Croisière pour un cadavre
Titre anglais
Cruise for a Corpse
Année
Distribution (Royaume-Uni)
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.65
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
254 votes


Modifier
Delphine Software. Un nom qui fait soupirer de bonheur bon nombre de vieux joueurs... Voilà tout juste 10 ans, après le succès des «Voyageurs du temps» et de «Operation Stealth», cet éditeur prend un pari assez risqué (du moins c’est ce que je pense) à un moment où ce sont surtout les jeux d’action ou les shoot’em up qui font recette et sort «Croisière pour un cadavre». Et là, stupeur, ce jeu est vraiment sublime.

Vous incarnez Raoul Dusentier, un détective typique des années 20, et vous voilà convié sur le sublime navire de croisière de Monsieur Karaboudjan, afin d’enquêter sur la mort de ce dernier… Votre enquête commence et se termine aussitôt lorsque vous êtes assommé par une main inconnue. Lorsque vous vous réveillez un peu plus tard, l’enquête peut reprendre et elle vous mènera sur le terrain plus que boueux des affaires familiales des Karaboudjan… Une chose est sûre, le coupable est sur le navire. Qui cela peut-il être ? Le jeune gendre du défunt ? Son amie Suzanne, dont le comportement intrigue ? Son domestique un peu trop zélé ? le jeune Tom à l’ambition débordante ? Que cache le père Fabiani sous ses allures de sainteté ? Ce qui est sûr, c’est personne ne peut être écarté, tous savent plus qu’ils ne veulent bien le dire. A vous de découvrir quoi…

Un jeu d’enquête policière est quelque chose de très compliqué à faire : soit l’on ne fouille pas assez l’intrigue et l’on tombe dans la facilité et le cliché, soit on veut trop innover et le jeu perd tout réalisme et toute logique. Croisière pour un cadavre se situe juste au plein milieu, dans la droite ligne des plus beaux romans d’Agatha Chistie. Scénario béton, graphisme superbe, commandes très pratiques, ambiance typiquement années 20, Croisière pour un cadavre est un jeu magnifique à posséder de toute urgence !

Cold Hand

titre LA ROUE DES CODES

Pour accéder au jeu, il vous faudra réussir deux fois d'affilée un test mis au point par l'équipe de Paul Cuisset, afin de décourager le piratage. Le mieux est de télécharger le précieux manuel, présent sur la page de téléchargement du jeu.
Le test consiste en une série d'objets à sélectionner, en tenant compte du code donné par l'ordinateur. Attention, il y a des pièges à éviter. D'abord, les couleurs sur la page du manuel ont une texture qui ne permet pas toujours d'identifier la couleur avec précision. Le jaune ressemble souvent au vert, et le violet est tout en nuances. D'autre part, certains objets à sélectionner ne sont pas dans la liste, il ne faut pas céder à la tentation de cliquer sur un objet ressemblant ou d'une couleur diffèrente, sous peine de reset et de retour à la case départ.
Cet aspect peut sembler déroutant, fastidieux, mais il faut le prendre comme une mise en bouche d'énigme à résoudre.
Le mieux est d'imprimer les 13 pages de codes, mais si, comme moi, vous vous retrouvez en panne d'imprimante, il vous faudra ouvrir la page des codes en mode fenêtré, et le jeu dans une autre fenêtre, et jongler entre les deux pages pour retrouver les codes à sélectionner. Et lorsque vous aurez réussi le test ( moins de deux minutes lorsque l'on est rôdés), la musique de générique retentit et l'image de la cinématique de prologue apparaît.

titre LE GAMEPLAY

Une fois encore, je ne saurais trop vous conseiller de télécharger le manuel, qui contient des détails de l'intrigue et des personnages de l'aventure. Des explications complètes viennent expliquer le fonctionnement du jeu.
En appuyant simultanèment sur les deux boutons de la souris, vous accédez au menu du jeu, et vous pouvez sélectionner le lecteur pour sauvegarder et charger vos parties, ainsi que tous les items propres au démarrage du jeu.
Pendant le jeu, le clic gauche sur un objet présent dans l'environnement permet d'avoir accès à une liste d'actions comme "prendre", "lire", "démonter", "ouvrir", etc. Et le clic droit permet de donner l'ordre à votre personnage, Raoul Dusentier, d'éxecuter cette action.
Le procédé est le même pour les dialogues. Un clic gauche sur le personnage avec qui vous voulez lancer la discussion, et un clic droit sur le sujet de la conversation que vous voulez aborder. On ne peut faire plus simple.
Ce qui rend le jeu assez difficile, c'est que les réponses des protagonistes ajoutent des items, et que ceux-ci ne s'ajoutent pas en fin de liste. Il vous faudra être vigilant pour ne pas oublier un sujet crucial. Dans ce même ordre d'idée, chaque fois qu'une action, ou qu'un sujet de discussion vous fait progresser dans votre enquête, l'horloge avance de dix minutes. L'aventure débute à huit heures du matin, et se déroule sur une journée entière. Evidemment, une action ou un point de discussion qui n'ont pas été validés, et c'est la panne d'horloge. Un conseil: revoyez tous les personnages, et reprenez tous les nouveaux items de discussion, afin de "débloquer" l'horloge. Cette dernière est accessible dans le menu par un clic droit.
Dernier détail, la carte du Karaboudjan III est accessible dans votre menu, par un clic droit également, et cela vous permet de vous rendre directement à l'endroit souhaité, sans avoir à faire d'interminables allers-retours qui auraient découragé le joueur le plus obstiné. Mais il ne faut pas oublier, de temps en temps, de se promener dans le navire, au gré des quatre étages, depuis les cales jusqu'au pont principal: après tout, vous faîtes une enquête, et quelques personnes au comportement étrange pourraient attirer votre attention, au détour d'un couloir ou d'un escalier.

titre NEUF SUSPECTS POUR UN CADAVRE

Le but du jeu est de mener votre enquête, de mettre l'index sur les contradictions entre les diffèrentes assertions des personnages, et de confondre le coupable, à la toute fin du jeu.
Voici la liste des neuf suspects qui voyagent à bord du yacht de Niklos Karaboudjan:
HECTOR: le majordome de Niklos, au service de son maître depuis une quinzaine d'années. Un lien puissant semblait unir les deux hommes. Hector est aussi discret que zélé, et il vous sera difficile d'obtenir des informations de lui.
REBECCA KARABOUDJAN: Femme mondaine et méprisante, elle peut se montrer colérique, presque hystérique. Au cours de votre enquête, vous découvrirez que cette femme cache un secret qui pourrait la placer en tête de la liste des suspects.
DAPHNE KARABOUDJAN: C'est la ténébreuse fille de Niklos. Vous apprendrez assez vite la nature de ses relations avec son défunt père. A vous de juger si elle est aussi capricieuse et immature que ce que l'on prétend.
JULIO ESPERANZA: Le gendre idéal pour Niklos et Rébecca Karaboudjan. Il est riche, il est beau, mais il est plus oisif que travailleur. Apparemment étranger à tous les rouages de l'intrigue, ne serait-il pas au courant de bien plus de choses que ce qu'il laisse paraître?
SUZANNE PLUM: C'est une amie du Père Fabiani. Vous apprendrez assez vite que sa présence n'était pas franchement désirée par Niklos. Ce dernier se plaisait à la ridiculiser en public, en raison de son penchant pour la bouteille. Suffisant pour en faire une suspecte de prédilection?
LE PERE FABIANI: Ami intime de Suzanne Plum. Certaines mauvaises langues y voient davantage que de l'amitié. Il faut dire que le prêtre a une solide réputation de flambeur, de mondain, de calculateur. En ouvrant sa valise, vous pourriez très vite en faire un suspect idéal.
TOM LOGAN: Intime du couple Karaboudjan. Il est notaire et gère de près les affaires de Niklos. Apparemment, le brillant notable dissimule des problèmes d'argent. Mais il a d'abord la réputation d'être un coureur de jupons insatiable.
ROSE LOGAN: L'épouse du notaire se défend d'avoir un mariage qui bat de l'aile. Fille de l'associé de son époux, elle n'a pas d'autre choix que de se réfugier derrière les conventions et les apparences. Timide, timorée même, elle pourrait en savoir bien plus sur les derniers événements survenus à bord du navire.
DESIRE GROSJEAN: Il détonne à bord du yacht. Son enfance, il l'a passée à l'assistance. Loin des protocoles de la Jet Set, il a mené une carrière de militaire et a pris l'habitude de dire ce qu'il pense et de le dire avec franchise. Pas étonnant que Rébecca le déteste. Mais vous aurez l'occasion d'en apprendre davantage sur lui.

Finalement, vous apprendrez vite que chacun avait une raison, bonne ou mauvaise, de tuer Niklos. En étoffant vos connaissances sur les neuf suspects, vous verrez se tisser un canevas de mobiles. L'intrigue se fait complexe, et tous les personnages deviennent antipathiques, au détour de leurs contradictions et de leurs mensonges.
La scène la plus cocasse du jeu repose sur les révélations que les suspects vous font, en vous promenant devant leur cabine. Chacun veut se disculper en accusant les autres, dans un jeu de massacre particulièrement jubilatoire. Mais à la fin, tout à la fin, il faudra désigner un coupable, et un seul.

titre UNE EQUIPE ELARGIE AUTOUR DE PAUL CUISSET

Il n'est pas faux de dire que Paul Cuisset incarne à (presque) lui tout seul la dynamique et la créativité de Delphine Software. Dans le précédent hit,« Operation stealth», Paul avait travaillé avec Philippe Chastel, pour remplacer Eric Chahi, qui travaillait d'arrache-pied sur son grand-oeuvre à venir,« Another world». Philippe avait commencé sa jeune carrière chez Ocean Software, avec «Operation Wolf». Apparu comme technicien sur «les Voyageurs du temps», il devient l'un des programmeurs les plus en vue du studio Delphine.
Denis Mercier, qui avait travaillé sur Bio Challenge, le tout premier titre de Delphine Software, rempile ici. Ce sont ces trois hommes qui ont finalisé le scénario remarquable de «Croisière pour un cadavre».
A l'époque de sa sortie, Tilt évoquait "un scénario digne d'agatha Christie", et des personnages dont la psychologie est finement analysée ( voir ci-dessus). Le scénario repose aussi sur une série de rebondissements qui hissent le jeu au sommet du podium.
Mercier et Chastel ont également travaillé à la programmation et aux graphismes. Dans ce dernier registre, deux grands dessinateurs et graphistes sont à évoquer.
Thierry Perreau, tout d'abord, qui a travaillé chez Coktel Vision, aux côtés d'un certain Pierre Gilhodes sur le titre devenu culte: «Gobliiins».
L'autre nom, c'est Christian Robert, un ami personnel d'Eric Chahi, qui a disparu en octobre 2010 à l'âge de 52 ans. Féru de bande dessinée, fan de Moebius et d'Hergé, Christian Robert et toute l'équipe ont rendu un vibrant hommage à Tintin: Karaboudjan, c'est le nom du bateau sur lequel évolue Tintin dans "le crabe aux pinces d'or". Niklos porte un nom à consonnance grecque, comme Rastapopoulos sur l'album précité. Dans l'aventure, Raoul Dusentier découvre un indice dans une boîte de crabe. Tout l'univers du reporter à la houppe semble ressuscité dans ce jeu à l'ambiance rétro, puisqu'il se situe à la fin des années 1920.
L'esprit BD, on le retrouve aussi avec des dessins particuliers. Par exemple, lors du sauvetage de Suzanne, Raoul repère un indice et celui-ci s'affiche dans une fenêtre. Une succession de dessins semblent provenir de planches.
Christian Robert a gagné ses lettres de noblesse avec ce titre, et c'est lui qui dessinera les décors du hit suivant:« Flashback».
En ce qui concerne les graphismes, il faut également mettre l'accent sur le travail de l'équipe, qui fait de ce titre un produit proche d'une oeuvre cinématographique. La cinématique d'ouverture, avec le générique du Maestro Baudlot, est un modèle du genre. Vision en plongée et contre-plongée, commentaires écrits comme dans un artwork de bande dessinée, le joueur se retrouve plongé dans l'univers du jeu, dans l'intrigue du scénario.
Les effets du roulis, avec le bateau qui tangue, la vision brouillée de Dusentier à son réveil, les souvenirs racontés, qui apparaissent en noir et blanc, à l'instar de la projection super huit, où de nouveaux indices sont livrés, le jeu déroule un trésor d'innovations techniques dans l'art visuel. Les rats qui fuient à votre arrivée dans les cales, à bord d'un monte-charge qui descend, et dont l'ombre s'inverse en rapetissant, pour mieux suggérer le mouvement. Oui, du grand art tout ça!
Comment ne pas évoquer le travail qui a été accompli sur la notice? La cinématique d'ouverture parle de la lettre que Dusentier a reçue de Karaboudjan. La notice en retranscrit le texte, ainsi que des coupures de presse qui permettent de mieux s'immerger dans le jeu. Et la patte littéraire, comme souvent, elle est apportée par Paul Cuisset en personne, ainsi que par Mickael Sportouch.
Cette équipe élargie comporte aussi une touche féminine, en la personne de Patricia Cuisset au contrôle qualité.
Pour que l'hommage soit complet, reste à évoquer Jean Baudlot, le musicien attitré du studio. Douze titres émaillent le jeu. Un titre pour le prologue, un pour l'épilogue, et un titre pour chaque lieu. Plein de truculence dans la lingerie ou la salle à manger, austère dans la cabine du Père Fabiani, mystérieux dans le prologue, chaque thème contribue grandement à la réussite de ce titre culte. On pourra toujours préférer les versions Atari St, ou encore Amiga ( c'est mon cas), mais ces versions pour le jeu Dos sont en symbiose avec le gameplay.

titre CONCLUSION

«Croisière pour un cadavre» a eu une carrière internationale, confirmant l'envergure de Delphine Software. En deux ans seulement, les petits défauts du soft «Les voyageurs du temps» avaient été corrigés, avec des personnages moins pixelisés, des déplacements et des actions moins hasardeux. Les dialogues permettent de faire des gros plans sur les personnages, et les lèvres, l'expression des visages, sont criants de vérité.
«Croisière pour un cadavre» est un monument dans l'Histoire du jeu vidéo, pas seulement pour tout ce qui a été dit jusqu'ici dans cet article, mais aussi parce qu'il apporte une touche de poésie dans l'univers du jeu d'enquête policière. L'énigme de la petite boîte à musique, avec les mouvements de la ballerine et le jeu de la clé qui tourne dans la boîte, est un grand moment d'émotion. Et le clou du jeu, cela reste cette marionnette abandonnée au fond d'une cale sordide. un vulgaire pantin qui se fait accusateur et qui tire les ficelles de l'intrigue, transformant le meurtrier en marionnette à sa place.
La décennie des années 1990 commençait à peine, mais déjà, deux hits s'annonçaient sur le catalogue de Delphine: «Another World» et «Flashback». La légende du studio Delphine Software continuait de se forger.



titre Lancement sous DOSBox

Exécutez le fichier DELPHINE.EXE.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- Shinod7.org, pour jouer sous DOS via la célèbre disquette boot du ninja.
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.

  Informations diverses
    Infos éditions, compils...
    Médias
    Crédits
    Avis & Comments (2)
    Astuces (5)
    Solution du jeu

    Screenshots (8)
    Covers (2)
    Scans disques (1)
    Publicités (2)
    Vidéos (1)

    Télécharger le jeu
    Télécharger le manuel
    Divers
Klaymen (Covers, Scan disquettes), Sgt Geek (Goodies), Yanaut (Manuel)





Vous souhaitez nous aider ?


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure