TILT

129 numéros recensésPuce 1982 1994PuceFrance
Lorsque Tilt commence à paraître en septembre 1982, il n'a aucun équivalent dans son secteur. Jeux & Stratégie ne consacre aux logiciels de jeu qu'une simple rubrique, et Hebdogiciel n'arrivera qu'un an plus tard et sera plus axé programmation et actualité micro-informatique. Ce magazine, publié par la société Editions Mondiales (éditrice entre autres de la revue de romans-photos "Nous Deux" et de "Télé Poche") et dirigé par Antoine de Clermont-Tonnerre et Bruno Barbier, est le premier en France consacré aux loisirs électroniques au sens très large : jeux vidéo, jeux électroniques, flippers, échecs électroniques... Bimestriel à ses débuts, le magazine devient mensuel en mars 1984 et organise à la fin de la même année la première cérémonie des Tilts d'or, qui deviendra une institution dans le milieu. Le numéro de mars 1985 est décisif : outre une nouvelle maquette, Jean-Michel Blottière, l'un des journalistes, devient rédacteur en chef. Jacques Harbonn et Olivier Hautefeuille deviennent des collaborateurs réguliers; ce trio formera le socle de Tilt quasiment jusqu'à son dernier numéro. Autre membre de l'équipe non négligeable : le dessinateur Jérôme Tesseyre, dont les couvertures, qui mêlent parfaitement le style des BD des années 80 au graphisme pixelisé des micros, font partie intégrante de l'identité de Tilt. Autre qualité majeure, qu'on ne retrouvera pas avant longtemps dans la presse vidéo-ludique française : le ton relativement sérieux et rigoureux des articles, à peine atténué par les illustrations ou photo-montages humoristiques. De toute évidence, Tilt ne prend pas ses lecteurs pour des adolescents immatures et offre une vue parfaite du milieu micro-ludique de l'époque. Le krach du jeu vidéo aidant, Tilt consacre la majeure partie de son sommaire aux jeux sur micro, avec également des rubriques sur les logiciels éducatifs, les logiciels de création graphique et sonore, et quelques listings de jeux. C'est en 1988, année de l'arrivée d'Alain Huyghues-Lacour et Dany Boolauck et de l'adoption d'une nouvelle maquette (avec la fameuse couverture sur fond blanc) que l'on peut parler de l’âge d’or de Tilt, notamment pour ses reportages et ses dossiers. Cette période glorieuse prend fin mi-1991, peu après le rachat des Editions Mondiales par le groupe anglais EMAP, lorsque AHL et Boolauck désertent pour rejoindre Joystick; les testeurs restants (notamment Jean-Loup Jovanovic, qui épaule Jacques Harbonn pour les jeux d'aventure et de rôle) maintiennent le niveau, en dépit de l'apparition de tout un tas de pseudonymes fantaisistes pour signer les tests. Ce qui va tuer Tilt, c'est à la fois la concurrence de magazines moins sérieux comme Joystick et le parrainage de l'émission télévisée Micro Kid's, qui s'adresse aux plus jeunes. Alors que le ton jeuniste aurait pu être réservé au magazine Consoles +, qui est lancé en septembre 1991 et débarrasse Tilt de la partie consoles, il va infecter progressivement Tilt - les deux magazines partageant alors le plus gros de leur rédaction. En 1992, la nouvelle maquette, à base de gros pavés de notes et de photos d'écran imbriquées de taille variable, est assez lourde, et les dossiers moins intéressants. Et c'est en avril 1993, lorsque Tilt passe au format agrafé, que le magazine touche le fond, avec ses fonds colorés et ses cadres hideux, et ses insupportables photos grimaçantes des testeurs. Du coup, son interruption soudaine et inattendue en janvier 1994 apparut comme un moindre mal pour nombre de ses lecteurs. Une fin en demi-teinte pour ce qui fut le meilleur et le plus renommé magazine micro-ludique français, sans l'ombre d'un doute.

Pour en savoir plus