Kiyeko et les voleurs de nuit
Titre anglais
Kiyeko and the Lost Night
Année
Développement
Développement
Edition
Systèmes
systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
140 votes


titre Un conte interactif qui sort des sentiers balisés

Mais pourquoi les serpents à sonnettes ont ils un maracas au bout de la queue ? Pourquoi certains serpents ont-ils du venin aussi dangereux que le curare ou l'arsenic ?
Ces questions, les Indiens d'Amazonie ont su se les poser, puisque "Kiyeko" est adapté d'un conte authentique que l'on raconte de génération en génération. «Kiyeko et les Voleurs de Nuit» est directement inspiré de ce conte Amazonien. Approchez donc !
Kiyeko est le fils de Mahimbo, l'un des chasseurs les plus courageux du village. Un jour, le soleil oublie de se coucher. Mais comme le lendemain, le soleil demeure en haut dans le ciel et que la nuit reste absente, les villageois commencent à s'inquiéter.
Une malédiction semble toucher ce pays, avec les températures qui ne redescendent pas, la chaleur qui empêche de dormir et la nature qui perd ses repères. Et il se murmure que les serpents se sont mis à parler.
Tandis que Mahimbo et Takuna, le sorcier du village, cherchent le moyen de sortir de cette impasse, Kiyeko décide d'aller enquêter dans la forêt voisine, en prétextant d'aller chasser le tapir. Le voilà parti, accompagné de Pata pata, le perroquet qui l'accompagne en toutes circonstances.
A travers 11 tableaux interactifs, vous allez comprendre qui a volé la nuit, et pourquoi. Comment Kiyeko devient le héros de cette histoire pas comme les autres. Histoire guidée ou Visite libre, c'est à vous de décider !

titre Ludi Media a tout d'un grand

Pour répondre aux sollicitations de son éditeur Ubi Soft, le studio Ludi Media a visé particulièrement haut et a embauché une équipe pléthorique et compétente, dirigée par
Jean-Paul Jacquin, son ambitieux chef de projet.
Sans viser l'exhaustivité, vous apprendrez que le jeu a été conçu comme un dessin animé à l'ancienne, et a nécessité pas moins de 8000 dessins et artworks pour réaliser les onze planches du jeu. Le joueur peut déclencher environ 220 animations en cliquant sur les détails (en mode parcours libre) à l'aide du curseur qui prend la forme d'une flèche. De même, Didier Lord a composé 40 minutes de musique pour accompagner les animations musicales et les diverses saynètes. En signant la B.O. du jeu, ainsi que celle de «Rayman», Didier Lord a inauguré une collaboration qui, en 2017, se poursuit toujours (Far Cry : Primal, Just Dance 2017).
D'autre part, l'aspect éducatif a visé le multilinguisme et le studio a recruté des comédiens pour les cinq langues proposées : Français, Italien, Espagnol, Allemand et Anglais.
Ben Kingsley a été choisi pour conduire la narration du jeu en anglais, et Pierre Tchernia fait son entrée dans la liste de personnalités d'Abandonware France en narrant le jeu pour le public francophone.
Ce jeu devait ouvrir une longue série de logiciels axés sur les contes du monde, mais la Collection Ludimadi a accueilli un seul autre jeu, en 1997 : «Payuta et le Dieu des Tempêtes».
Cela dit, le jeu a été plutôt bien accueilli par la critique et s'est vendu à plus de 300 000 exemplaires, dont quelques dizaines de milliers au Japon, ce qui constitue une sorte de petit miracle en soi !

titre Conclusion

Avec ce titre, Ludi Media et Ubi Soft ont visé un public âgé de 5 à 10 ans environ. Le jeu est coloré, dynamique et bourré de clins d'oeil amusants, parfois un peu trop niais, mais dans la moyenne de ce qui se faisait avec les jeux de Coktel Vision ou avec la série du «Bus Magique».
On pourra trouver que le passage d'une langue à l'autre, qui se fait en cours de lecture (on peut lire la page en cinq langues tour à tour) est un peu superflu, que le mode "karaoké" pour afficher la lecture en gras pendant l'énoncé par Pierre Tchernia, tout ça est un peu surfait. Pour ma part, j'ai trouvé que le "jeu" était un peu court, et que la "rejouabilité" était limitée. Et pour un titre qui valait pas loin de 350 francs à l'époque (soit une cinquantaine de nos euros actuels), alors qu'une baguette de pain valait alors 2,50 francs (quarante de nos centimes d'euros) c'était plutôt chérot pour apprendre quelques mots et pour comparer un "snake" avec un "schlange". Rien ou presque sur le mode de vie des Indiens d'Amazonie, rien ou si peu sur la faune et la flore du Brésil, c'est dommage. Reste un très joli titre, un très beau dessin animé interactif. Et l'envol d'un studio qui a tout d'un grand !

titre Lancement

Jeu testé sur un ordinateur Win 7 / 64 bits utilisant VPC et Win 98. Décompressez l'archive avec 7z et montez l'image-disque avec Daemon Tools. Exécutez le Setup, puis lancez le jeu à partir du programme.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure