique, un jeu qui mélange les genres, bref, un jeu comme on les aime.
Mais laissez-moi placer l'ambiance avant de vous raconter tout ce qu'il y a à savoir sur ce titre...

titre Au nom du Roi !
Tout allait pour le mieux dans le royaume gouverné par le Roi Maximus : les quatre continents vivaient en harmonie et chacun menait une existence heureux et prospère, tandis que le Sceptre de l'Ordre, dans les mains du roi, tenait les forces des ténèbres à l'écart du royaume.
Mais voilà qu'Arech Dragonbreath, chef des Légions des Ténèbres, réussit à s'emparer du Sceptre de l'Ordre à l'aide d'une puissante magie. Se retirant dans son antre, il laisse ses lieutenants s'emparer du reste du royaume et se prépare à une offensive de la part du Roi Maximus en représailles. Mais aucune armée ne se profilant à l'horizon, il utilise son cristal prophétique pour voir quels plans le roi Maximus était en train de mettre en place. Il y voit le roi dans son lit, pâle comme la mort, et un jeune chevalier à ses côtés.
"Mon destin est lié à celui du royaume : s'il se meurt, je me meurs également. Tu dois ramener la paix dans le royaume, jeune chevalier. Mes jours sont comptés : retrouve le Sceptre de l'Ordre pour que le royaume et moi-même retrouvions la vie !"
Après avoir vu cet échange, Arech se hâte d'enterrer le Sceptre sur l'un des quatre continents. Il dessine une carte de son emplacement puis la déchire en 25 morceaux, en confie 16 d'entre eux à ses laquais, en garde un pour lui et cache les 8 restants à l'aide de puissants artefacts magiques.

Tous les pions sont en place ! A vous de reconstituer la carte, de ramener le Sceptre au roi et de vaincre les forces des ténèbres !

titre Back to basics
Aucun doute n'est permis : nous sommes face à un univers fantastique relativement classique. Mais comme c'est dans les vieilles casseroles qu'on fait les meilleures recettes, ne boudons pas notre plaisir : «King's Bounty» est un jeu expérimental, où New World Computing tente de mélanger son savoir-faire en terme de jeu de rôles à un jeu de stratégie avec un contrôle tactique direct sur les combats.
Vous avez dit "jeu de rôles" ? Et oui, première étape essentielle du jeu, vous devez choisir votre personnage parmi les quatre classes proposées (Chevalier, Paladin, Barbare ou Sorcière), chacun disposant d'avantages et de faiblesses dans différents domaines (Magie, nombre de sorts qu'il est possible d'apprendre, revenus hebdomadaire et leadership). Et vous voilà propulsé sur la carte du monde, libre à vous de l'explorer case après case et de découvrir différents endroits où recruter de nouvelles créatures pour votre armée, d'acheter de nouveaux objets ou sorts, de récolter des informations et bien entendu, des adversaires avec qui en découdre !
Mais attention, chaque décision que vous prendrez pourra être lourde de conséquences : avoir beaucoup d'argent vous permet d'avoir une armée importante, mais si elle se considère mal dirigée, elle pourrait ne pas être très efficace... ou se retourner contre vous. Et puis, toutes les créatures ne s'entendent pas très bien entre elles, ce qui peut entraîner un faible moral parmi vos troupes... Et il serait vain de vouloir attaquer un château ennemi si vous n'avez pas fait l'acquisition d'une onéreuse machine de siège !
Mais des malandrins semblent vouloir nous couper la route. Aux armes !

titre La guerre, toujours la guerre
Lorsqu'un combat se déclenche, le jeu "zoome" et crée un champ de bataille plus ou moins différent en fonction du terrain sur lequel vous vous trouviez. Les deux armées se font face sur un terrain divisé en cases, chaque armée jouant à tour de rôle. Les unités font ainsi leurs actions les unes après les autres, chacune disposant de capacités prédéfinies : les archers et les mages peuvent attaquer de loin, certains soldats peuvent se déplacer deux fois, etc. Bien que les cases soient carrées, les déplacements et attaques en diagonale sont autorisés par le jeu. Enfin, un autre acteur peut intervenir durant ces combats... Vous ! Enfin, votre héros : si vous avez appris à lancer des sorts, vous pouvez en utiliser un à chaque tour de votre armée.
Mais maintenant que je vous ai résumé le fonctionnement du jeu, j'ai comme un air de déjà vu...


titre Rendons à Van Caneghem ce qui appartient...
Le nom de Jon Van Caneghem ne devrait pas laisser insensibles les plus anciens d'entres vous. Mais forcément, c'est un nom que l'on associe avec une franchise célèbre : «Might & Magic» ! Mais quel rapport une série de jeux de rôles peut elle bien avoir avec ce jeu de stratégie ? Et bien vous savez sans doute que la série canonique de «Might & Magic» s'est divisée en deux branches à compter de 1994 : la série de jeu de rôles qui reste numérotée (jusqu'à nos jours, un 10ème opus est sorti en 2013 !), mais aussi une série de jeu de stratégie au tour par tour qui lui a un peu volé la vedette : «Heroes of Might & Magic».
Mais nous ne sommes pas encore en 1995, date de sortie du «premier volume de Heroes of Might and Magic», aussi j'imagine que vous vous demandez pourquoi je vous en parle ! Ne sommes-nous pas en 1990, en présence d'un jeu au titre radicalement différent ? Certes oui, pourtant, il est difficile de ne pas voir «King's Bounty» comme Heroes of Might & Magic 0. Tous les ingrédients sont déjà là, mais c'est le dosage qui fait la différence : système de combat au tour par tour, héros qui commande une armée, un monde fantastique à parcourir... mais une seule faction à jouer et un jeu avant tout orienté vers le solo !
D'ailleurs, ne vous y trompez pas, lorsque Van Caneghem fait une courte introspective sur la série au moment de la sortie d'«HoMM III», il intègre totalement King's Bounty dans sa gestion créative du gameplay de la série... Preuve s'il en est que vous vous apprêtez à jouer à un petit morceau d'histoire !

titre Des bits & des orcs
En lançant le jeu, la première chose qui saute non pas aux yeux mais aux oreilles, c'est l'absence flagrante de musique. Et oui, il faudra vous y faire, le jeu n'utilise que le PC Speaker, donc vous aurez quelques bruitages et de courtes musiques pour vous féliciter d'une bataille réussie. L'aventure est tout de suite moins épique.
Graphiquement, le jeu est pourtant d'un autre niveau : tout en VGA, s'il accuse son âge, il n'est pas dénué d'un certain charme. Dans la grande tradition des wargames, le jeu s'avère malheureusement assez statique, et ce ne sont pas les quelques animations par créatures ou le vent dans le drapeau tenu par votre héros qui vous donneront l'impression que le monde que vous parcourez est plein de vie.
Aventurier téméraire qui t'apprête à te lancer dans l'aventure, sache une dernière chose ! Ton éternel compagne d'aventure, ta souris dont le clic si doux t'a aidé à traverser moult épreuves, tu ne pourras pas l'emmener avec toi. Le jeu se gère entièrement au clavier, je t'invite donc à télécharger également le manuel pour être certain de ne rien oublier.

La version que nous vous proposons est celle qui était fournie sur le CD original d'«Heroes of Might and Magic I», et comprend quelques correctifs par rapport à la version originale de 1990.


titre Et l'histoire continue !
Le jeu est paru sur plusieurs supports micro à l'époque, bien entendu, mais aussi en 1991 sur Megadrive, la console 16-bits de Sega. Affublée du sous-titre "The Conqueror's Quest", cette version a bénéficiée de graphismes retravaillés et d'un gameplay revisité pour que la phase d'exploration sur la carte principale se fasse en temps réel.

Le titre a également bénéficié d'un remake en 2001 avec "Heroes of Might & Magic: Quest for the Dragon Bone Staff” pour la Playstation 2 de Sony. Bien que la parenté avec «King's Bounty» ne soit jamais revendiquée, l'amateur éclairé constatera bien vite qu'il ne s'agit que d'une amélioration graphique, les textes restant les mêmes malgré les dix ans séparant ces sorties.

Si vous m'avez suivi jusque là, vous pensez donc que King's Bounty = Heroes of Might & Magic 0. Pourtant, depuis 2008, une série de jeu de stratégie au tour par tour a repris le nom de King's Bounty même si la licence a plus été collée sur un titre similaire qu'au travers d'une véritable volonté de ressusciter ce grand-père du jeu de stratégie fantastique. Ce qui ne peut que vous convaincre de l'influence de King's Bounty en tant que classique, puisqu'il a enfanté non pas une mais deux séries !

titre Lancement sous DOSBox

Lancez le fichier KB.EXE.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure