Quake
Série
Année
1996 (Sortie FR)
Développement
Conversion (Mac)
Systèmes
systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
804 votes




titre Rappel

Ce jeu n'est pas abandonware. Il est en vente sur Steam et sur le site d'id Software. Nous ne vous fournissons donc que la version shareware.

titre Histoire

Dans un futur où les hommes ont découvert la téléportation, un mystérieux ennemi venu d’une autre dimension - nom de code « Quake » - a infiltré les installations humaines via ses propres téléporteurs pour y semer la mort et le chaos. Alors qu’une opération contre-attaque est prévu par votre état-major, le joueur (un space-marine) se retrouve seul survivant d’une seconde attaque. Il devra malgré tout mener à bien sa mission, entièrement seul : éradiquer les démons présents dans 4 dimensions différentes (accessibles via des portails) et détruire celui qui les commandent : « Quake » lui même.

titre Historique

Lorsque «Quake» sort au début de l’été 1996, il fait littéralement l’effet d’une bombe. Terriblement en avance sur son temps (que ce soit le gameplay ou les graphismes), il préfigure d’emblée une nouvelle génération de FPS à venir, qui font déjà passer les enfants de «Doom» qu’on été «Duke Nukem 3D», «Dark Forces» ou «Blood» pour des jeu de tir d’un âge révolu. Contrairement au précédent bébé d’id Software, le bien nommé «Doom», le jeu est en vrai 3d : niveaux sur plusieurs étages, monstres en polygones et lumières dynamiques creusent autant l’écart qu’entre «Doom» et «Wolfenstein 3D» seulement 4 ans plus tôt. On peut voir «Quake» comme le dernier épisode de la genèse du FPS dont id Software a été à l’origine. La thématique du marine seul contre tous propose une expérience bien plus nerveuse encore que son prédécesseur et il faut désormais compter sur des niveaux où la menace ne vient pas simplement autour de nous mais au dessus et en dessous de nous. «Quake» sera d’ailleurs le dernier jeu de l’âge d’or d’id Software, avant que son lead-designer John Romero prenne le large (mais cela est une autre histoire...).

titre Influences

D’un point de vue graphique, le jeu a particulièrement bien vieilli. Si la palette de couleurs était limitée à l’époque à du VGA (256 couleurs), id Software a su tirer parti de cette limitation pour créer un univers particulièrement malsain, qui tranche avec le cartoonesque de «Doom» ou «Wolfenstein 3D». Alors que Romero souhaite transposer l’expérience de «Doom» dans un univers médiéval-fantastique, les level-designers Tim Willits et Sandy Petersen souhaitent davantage se pencher sur des influences futuristes/lovecraftiennes. Le débat ne pouvant être tranché, «Quake» bénéficie d’un design hybride, mi médiéval/mi-futuriste avec un bestiaire allant de marines-zombie hérités de «Doom» à des chevaliers en armure ou encore des créatures qui semblent tout droit tirées de l’Appel du Cthulhu (Sandy Petersen étant l'auteur du jeu de rôles au début des années 80). On retrouve d’ailleurs beaucoup d’autres références à l’univers de Lovecraft tels les noms des boss (Shub-Niggurath ou Chthon, dont le nom évoque la fameuse race des chthoniens), même si id Software ne dispose pas officiellement de la licence. Pour coller à cet univers de sang et de rouille, on note une bande sonore particulièrement soignée, conçue par Trent Reznor, leader du célèbre groupe Nine Inch Nails. Chaque ennemi, item, arme dispose de son panels de sons qui contribuera à donner à «Quake» une identité sonore unique. La musique metal parvient même à se hisser au dessus de celle de «Doom», qui puisait allègrement parmi les mêmes inspirations.

titre Gameplay

Si «Quake» fait passer le monde du FPS dans celui de la 3d, le gameplay lui reste très similaire à son ancêtre «Doom» : niveaux en épisodes comme à la grande époque des sharewares, clefs à trouver pour ouvrir la porte de fin de niveau, niveaux labyrinthiques, passages secrets, ... Néanmoins, nous sommes loin d’un simple «Doom» en 3D, déjà parce que le jeu est nettement plus difficile. Conscient de la relative facilité des titres comme «Doom» et «Wolfenstein 3D», id Software a fait de «Quake» un jeu nettement plus dur que ses aînés, et ça n’est pas le mode nightmare caché qui fera dire le contraire ! Plus secondaire auparavant, le joueur devra vite apprendre à maîtriser le strafing (déplacement latéral) et autre rocket jump (saut puissant à l’aide d’une roquette lancée au sol) pour accéder à des zones inaccessibles, de même qu’une visée à la souris, une première pour l’époque. «Quake» est un peu le dernier des doom-like à l’ancienne et le premier d’une nouvelle génération à venir, celle des FPS plus linéaires en couloir, scriptés par des évènements qui obligent le joueur à se soumettre au dictat du scénario. «Quake», lui, continuera dans sa voie propre, créant sa propre école du FPS très bourrin, dont les héritiers sont aujourd’hui Serious Sam ou encore Painkiller.

titre Conclusion

«Quake» a indéniablement encore plus de charme qu’aujourd’hui, en raison d’un recul qu’il a été nécessaire de faire sur l’héritage qu’il a laissé. Le titre, devenu une discipline sportive à part entière, a su alimenter une communauté de joueurs qui continuent à s’étriper joyeusement à coup de roquettes à toute vitesse sur des maps créées par les fans. Comme «Doom», qui avait démocratisé le deathmatch en son temps, «Quake» arrive à l’heure où l’Internet commence à devenir un outil intéressant pour le multijoueurs et offre ses premières lettres de noblesse à Capture The Flag ou à Team Fortress, lorsque la licence n’appartenait pas encore à Valve. Un grand classique du jeu vidéo, qu’il est urgent de découvrir, de même que ses 2 add-ons officiels, «Scourge of Armagon» et «Dissolution of Eternity», qui prolonge le fun dans des niveaux très bien conçus et beaucoup plus difficiles. « I ain’t afraid no Quake ! » nous confiait Duke Nukem dans le jeu du même nom, sorti quelques mois plus tôt. Il y avait quoi de pourtant...


titre Version shareware

Le jeu ne tourne que sous DOS, DOSBox et Win9x.
Sous XP, il ne tourne pas même avec VDMSound ou les options de compatibilité.
Sous DOSBox, le jeu étant gourmand, vous serez limité au 320x200 même avec une machine puissante.
Lancez le jeu avec QUAKE.EXE.

Pour ceux qui ont le jeu complet, le mieux est d'utiliser le portage GlQuake sous Windows.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure