Les news de LTF

Made in France

#MadeInFrance 01 : les Aventures de Moktar / Titus the Fox

Par Hoagie 29/09/2017 0 commentaire

This post is the first of a new column called "Made in France" where we'll write - in hopefully correct English - about old French computer games that may seem obscure, weird or unintelligible to foreign gamers, either because they weren't exported or even translated, or because they contain some French cultural references that we'll try to describe. Maybe we'll even write about French magazines too. Hope you'll like it !

French version / version française

In 1991, after an strong streak of mediocre games, French software house Titus finally got a grip with «Prehistorik» and «The Blues Brothers», two very enjoyable platform games. Sure, they weren't very original, and «The Blues Brothers» is a typical movie licenced game, something one usually expects from Ocean. But they were funny, playable, nicely implemented - and they were both perfectly ported on IBM PC. Their quality was a good reason to keep an eye on Titus' next move - who knows, maybe a third good game in a row ? And it was quite a shock when their next game was revealed, just when «The Blues Brothers» was reviewed and released. Not because it was once again a platform game, but because it was an adaptation of the hit song "La Zoubida". What. The. Hell. Were. They. Thinking ?

This is where a little explanation is needed. Vincent Lagaf' (or just Lagaf') is a humorist who started his career at Club Med, where he won his pseudonym, inspired by Gaston Lagaffe. He moved to Paris and started to work as a stand-up artist and appeared in TV shows. In 1990, he released the single "Bo le lavabo", a spoof of late 80's eurodance. Lagaf' mocks the cheap quality of this kind of music designed by greedy record labels to enter the Top 50 music charts. So he makes a song based on the single "French Kiss" (almost completely sampled here), with lyrics consisting mainly of "il est beau le lavabo" ("the washbasin is beautiful") and "il est laid le bidet" ("the bidet is ugly"). Ironically, "Bo le lavabo" entered the Top 50 and stayed there during 28 weeks, it even peaked in June of 1990. You'll find below the official video, if you REALLY want to listen to it (TW abysmal music) :



Encouraged by this success, Lagaf' recorded and released another single, "La Zoubida", in 1991. It's an eurodance remix of "Sur le pont de Nantes", with different lyrics sung with a North African accent as outrageous as Michel Leeb's infamous African accent. In the new lyrics, Moktar, a young man living in Barbès (an area in northern Paris with a strong Maghrebi community, and one of the so-called "no-go zones" defined by Fox News in 2015) takes his girlfriend Zoubida to a ball, but they end up at the police station, because Moktar had stolen the golden scooter they were using. "La Zoubida" stayed in the Top 50 for 34 weeks and was number one for 10 weeks in a row (plus one more week sooner), thus becoming one of the most successful singles of the early 90's in France. Here is the official video (TW abysmal music with racist cliches) :



If you watched the video (even with the sound off), you must have noticed some snippets of the game. I don't know if the deal was signed when the video was in production or if Titus just made some animations before they decided to make a whole game, but anyway, this is the song Titus chose to make a game of. In 1991, bizarre licence choices were common, especially in the UK («Viz», anyone ?), but this one was more than odd, and the game had better be good.

Highslide JS
The French ad

And good it was. «Les Aventures de Moktar : La Zoubida» takes one of the best features of «The Blues Brothers» (the crates) and uses it in a larger scale. Now each level contains several objects that you can take, launch or drop to pile them or hit an enemy below. Some objects disappear after they've been thrown, some don't. Some of them bounce or can be used as a trampoline, some others can become means of transport (the skateboard, the magic carpet). You can even grab some enemies from behind and throw them on their peers. The previews said it was also possible to walk stealthily past asleep enemies, but this feature is not documented and was probably dropped. The levels are trickier than in «The Blues Brothers», and their codes are often hidden and hard to reach. The PC version is more difficult to master, first because the scrolling is not centered on your character and slides only when he's near the edge of the screen, and second because the codes of the levels are not static, they're generated from a checksum of the BIOS of the computer and the graphic card. This means that the codes that you could get in a magazine or from a friend would not work on our own PC. Among the funny features, don't forget the welcome screen displayed if you play several years after the release of the game : "You are still playing Moktar in [year] !". Almost all the racist elements of the original song disappeared, with one exception : the black cannibals in level 3. «Les Aventures de Moktar» is much more bearable than Lagaf's song and left good memories, there's a whole website dedicated to the game with a level builder.

Highslide JS
Moktar in his suburbs, when "street art" was still called "tag" or "graffiti"

«Les Aventures de Moktar» is, with «Bargon Attack», one of the last French commercial computer games to feature some typical French modern environments. It has a charm of its own, but there was a problem : it was hardly exportable, since nobody outside of France cared about Lagaf' (and rightfully so). At the time the game came out, cute mascots were trendy («Sonic» had just been released), so Titus made a cute mascot out of their logo and name, and Titus the fox was born. The title screen and the sprites of the hero and his girlfriend were updated, the black cannibals and the last level were removed, some music and sound effects were changed, and the game is slower and easier to control. So if you ever played «Titus the Fox» and wondered why Titus had to cross the Mediterranean Sea and Morocco to reach his significant other, now you know. «Titus the Fox» was not sold in France, I discovered its existence in a French issue of the British magazine PC Review.

Highslide JS
Titus entering the sewers

«Les Aventures de Moktar» is subtitled "Vol 1 : La Zoubida", suggesting it was the first of a serie. However, Vincent Lagaf' stopped recording music (wise move) and later became a successful TV game show host ("Le Bigdil"). Instead of a new Moktar adventure, Titus made a sequel for «The Blues Brothers», the very disappointing «Jukebox Adventure».

If you watched the videos above and thought "the French have really weird/disgusting taste in music", you ain't seen nothing yet. The following year, in 1992, came out one of the other most sold singles of the early 90's in France, "Dur dur d'être bébé !" ("tough to be a baby"), sung by then 5-year old Jordy. This single stayed in the Top 50 for 30 weeks, half of this stay at number 1. It was also a hit in Belgium, Netherlands and Austria, and sold quite well in Norway, Sweden and New Zealand. Fun fact : several months sooner came out «Baby Jo in Going Home», a cute platform game featuring a baby, but this time it's complete coincidence. Watch the video at your own aural risk.



Meanwhile, in the USA, they had Nirvana.



Voici la version française pour les anglophobes :

En 1991, après une belle série de jeux médiocres, l'éditeur français Titus s'est enfin ressaisi avec «Prehistorik» et «The Blues Brothers», deux jeux de plateformes très sympathiques. Bien sûr, il n'avaient rien d'original, «The Blues Brothers» était un archétype d'adaptation de film, comme cela se faisait chez Ocean. Néanmoins, ils étaient drôles, jouables, bien programmés - et parfaitement convertis sur PC. Leur qualité était suffisante pour que l'on guette la prochaine sortie de Titus - qui sait, peut-être un troisième bon jeu d'affilée ? Ce fut un choc lorsque leur jeu suivant fut annoncé, pile au moment où «The Blues Brothers» était sorti. Non pas parce que c'était encore un jeu de plateformes, mais parce que c'était une adaptation de la chanson "La Zoubida". Qu'est. ce. Qui. A. Pu. Leur. Passer. Par. La. Tête ?

C'est là qu'une petite explication s'impose. Vincent Lagaf' (ou Lagaf' tout court) est un humoriste qui a débuté sa carrière au Club Med, où il a gagné son pseudonyme, inspiré par Gaston Lagaffe. Il a ensuite déménagé à Paris où il a commencé à faire son show dans des cabarets et à passer à la télé. En 1990, il sort le single "Bo le lavabo", une parodie d'eurodance de la fin des années 80. Lagaf' y tourne en dérision la piètre qualité de cette musique produite par des labels peu scrupuleux pour entrer dans le Top 50. Pour cela, il écrit une chanson basée sur le single "French Kiss" (presque entièrement samplé ici), avec des paroles qui se résument à "il est beau le lavabo" et "il est laid le bidet". Ironie du sort, "Bo le lavabo" est entré au Top 50 et y est resté 28 semaines, il a même atteint la première place en juin 1990. Vous trouverez ci-dessous son clip, si vous voulez VRAIMENT y jeter une oreille (TW musique consternante).

Encouragé par ce succès, Lagaf' a ensuite enregistré et sorti un autre single, "La Zoubida", en 1991. C'est un remix eurodance de "Sur le pont de Nantes", avec de nouvelles paroles chantées avec un accent nord-africain aussi outrancier que le tristement célèbre accent africain de Michel Leeb. Dans les nouvelles paroles, Moktar, un jeune homme vivant à Barbès (un quartier du nord de Paris avec une forte communauté maghrébine, et une des soi-disantes "no-go zones" délimitées par Fox News en 2015), emmène sa copine la Zoubida à un bal, mais ils finissent au commissariat parce que le scooter doré de Moktar avait été volé par ses soins. "La Zoubida" est resté au Top 50 34 semaines et a occupé la première place pendant 10 semaines consécutives (plus une autre semaine auparavant), ce qui en fait un des singles les plus vendus en France au début des années 90. Voici le clip officiel (TW musique consternante avec clichés racistes).

Si vous avez regardé la vidéo (même en coupant le son), vous avez sûrement remarqué des extraits du jeu. Je ne sais pas si le contrat était déjà signé que quand le clip était en cours de production ou si Titus a juste fait quelques animations avant de se lancer dans un jeu complet, mais quoi qu'il en soit, c'est de cette chanson que Titus a choisi de faire un jeu. En 1991, les choix de licences bizarres n'étaient pas rares, surtout au Royaume-Uni («Viz», ça vous parle ?), mais celui-là était vraiment gonflé, et le jeu avait intérêt à être bon.

Et, heureusement, il fut bon. «Les Aventures de Moktar : La Zoubida» reprend une des meilleures trouvailles de «The Blues Brothers» (les caisses) et l'exploite encore mieux. Chaque niveau contient différents objets que l'on peut saisir, lancer ou poser pour les empiler ou atteindre un ennemi en contrebas. Certains objets disparaissent une fois lancés, d'autres non. Certains rebondissent ou peuvent servir de trampoline, d'autres peuvent faire office de moyen de transport (le skateboard, le tapis volant). Il est même possible d'attraper certains ennemis par derrière pour les balancer sur leurs collègues. Les avant-premières affirmaient aussi qu'il était possible de marcher sur la pointe des pieds pour passer devant des ennemis endormis, mais cette fonctionnalité n'est pas documentée et a probablement été abandonnée. Les niveaux sont plus compliqués que ceux de «The Blues Brothers», et leurs codes sont souvent bien cachés. La version PC est plus difficile à maîtriser, d'une part parce que le scrolling n'est pas centré sur le personnage et ne glisse que lorsqu'il est proche du bord de l'écran, et d'autre part parce que les codes des niveaux ne sont pas statiques, ils sont calculés à partir des versions du BIOS de l'ordinateur et de la carte graphique. Cela signifie que les codes obtenus dans un magazine ou par un ami ne fonctionnaient pas sur un autre PC. Parmi les autres fonctionnalités amusantes, n'oubions pas l'écran d'accueil affiché plusieurs années après la sortie du jeu : "You are still playing Moktar in [année] !". Presque tous les éléments racistes de la chanso ont disparu, à une exception près : les Noirs cannibales du niveau 3. «Les Aventures de Moktar» est bien plus supportable que la chanson de Lagaf' et a laissé de bons souvenirs, il existe un site complet consacré au jeu avec un éditeur de niveaux.

«Les Aventures de Moktar» est, avec «Bargon Attack», un des derniers jeux commerciaux français contenant des décors et éléments typiques de la France moderne. Cela a son charme, mais il y avait un os : c'était d'autant plus difficile à exporter que personne hors de France ne s'intéressait à Lagaf' (et ils ne rataient rien). A l'époque de la sortie du jeu, les mascottes mignonnes étaient à la mode («Sonic» venait d'arriver), Titus a donc réalisé une mascotte à partir de leur logo et leur nom, et Titus le renard est né. L'écran d'accueil et les sprites du héros et de sa copine ont été refaits, les cannibales et le dernier niveau ont sauté, certaines musiques et effets sonores ont changé, et le jeu est plus lent et plus simple à contrôler. Si vous avez déjà joué à «Titus the Fox» et si vous vous êtes demandé pourquoi Titus devait traverser la Méditerranée et le Maroc pour rejoindre sa bien-aimée, maintenant, vous le savez. «Titus the Fox» n'est pas sorti en France, j'ai découvert son existence dans une édition française du magazine britannique PC Review.

«Les Aventures de Moktar» est sous-titré "Vol 1 : La Zoubida", ce qui sous-entend que c'était le premier d'une série. Cependant, Vincent Lagaf' a arrêté la chanson (sage idée) pour devenir plus tard présentateur de jeux télévisés ("Le Bigdil"). A la place d'une nouvelle aventure de Moktar, Titus a donné une suite à «The Blues Brothers», le très décevant «Jukebox Adventure».

Si vous avez regardé les vidéos ci-dessus et trouvé que "les Français ont vraiment des goûts bizarres/repoussants en musique", vous n'avez encore rien vu. L'année suivante, en 1992, est sorti un autre des singles les plus vendus de son temps en France, "Dur dur d'être bébé !", chanté par Jordy, alors âgé de 5 ans. Ce single est resté au Top 50 pendant 30 semaines, la moitié de cette durée à la première place. Il a aussi fait un carton en Belgique, aux Pays-Bas et en Autriche, et s'est aussi bien vendu en Norvège, Suède et Nouvelle-Zélande. Amusant : quelques mois plus tôt est sorti «Baby Jo in Going Home», un jeu de plateformes mettant en scène un bébé, mais cette fois c'est une pure coïncidence. Regardez la vidéo à vos risques et périls auditifs.

Pendant ce temps, aux Etats-Unis, ils avaient Nirvana.
Ajouter un commentaire
Pour ajouter un commentaire, vous devez être connecté, ou vous inscrire à la zone membres.
> Connexion / Inscription








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :







Partenaires : Hébergement web - WoW - 2001jeux.com - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure