Harvester
Année
1996 (Sortie FR)
Développement
Edition (Etats-Unis)
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.70
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
629 votes




HARVESTER signifie le moissonneur en anglais... Celui qui donne son nom à ce jeu de VIRGIN sorti en 1996 moissonne bien autre chose que du blé...

 titre T’es un sacré blagueur, Steve

 Vous y incarnez le rôle de Steve, un jeune homme qui vient juste d’obtenir son diplôme de fin d’études. Un beau matin, Steve se réveille totalement amnésique et tout s’avère étrange autour de lui. Le monde qu’il découvre est celui d’une petite ville américaine des années 50 où les habitants sont obsédés par une secte : l’Ordre de la Lune d’Harvest. Tous les hommes rêvent d’en être membres, mais personne n’a été accepté pour l’instant. En fait, il semble que vous soyez le seul à avoir une chance d’y arriver et tous insistent sur le fait qu’il faut que vous vous présentiez. Vous avez beau leur dire que vous ne vous souvenez plus de rien, ils vous répondent invariablement : «T’es un sacré blagueur, Steve». Certains insinuent même que vous faites ça pour échapper à votre mariage avec la ravissante Stéphanie... C’est vrai qu’elle est jolie?! et elle vous ressemble beaucoup en plus : elle aussi ne se souvient de rien?! Seulement, la malheureuse est cloîtrée dans sa chambre par ses parents. Ce sera donc à vous seul qu’incombera la tâche de vous sortir de cet enfer.

 titre Une petite ville bien tranquille

 Vous allez visiter Harvest et faire connaissance avec ses habitants. Le croque-mort possède aussi un motel où il recueille les sans-abri. Il pousse même la gentillesse jusqu’à s’occuper de leurs funérailles. Mais cela lui coûte cher, car beaucoup choisissent Harvest pour mourir. Les pompiers ont repeint leur camion en rose et sont devenus de grands artistes spécialisés dans le nu masculin. L’adjoint du shérif se souvient avec émotion des cartes postales «françaises» qu’il tenait d’une seule main. Le proviseur ne cesse de vous proposer de venir passer «un moment enrichissant» avec lui.

Cette galerie des portraits loin d’être exhaustive suffit à démontrer l’ambiance malsaine du jeu. Les dialogues avec les personnages sont toujours étranges, ils ont tous des obsessions et ils comptent sur vous pour les assouvir. À ce titre, la performance des acteurs est excellente. Sous l’apparence normale de citoyens d’une petite ville, ils laissent entrevoir par des mimiques ou des expressions discrètes, leur véritable nature de psychopathes. Le doublage en français respecte bien cette folie sous-jacente des personnages.

Les décors renforcent encore l’ambiance glauque du jeu. Cela va de l’abattoir, avec les morceaux de charogne que dévorent les chats, à la station de missiles surveillée par un cul-de-jatte, en passant par le funérarium décoré par de magnifiques vitraux pour le moins énigmatiques. Les différents lieux sont réalisés en 3D pour les extérieurs et plutôt en bitmap pour les intérieurs. Les personnages sont des incrustations vidéo intégrées avec la méthode du blue screen. Le tout, même s’il ne possède pas une facture exceptionnelle, colle parfaitement à l’ambiance délétère du jeu.

 titre Les outils du massacre

 Harvester se manie complètement à la souris. Les commandes sont peu nombreuses : examiner, prendre, actionner, discuter. Elles apparaissent automatiquement quand vous parcourez l’écran avec la souris. Votre inventaire est du type poche sans fond, c’est-à-dire qu’il peut contenir un nombre impressionnant d’objets.

Un écran d’options vous propose de régler le niveau sonore des voix ou de la musique, le degré de luminosité, une touche censure permet de supprimer les scènes gore du jeu, vous pouvez aussi, à partir de là, charger ou sauvegarder votre partie, 25 emplacements sont prévus à cet effet.

Les voix peuvent être doublées par du texte si vous le souhaitez, sans obligation puisque le jeu est entièrement en français. Dans certains cas, votre personnage sera amené à se battre à l’aide d’un simple clic de la souris. Vous pourrez utiliser plus de 21 armes différentes que vous trouverez en cours d’aventure.

 titre Reflets dans un miroir

 Harvester est sans doute l’un des jeux les plus morbides qu’il m’ait été donné de parcourir. Sans pratiquer ouvertement l’obscénité, les dialogues sont chargés de sous-entendus graveleux. Certains décors s’affichent vraiment gore et les personnages ont tous un comportement que ne renierait pas le serial killer moyen. Même si une touche de censure permet de supprimer la partie trash de l’histoire, les dialogues et les situations ne changent pas. Aussi, peut-on apposer à ce jeu, l’expression connue : «Personnes sensibles s’abstenir». Ceci étant dit, c’est également l’une des rares réussites du genre. L’ambiance nauséeuse du scénario que rompent de temps en temps quelques éclats de violence ressemble à celui que David Lynch a développé dans des films tels que Twin Peaks. Lorsqu’il est sorti en 1996, il a été interdit à la vente ou censuré dans quelques pays (Allemagne, Australie, Angleterre). Certains joueurs l’ont d’ailleurs élevé au rang de titre culte comme archétype du jeu malsain et, malgré sa vingtaine d’années d’existence, il est encore en vente sur Steam où il a été remis à jour pour tourner sur les OS récents, c’est pourquoi vous ne trouverez pas «Harvester» sur notre site.

À ce titre, Harvester est nettement supérieur à des jeux comme «Phantasmagoria» de Sierra qui pourtant visait le même but, mais qui n’a pas réussi à se séparer d’une certaine sensiblerie. Le seul à pouvoir soutenir la comparaison demeure le jeu de Cyberdreams «I Have No Mouth And I Must Scream» tiré d’une nouvelle éponyme d’Harlan Ellison. Un ordinateur géant du nom de Am a exterminé la race humaine. Il n’a gardé que cinq cobayes. Au bout d’une centaine d’années de tourment, il leur promet la liberté s’ils surmontent les épreuves auxquelles il les soumet. Les personnages que les tortures ont rendus fous évoluent au milieu de décors qui rappellent les pires délires paranoïaques. Le jeu a été jugé tellement malsain que l’une des séquences qui mettait en scène un ancien chirurgien nazi a été supprimée dans la version française. Aussi, si vous le pouvez, jouez à la version anglaise qui est complète! Les heureux possesseurs de la version de 1996 pourront installer le jeu à l’aide de DOSBox, le résultat est très correct même si le son nécessite quelques réglages pour être parfait.



Les concepteurs d’Harvester ont parfaitement réussi leur objectif, il dégage une aura méphitique que bien des films dits d’horreur ne parviennent pas à reproduire. Voici donc un jeu qui réjouira tous les amateurs de fantastique sanglant!  



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure