The Settlers
Titre allemand
Die Siedler
Titre américain
Serf City : Life is Feudal
Série
Année
Développement
Adaptation française
Edition
Distribution (France)
Systèmes
systeme systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.70
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
493 votes


Modifier
titre Histoire

Le joueur incarne le seigneur d’un fief. Il dispose à son service de nombreux villageois vivant au sein de son château et aux alentours.

Ses objectifs sont simples : agrandir son royaume et réduire celui des autres seigneurs à néant.

titre Historique

Blue Byte n'a que quelques jeux à son actif au début des années 90 mais a déjà rencontré le succès quelques années auparavant avec «Battle Isle», un wargame futuriste au tour par tour. À sa sortie en 1993, le studio allemand se fait rapidement une place dans le monde des jeux de gestion avec The «The Settlers». Alors que les jeux du genre fleurissent déjà, que ce soit pour la gestion d’un peuple (le fameux «Populous» de Bullfrog Productions) ou le système de création / micro gestion d’un grand village. (sur un mode un peu similaire à «Powermonger», du même studio), «The Settlers» impose un gameplay dont les bases serviront pour de nombreux jeux du même genre à venir.

Ce premier épisode de «The Settlers» est un peu la première pierre d’une grande saga, dont le succès n’est plus à démontrer (à l’heure actuelle, plus de 8 épisodes sont déjà sortis). Relativement complexe pour son époque, la formule atypique proposée par Blue Byte fonctionne au point que les fondations du gameplay perdureront au gré des différents opus.

Si «The Settlers» demeure un classique de son époque, c’est bien le second opus «The Settlers II» qui fera de la série un immense succès vidéoludique (au point qu'un remake tout en 3d sera réalisé 10 années après sa première parution, The Settlers II : 10th Anniversary).

titre Influences

Si les graphismes de «The Settlers» sont ne pas ce qui se fait de mieux en 1993, le charme graphique qui se dégage du jeu ne laisse personne indifférent. L’introduction du jeu, dans laquelle le seigneur du fief (le joueur) rentre à son château en traversant son village témoigne d’un style propre qui démarque immédiatement le jeu des autres productions du moment.

Un des grands points forts du jeu est l’optimisation du moteur graphique. Il faut voir de ses yeux tous ces villageois qui s’agitent sur l’écran tels les «Lemmings» (pas les animaux, ceux du jeu de Psygnosis), chacun vaguant à sa tâche. De quelques pixels de haut, l’impression de vie qui s’en dégage est pourtant marquante, au point que l’on s’arrête parfois pour observer tout ce petit monde au travail. Le jeu propose par ailleurs un mode SVGA bien utile, qui à l'époque avait l'avantage de proposer une résolution plus importante et donc un écran de jeu plus grand pour mieux voir ce qui s'y déroule.

La partie sonore de The «The Settlers» n’est pas le point fort du jeu et se révèle plutôt discrète. Le compositeur Haiko Ruttman n'a composé que trois thèmes, une ouverture, un thème durant le jeu et un thème de fin. Ceux-ci évoque les musiques médiévales mais se révèlent pas une grande qualité dans les arrangements. On est rapidement lassé d'entendre encore le même thème durant la parti là où, en comparaison, un jeu de stratégie d'époque comme «Dune II»proposait de nombreux thèmes différents.

titre Gameplay

Le jeu comprend tout d'abord un tutoriel pour se familiariser avec les mécanismes de jeu puis une campagne d'une trentaine de missions où il s'agit d'affronter des seigneurs ennemis, le tout avec une difficulté croissante. Un mode scénario est aussi présent, permettant de jouer sur des cartes aléatoires, aux paramètres variés (nombre de joueur, taille de la carte, ressources présentes, etc …). Une fonctionnalité intéressante car peu fréquente sur PC, la possibilité de jouer à deux sur le même écran. Même si la visibilité n'est pas très bonne, d'autant à l'époque où les écrans d'ordinateurs faisaient entre 11 et 13 pouces, le jeu reste tout de même jouable de cette façon.

Le but du jeu est de faire prospérer son royaume, en étendant toujours plus sur le territoire ennemi, pour le faire tomber. Le joueur ne contrôle pas directement les settlers, mais ne fait que tracer les routes et implanter de nouveaux bâtiments. Leur place a une importance car un mauvais emplacement rendra une installation inefficace. À la manière d'un jeu de stratégie en temps, réel, le joueur doit amasser des ressources (au nombre impressionnant de 26), permettant de construire d'autres types de bâtiments et former des armées.

Moins que la gestion, c'est l'optimisation de l'espace qu'il est nécessaire de maîtriser pour gagner à «The Settlers». En plus du type de terrain, le jeu prend en compte le relief, la végétation et même… le trafic routier ! Les settlers ayant besoin d'interagir entre eux pour faire fructifier leur activité (pas moins de 26 professions, du bucheron au forgeron en passant par le pêcheur), et se doivent donc d'être relativement proche les uns des autres pour être efficace, voire de ne pas se bloquer les uns les autres.

Un des seuls reproches que l'on peut faire à «The Settlers» est peut-être sa difficulté de gestion dans des longues parties où la confusion peut apparaître en raison d'un très grand nombre de personnages à l'écran.


titre Conclusion

Si vous aimez les jeux de micro gestion comme «Populous» ou «Powermonger», vous accrocherez sans aucune difficulté à «The Settlers» qui se veut plus facile d’accès mais surtout totalement addictif. On retrouvera à travers des jeux comme «Theme Park» ou «Theme Hospital», avec ses nombreux personnages qui s'agitent dans tous les sens, une atmosphère similaire à «The Settlers».

Si cette première découverte de l’univers vous séduit, nous ne pouvons que vous conseiller de vous tourner vers «The Settlers II», qui surpasse en tout point son aîné.

titre Lancement sous DosBox

Pour lancer la démo, exécutez le fichier SETTLERS.BAT.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- Shinod7.org, pour jouer sous DOS via la célèbre disquette boot du ninja.
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure