Dark Forces
Année
1995 (Sortie FR)
Développement
Edition
Systèmes
systeme systeme
Dosbox
Compatible avec la version 0.72
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
568 votes




titre Rappel

Ce jeu n'est pas abandonware. LucasArts ne souhaite pas voir ce jeu en libre distribution. Cette fiche ne proposera donc pas le téléchargement de celui-ci.


titre Histoire

Le jeu démarre quelques temps avant le film "La Guerre des étoiles" (l'Episode IV, Un Nouvel Espoir). Kyle Katarn, un ex-officier impérial reconverti en mercenaire, travaille maintenant pour le compte de l'Alliance rebelle. Sa première mission consiste à dérober les plans de l'Etoile Noire, détenus sur une lointaine planète... Rien que ça.

Grâce en partie aux efforts de Katarn, la Rébellion parvient à détruire la Station spatiale impériale, mais une nouvelle menace se profile à l'horizon. Pour venger l'affront subi par la destruction de l'Etoile noire, le général Mohc envoie une redoutable armée de Cyborgs de son invention à l'assaut d'une base rebelle : les Dark Troopers.


titre Historique

«Dark Forces» est le premier essai de la franchise dans le genre du first person shooter. En 1995, le genre est encore peu diversifié et reste dominé par le ténor du genre : «Doom». LucasArts décide alors de créer son propre moteur, largement inspiré par les standarts de l’époque, pour concurrencer le hit de iD Software.

«Dark Forces» a également eu le droit à un portage sur Playstation, de piètre qualité. Malgré la puissance de la console, le jeu tourne malheureusement avec un framerate très faible.


titre Influences

Par rapport aux doom-like de iD Software et ses concurrents, LucasArts mise sur un first person shooter sans violence graphique et conserver ainsi l’esprit de la série. «Dark Forces» fait le choix de respecter au maximum l’ambiance de la trilogie originale. Le ton du jeu est donc plutôt sombre, mais un travail formidable est fait sur la lumière et les couleurs, qui contrastent sans cesse avec les immenses structures métalliques du jeu (il est nécessaire de jouer avec le contraste le plus bas dans les options pour obtenir un tel effet). Chaque niveau n'hésite pas à changer cette de palette de couleurs, et faire ressortir les éclairages (en réalité de simple motifs sur les textures qui contrastent avec le reste). «Dark Forces» imagine ainsi pour la première fois des lieux de l'univers de Star Wars jusque là simplement mentionnés à travers l'univers étendu : Nar Shaddaa la cité verticale, l'intérieur d'un destroyer impérial ou le vaisseau de Jabba The Hutt font partie des destinations que le joueur aura le privilège d'explorer.

Le moteur Jedi permet les mêmes prouesses techniques que «Doom», et plus encore : brouillards, niveaux sur plusieurs étages ou encore gestion de modèles 3D (pour les vaisseaux) sont de la partie. La fluidité est impressionnante et se hisse au niveau de «Doom» et du futur «Duke Nukem 3D». Malheureusement les capacités du moteur 3D sont peu mis à profit pour créer des niveaux aux architectures complexes. Certes, Star Wars est avant tout un univers aux structures verticales et carrées mais il est regrettable que cette avance technique n'est ai été si peu mise à profit. Au contraire, «Dark Forces» alterne entre des grands environnements un peu vides et des espaces étroits où les ouvertures sont tapies dans l'ombre et révèlent une porte ou un ascenseur caché. Ce level design très particulier sera pourtant repris dans les suites de «Dark Forces» et feront partie intégrante de l'esprit du jeu.

Les effets sonores de «Dark Forces» empruntent bien sûr à l’univers de Star Wars. Le jeu inclut également des voix digitalisées, pour les dialogues des cinématiques ou pour les ennemis du jeu, toutes de très bonne facture. La version française du jeu a fait l'objet d'une traduction intégrale comme c’est la coutume pour les jeux LucasArts de l’époque.

Clint Bajakian, qui s’est déjà illustré sur «TIE Fighter», compose la musique de «Dark Forces». Il s’agit d’une partition complètement réarrangée (et dynamique grâce au système iMuse) des thèmes les plus célèbres de la Guerre des Étoiles, en plus de compositions originales inspirées par le style de John Williams. De très bonnes factures, elle confirme la qualité des arrangements du compositeur, depuis ses débuts chez LucasArts en 1991.


titre Gameplay

«Dark Forces» reprend ouvertement le gameplay développé dans «Doom». On déplace le personnage avec les touches fléchées, se déplace latéralement avec ALT, tire avec CTRL. La santé est régénéré grâce à des trousses de soins et des ceintures de protection font office de points d’armure. Anticipant sur «Duke Nukem 3D», le joueur peut aussi sauter et s’accroupir. Les niveaux sont vastes et regorgent de passage secrets et il arrive fréquemment d'errer à travers le niveau sans trop savoir quoi faire.

«Dark Forces» fait pourtant un tel pari en étant l'un des premiers jeux à proposer de larges niveaux où l'exploration est mise à profit. Il n'est pas rare de découvrir la clef d'une porte cachée dans une pièce secrète révélée par une exploration minutieuse. Durant le premier tiers du jeu, le bestiaire est peu diversifiée : stormtroopers et impériaux sont les seuls ennemis rencontrés, en plus de quelques droïdes. Le deuxième tiers nous confronte à davantage d'aliens et leur arsenal plus sophistiqués. Quelques boss sont toutefois présents : les fameux Dark Troopers, les dragons Kel, l'Arc Hammer). Pour les affronter un arsenal complet est à disposition : blasters, grenades, canon lasers, fusil à concussion ou encore mines antipersonnelles.

La durée de vie de «Dark Forces» est assez faible avec seulement une quinzaine de missions. Elles se démarquent par leur variété et leur longueur, équivalente chacune à deux niveaux d'un «Doom». Cette durée de vie est compensée par le fait qu'aucune sauvegarde au coeur du niveau n'est pas possible, chaque mission doit être faite d'une traite. Le joueur qui est tué peut être ressuscité par trois vies dont il dispose en début de mission, auxquelles s'ajoutent celles disséminées au détour d'un passage secret. La difficulté, même la plus élevée est loin d'être insurmontable. Les ennemis ne survivent guère à plus de quelques tirs de blasters et seuls leur nombres important constitueront une vraie menace.Seuls les Dark Troopers vous donneront du fil à retordre mais un jeu entier vous en sépare.

titre Conclusion


Quand «Doom» rencontre Star Wars, cela donne une petite merveille ludique comme «Dark Forces». Premier grand doom-like à proposer une histoire continue et intéressante, il est aussi le premier à promouvoir un rythme plus lent, mêlant exploration et infiltration. Daron Stinett et Justin Chin feront perdurer cet esprit sur leur projets respectifs suivants, Outlaws et Jedi Knight : Dark Forces II. Cette suite directe du jeu proposera niveaux en vraie 3D, combats au sabre laser, multijoueur ou encore fins multiples et surpassera pour le reste les défauts de conception de «Dark Forces».

«Dark Forces» fait naître une des meilleures licences dérivées en jeu vidéo de l'univers de Star Wars. Les aventures de Kyle Katarn connaîtront trois autres volets, adaptant superbement l’esprit du jeu aux first person shooter de nouvelle génération. On ne peut que recommander le portage récent et toujours en beta de «Dark Forces», DarkXL, qui permet de jouer sur les machines récentes en haute résolution.

Avec le recul, «Dark Forces» fait partie des plus grands jeux de LucasArts (et de l'histoire du Doom-like), et parvient, par son excellente réalisation, à parfaitement restituer l'esprit du célèbre univers de George Lucas.

Un must-have comme on dit outre-Manche !!!


titre Lancement sous DOSBox

Utilisez SOUND.BAT pour configurer le son puis DF.EXE pour lancer la démo.

Pour accéder au menu, appuyez sur 'ECHAP' pendant le jeu.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure