Operation Harrier
Année
1990 (Sortie FR)
Développement
Edition
Systèmes
systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.73
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
656 votes


titre Scénario

Aux commandes d'un AV-8 Harrier, vous devez accomplir diverses missions allant du bombardement d'une usine d'armement à la protection d'une base alliée. Voilà à peu près comment le manuel de «Operation Harrier» présente son synopsis. C'est court, mais largement suffisant pour un shoot'em-up.


titre Présentation

«Operation Harrier» est le deuxième et dernier jeu d'U.S. Gold (après «Rotox») qui utilise le Rotoscape. Rotoscape, kezako ? C'est un nom inventé par l'éditeur pour désigner une vue aérienne du terrain dans laquelle le sprite dirigé par le joueur reste orienté vers le haut au milieu de l'écran tandis que c'est le décor qui tourne et se déplace suivant ses mouvements. Vous voyez «Cameltry», les niveaux bonus de «Sonic» ou les niveaux intermédiaires du super «Probotector» / «Contra 3» ? C'est le même principe. La finesse des détails au sol est toutefois inférieure à celle qu'offrait la Super Famicom fraîchement sortie, on a l'impression de survoler un paysage en 3D surfaces pleines, le relief en moins.

Une mission de «Operation Harrier» se déroule un peu comme celles de «Jungle Strike» : vous devrez vous défendre aussi bien contre des avions et hélicoptères que contre des missiles à tête chercheuse lancés par des unités au sol lorsque vous vous en approchez un peu trop. Pour couler porte-avions et croiseurs, vous pourrez équiper votre appareil de missiles en nombre limité, et pour faire le plein, il faut repérer les deux avions de ravitaillement qui patrouillent sur la carte et se placer sous l'extrémité de leur tuyau. Il est déconseillé d'atterrir sur le porte-avion avant la fin de la mission sous peine de se faire passer un savon par son supérieur !

Un scrolling rotatif ne suffit pas pour faire un bon jeu, et
«Operation Harrier» est desservi par sa réalisation tristounette: les graphismes sont dépouillés, la bande-son se résume à quelques bruitages. La maniabilité laisse également à désirer: en plus des touches 'A', 'Q', 'O' et 'P' pour se déplacer, 'ESPACE' lâche une bombe, 'ENTREE' permet aussi bien de tirer que de plonger ou prendre de l'altitude, et il faut passer par les touches de fonctions pour changer le type de bombe ou lire la carte. Dans un genre similaire, «Wings of Fury» et «Jungle Strike» sont plus agréables à utiliser, et «Seek and Destroy» exploite beaucoup mieux les rotations du décor.


titre Lancement sous DOSBox

Lancez le fichier HARRIER.EXE.

La protection du jeu fusionnait celles de «Secret of Monkey Island» et de «Micro Machines 2», à savoir deux disques rotatifs imprimés en noir brillant sur fond noir mat. Très pratique ! Un fichier contenant ces codes est téléchargeable séparément. Au début du jeu, repérez le paragraphe dont les "outer rim" et "inner rim" demandés coïncident, et entrez le caractère correspondant à la "window".



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure