Heroes of Might and Magic III : The Restoration of Erathia
Année
1999 (Sortie )
Développement
Production audio
Ré-édition budget
Distribution en Europe
Distribution en Espagne
Systèmes
systeme systeme
Multijoueurs




titre Introduction

J'ai toujours beaucoup aimé l'Heroic Fantasy. Que ce soit dans les jeux vidéo ou au cinéma. Dans le domaine du jeu vidéo, l'Heroic Fantasy rime souvent avec stratégie ou jeu de rôle. Pour la stratégie pure, je ne suis pas prêt d'oublier la saga «Warcraft», dont le deuxième épisode, «Warcraft II», a été une révolution pour moi. Pour le jeu de rôle, c'est bien entendu «Diablo II» et «The Elder Scrolls III : Morrowind» qui m'ont vraiment botté. Et alors qu'est-ce que ça donne lorsqu'on décide de fusionner le jeu de rôle et la stratégie dans un jeu d'Heroic Fantasy ? On obtient «Heroes of Might and Magic», une saga spin-off de la saga de jeux de rôle Might and Magic. Ces deux franchises ont été développées (et également éditées pour certains épisodes) par New World Computing. Le jeu dont je vais vous parler est à ce jour l'épisode d'«Heroes of Might and Magic» qu'on considère comme le plus réussi. Il s'agit d'«Heroes of Might and Magic III», il a bien été développé par New World Computing, mais il a été édité par 3DO. Nous allons donc évaluer ce jeu et ses deux extensions.

titre 1) Le Pitch

a) Histoire du jeu de base : The Restoration of Erathia

On suit Catherine Ironfist, la reine d'Enroth. Son mari le roi d'Enroth n'est autre que Roland Ironfist, le gentil d'«Heroes of Might and Magic II». Roland a disparu et Catherine règne seule sur le royaume. Elle apprend alors la mort de son père, le roi d'Erathia. Catherine décide alors de s'y rendre pour reprendre les choses en main. Car oui, dans le royaume d'Erathia c'est plus le bazar que dans une classe de maternelle sans professeur. Il y a six épisodes dans la campagne du jeu de base. Suivant l'épisode, vous y dirigez alternativement Catherine et ses forces ou leurs ennemis.

b) Histoire de la première extension : Armageddon Blade

La trame du premier épisode de cette campagne fait suite à celle du jeu de base. Le royaume d'Erathia est affaibli et le roi d'Eofol veut mettre la main sur une arme destructrice, la lame d'Armageddon, pour écraser Erathia et dominer le reste du monde (c'est d'une finesse je vous jure). Un mystérieux elfe nommé Gelu aidera les gentils à vaincre Eofol. Les autres épisodes de cette campagne n'ont à priori rien à voir avec l'aventure principale. Ils suivent en effet des héros aux motivations assez diverses, comme par exemple une guerrière cherchant les éléments pour devenir un dragon aux pouvoirs surpuissants.

c) Histoire de la seconde extension : Shadow of the Death

Les différents épisodes de la campagne de cette extension sont des préquels au jeu de base. Ils ne font donc pas suite à Armageddon Blade. Pour faire simple, on suit Sandro, un nécromancien qui cherche à réunir deux artefacts pour vaincre son ancien maître le sorcier Ethric et prendre le contrôle du royaume des nécromanciens de Deyja. Bien entendu, les gentils ne l'entendent pas de cette oreille (normal sinon ils ne seraient pas les gentils) et vont tout faire pour les arrêter. Dans cette campagne, qui se déroule donc avant les événements du jeu de base, le seul personnage qu'on connaît est donc l'elfe Gelu, qui est donc du côté des gentils.

titre 2) Le Principe

a) Système du jeu de base

Rappel pour ceux qui ne connaîtraient pas le système de jeu de la saga «Heroes of Might and Magic» : il s'agit d'un jeu de stratégie et de rôle au tour par tour qui alterne deux modes. Il y a le mode aventure où vous dirigez votre héros et son armée sur la carte dite d'aventure, dans ce mode vous pouvez entre autres collecter des ressources et des artefacts, prendre part à des quêtes, ou encore prendre le contrôle de sites de production de ressources. Et il y a donc aussi le mode combat, qui démarre lorsque vous rencontrez des ennemis comme des créatures seules, ou des héros adverses, et lorsque vous attaquez une ville adverse. Dans ce mode vous devez déplacer vos troupes sur le champ de bataille. Ces troupes ont des déplacements limités par des hexagones de placement, et lorsque l'une d'entre elles arrive au contact d'une troupe adverse, vous pouvez choisir d'attaquer en cliquant sur celle-ci. Chaque type d'unité a ses forces et faiblesses, et certaines peuvent voler et d'autres tirer à distance. Lorsqu'un camp n'a plus d'unités, le combat s'achève et on retourne au mode aventure où le héros victorieux obtient des points d'expérience lui permettant de débloquer diverses compétences. On note aussi la présence d'un éditeur de scénarios permettant de prolonger l'expérience.

Dans ce troisième épisode, il y a pas mal de nouveautés par rapport aux deux précédents. Déjà les factions ne sont plus les mêmes, et les types d'unités sont répartis différemment en plus des nouveaux venus qui viennent s'y ajouter. Les compétences sont également plus nombreuses, et l'inventaire pour l'utilisation des compétences est plus complet. On note aussi l'arrivée d'un artefact appelé le Graal qu'on découvre grâce au fameux puzzle aux obélisques. La différence avec les précédents opus est que le Graal n'est pas utilisable par le héros qui le trouve, celui-ci doit en effet l'amener dans une ville pour construire en son honneur un bâtiment donnant un puissant avantage. En parlant des bâtiments, on peut également préciser que ceux spécifiques à une faction sont plus nombreux, et que tous ceux producteurs d'unités sont trouvables séparés d'une ville sur la carte d'aventure. On peut donc dire que cet épisode tranche assez bien avec ses deux aînés.

b) Les Nouveautés des deux extensions

On le sait, les add-on sur un jeu peuvent parfois tout chambouler ou au contraire se contenter d'ajouter du contenu. Dans le cas des deux extensions d'«Heroes of Might and Magic III», il s'agit surtout d'ajout de contenu (les campagnes et scénarios) ainsi que de nouvelles unités et quelques fonctionnalités de confort de jeu.

Dans le cas d'Armageddon Blade, on trouve donc une nouvelle faction le Conflux qui s'approprie les unités élémentaires, qui étaient neutres dans le jeu de base, et propose ses propres bonus. Il y a aussi le retour de certaines unités des précédents opus comme le paysan (lui on aurait pu l'oublier). On ajoute aussi des unités qui peuvent ignorer les obstacles. Enfin, de nouveaux dragons ont été ajoutés et ils sont très (trop) puissants. Du côté des fonctionnalités, Armageddon Blade propose de laisser des troupes pour garder les zones de production comme les mines, cette extension propose aussi, en plus de l'éditeur de scénario du jeu de base, un éditeur de campagnes ainsi qu'un générateur de cartes aléatoires.

Dans le cas de Shadow of the Death, il n'y a pas de nouvelle faction mais quelques unités inédites, et en plus il y a beaucoup de nouveaux éléments d'environnement dont certains qui peuvent avoir une influence sur le héros et son armée. Pour ce qui est des fonctionnalités, la plupart des unités ont été rééquilibrées ; les douves des châteaux font des dégâts ; lors du recrutement d'une unité, on peut choisir entre la version de base ou la version améliorée ; enfin il y a aussi la possibilité de choisir la difficulté pour les campagnes.

titre 3) La Réalisation graphique et sonore

a) Réalisation du jeu de base

On sait que l'évolution graphique entre les deux premiers «Heroes of Might and Magic» avait été correcte mais pas non plus ébouriffante. Il y a par contre un véritable bond en avant avec «Heroes of Might and Magic III». Certes le moteur du jeu est toujours un moteur 2D, mais il est beaucoup plus sombre et réaliste que celui des précédents opus qui donnaient presque une impression cartoon. C'est assez flagrant durant les combats, les décors sont à la limite du photoréalisme et les unités ne sont plus des dessins mais des images de synthèse converties en sprites 2D. Après il y a quand même un revers à tout ça, les animations d'attaque des unités sont moins impressionnantes que celles du précédent opus. Les effets pyrotechniques sont par contre pour la plupart grandioses, mention spéciale à la pluie de météorites ou encore à l'oiseau qui détermine le moral des troupes. Pour ce qui est de la bande son je dois préciser qu'avant de découvrir «Heroes of Might and Magic III», je n'avais entendu que les musiques midi du deuxième opus, sans en connaître les musiques CD. Je peux vous affirmer que les morceaux Mp3 (révolutionnaires pour l'époque) de ce troisième volet m'en ont mis plein les oreilles ! Ils sont très bien orchestrés et retranscrivent bien cette volonté d'installer une ambiance fantasy un peu plus sombre.

b) Réalisation des deux extensions

Dans le cas d'Armageddon Blade, les améliorations graphiques sont assez sommaires. Elles concernent surtout les nouvelles unités ainsi que le décor de la nouvelle faction, le Conflux. J'ai été pour ma part assez déçu de ces améliorations car elles n'atteignaient pas le niveau de qualité du jeu de base. Pour ce qui est du son il y a très peu d'ajouts.

Dans le cas de Shadow of the Death, on est déjà dans le mieux car, comme dit plus haut, cette extension apporte beaucoup d'éléments d'environnement. Ces éléments sont superbement réalisés et s'intègrent parfaitement à ceux du jeu de base. Finalement, même si cette extension n'apportait pas de nouvelle faction, elle a grandement amélioré la qualité graphique du jeu. Pour ce qui est du son, à l'instar d'Armageddon Blade, il y a très peu d'ajouts et ils ne sont pas mirobolants.

titre 4) La Jouabilité et la durée de vie

a) Gameplay et longévité du jeu de base

Pour les vieux de la vieille habitués aux deux précédents épisodes, «Heroes of Might and Magic III» ne sera pas dépaysant d'un point de vue de la jouabilité. Pour les néophytes ce sera par contre plus difficile à prendre en main. Il faut avouer que le système de jeu est assez compliqué bien qu'original. Et même quand on le maîtrise bien, certains scénarios de la campagne sont assez ardus. Après c'est quand même moins dur que les deux précédents volets. D'un point de vue de la durée de vie, «Heroes of Might and Magic III» est assez costaud, il inclut en effet une campagne de six épisodes ainsi qu'un nombre assez important de scénarios. Et il donne aussi la possibilité de jouer en multi sur le même ordinateur (un peu à la manière de «Worms») ou en réseau. Et après tout ça, il y a encore l'éditeur de scénario qui est très complet et qui permet à la durée de vie d'être presque infinie.

b) Gameplay et longévité de la première extension

Même si les améliorations citées plus haut sont plus que bienvenues dans cette première extension qu'est Armageddon Blade (notamment la possibilité de laisser des troupes dans les zones de production de ressources), son contenu est horriblement DUR. je me devais de le signaler car même les vétérans du jeu de base vont perdre quelques dents sur certains scénarios de la nouvelle campagne. Je pense notamment à certaines missions où le temps est limité, les unités à recruter assez rares, et les ennemis à allonger complètement fumés. Je me souviens d'un scénario dans la neige où j'avais à peine un mois pour aller dégommer un régiment de dragons bien costauds. Eh bien sachez que même en trichant j'ai eu du mal, un comble ! Après, d'un point de vue de la durée de vie, on en a pour son argent car en plus de la campagne il y a un paquet de nouveau scénarios, et surtout la perle rare : l'arrivée de l'éditeur de campagnes, qui rallonge la durée de vie du titre qui est juste colossale.

c) Gameplay et longévité de la seconde extension

Les améliorations de jouabilité sont donc assez discrètes sur Shadow of the Death. Mais il y en a une qui fait vraiment du bien : la possibilité de choisir la difficulté des épisodes de la campagne. Pour moi cela a été un véritable soulagement, cela ne m'a pas obligé à tricher à outrance pour avoir une chance de passer les différentes missions. Après, le gros de l'histoire des épisodes de la campagne de cette extension sent quand même pas mal le réchauffé par rapport à Armageddon Blade qui s'inscrivait bien dans la continuité du jeu de base. Pour ce qui est de la durée de vie de Shadow of the Death, outre les campagnes, il y a aussi une quantité raisonnable de scénarios pour prolonger l'aventure.

titre Conclusion

Ce n'est pas pour des prunes qu'«Heroes of Might and Magic III» est considéré comme le meilleur épisode de la série. Il a réellement offert de vraies innovations par rapport à ses deux aînés. Et surtout il a su, dans une certaine mesure, rendre son concept plus accessible sans pour autant le dénaturer. Mais ce qu'on retiendra surtout, c'est la direction artistique qui éloigne fortement la saga du style dessin animé pour la rapprocher du photoréalisme. C'était un pari risqué mais ça a bien payé. C'est donc naturellement que je décerne l'Abandonware d'or à ce titre.

titre Anecdotes intéressantes

1) Je vous disais plus haut que l'extension Armageddon Blade marquait l'apparition d'une nouvelle faction, le Conflux, et que l'extension Shadow of the Death n'avait pas de nouvelle faction. Au début il devait en être autrement : chacune des deux extensions devait avoir une nouvelle faction. Et la faction d'Armageddon Blade devait être une faction technologique, la Forge, faisant clin d'oeil à une des fins de «Might and Magic VII». Malheureusement, à l'E3 1999, lorsque cette faction a été présentée, son côté futuriste a été critiqué. Du coup, cette faction a été abandonnée et remplacée par le Conflux, initialement prévu pour Shadow of the Death.

2) Je vous disais plus haut que les factions et unités avaient été pas mal chamboulées entre «Heroes of Might and Magic III» et son aîné. En effet, entre les deux premiers opus, les factions et unités étaient les mêmes, à l'exception des nécromanciens et des magiciens, ajoutés dans «Heroes of Might and Magic II». Eh bien sachez que dans le quatrième épisode de cette saga, il y aura de nouveau un énorme chamboulement au niveau des unités et factions. Ainsi, dans ce jeu, on retrouvera pas exemple les centaures chez les barbares, et les loups chez les druides, alors que c'était plus ou moins l'inverse dans le troisième opus.

titre Technique

«Heroes of Might and Magic III» n'est pas abandonware, nous ne pouvons donc pas vous le distribuer. Par contre, on peut l'acquérir chez notre partenaire GOG dans une version complète qui fonctionne sur les machines modernes.

Après, si vous avez votre propre copie d'époque d'«Heroes of Might and Magic III», vous pouvez la faire tourner sur PCem avec Windows 98, mais il vous faudra une machine puissante pour jouer dans de bonnes conditions.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.

















Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure