Le Cinquième Élément
Titre anglais
The Fifth Element
Année
1998 (Sortie FR)
Genre
Développement
Edition
Systèmes
systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
649 votes


titre Intro hors-sujet

1997, que de souvenirs... Un film culte avec de l'action, de la romance, un beau gosse et l'indispensable potiche. Euh, non attendez, c'est l'autre film de 1997, on parle du Cinquième Élément, là, pas de Titanic.

Action, second degré balourd, toute bonne occasion de montrer Milla Jovovitch à poil est saisie, et bien que j'ai pu voir ce film au moins 50 fois, tout le business des produits dérivés fait autour m'a un peu dégoûté. Et ce jeu fait partie du package. Malgré tout le bien que je pense du studio Kalisto, notamment concernant l'excellent «Dark Earth», ce cinquième élément sent le bâclé sorti à l'arrache pour être en vente dans les temps après le film.

Allez, fi de considérations personnelles, voyons ce jeu en toute objectivité. Déjà, que peut-on trouver de plus cool que de contrôler tour à tour Korben et Leeloo, et tout ça sans multipass ?


titre Scénario

(pour ceux qui auraient passé les 15 dernières années dans le coma)

Un gros méchant qui a la forme d'une planète fonce vers la Terre pour tuer tous les êtres vivants (crétin, dit comme ça, non ?). On ne peut pas faire plus basique, ya des gentils très gentils (et souvent très cons aussi) et des méchants très méchants (qui ne valent pas mieux au niveau intellectuel). Sans vouloir dévoiler le film aux trois lecteurs trop jeunes pour l'avoir vu, après une série d’embûches, les gentils gagnent.

Le jeu suit la même trame en modifiant un peu le cours des opérations.

Reprenant un type de jeu à la mode depuis «Tomb Raider» premier du nom, le joueur évolue dans un environnement en 3D avec une caméra qui suit le personnage. Les missions alternent entre Korben et Leeloo qui se relaient dans des tâches servant de prétexte pour castagner des ennemis avant d'arriver à leur fin. Entre chaque mission, un extrait du film sert de transition, mais tombe comme un cheveu sur la soupe, pour ceux que j'ai pu voir. En VO non sous-titrée, et découpés brutalement, il vaut mieux avoir déjà vu le film pour y comprendre quoi que ce soit. Ceci dit, c'est toujours sympa si vous n'avez pas revu le film récemment (souvenirs, souvenirs).

Techniquement, le jeu est graphiquement faible et les personnages répondent avec lourdeur aux commandes, que ce soit au clavier ou au pad. Je n'ai pas réussi à faire avancer et tourner en même temps le perso avec un pad. Pour tourner sur place, le mouvement est trèèès lent et ne démarre pas immédiatement.

Côté son, rien de particulier. Les paroles des différents personnages rencontrés au cours de l'aventure se limiteront à des grognements quand vous les materez à coups de pied, poing ou armes à projectiles. Côté musique, c'est plutôt agréable à écouter. Le jeu ne reprend pas les musiques planantes d’Éric Serra, mais des pistes originales collent bien à l'ensemble. Juste pour l'anecdote, les sons du menu principal m'ont rappelé furieusement ceux de «The Nomad Soul» (quand on se balade dans le menu et qu'on sélectionne une option).

Les tests de l'époque descendent le jeu en flammes. Sorti la même année que «Tomb Raider III», il n'a pas tenu la comparaison.


titre Gameplay

Le gameplay au clavier est classique : les flèches pour se déplacer, ctrl pour tirer... rien de révolutionnaire, mais c'est efficace.

Les maps que j'ai testées (je me suis arrêté à la mission 3) sont assez simples : chaque mission se déroule dans des environnements découpés en sections (différents étages par exemple pour la première mission), avec un checkpoint à chaque début de section. Elles sont par conséquent faciles à finir, le joueur ne se perdant pas dans des labyrinthes ou reprenant à chaque nouvelle vie au début d'un niveau trop long à terminer.

Les ennemis que j'ai pu croiser ne sont ni variés ni très malins. Ce jeu ne sera pas un challenge pour les habitués du genre. J'ai tout de même trouvé que la barre de vie descendait plutôt vite.

Il y a un point avec lequel j'ai vraiment eu du mal : la caméra. Les mouvements de la caméra ne sont pas toujours très pratiques. Parfois, on aimerait la déplacer pour voir sous un angle un peu plus dégagé. Elle se met de temps en temps en face du personnage et on ne voit pas où l'on va.


titre Conclusion (positive malgré tout)

Voila pour la technique. Mais un jeu ne se résume pas à cela.

Malgré ses lourdeurs et la difficulté qu'un joueur orienté réflexion comme moi peut éprouver face à ce genre de titre, on se laisse facilement entraîner dans le jeu. Une fois les désagréments de l'installation passés, j'ai eu du mal à lâcher l'action et à quitter ce jeu. C'est vrai que graphiquement, même pour l'époque, c'est un peu pauvre et pixelisé, mais qui, ici, n'aime pas les gros pixels ? De plus, la difficulté du jeu étant ce qu'elle est, même un joueur du dimanche peut avancer sans trop de difficulté et sans rester trop longtemps bloqué.

Certes, ne vous attendez pas à retrouver l'univers flamboyant du film ni la qualité d'un «Tomb Raider» (comment ne pas faire la comparaison?) mais c'est malgré tout un titre assez agréable et qu'on n'a pas envie de lâcher une fois qu'on a commencé.

C'est un jeu qu'on a envie d'aimer malgré ses défauts, sauf pour ceux qui n'ont pas aimé le film, cela va sans dire. Qui ne voudrait pas sauver le monde avec Korben Dallas ou Leeloo ? Bon, excusez-moi, je retourne casser du mangalore.


titre Touches de contrôle

- Diminuer la résolution :
- Augmenter la résolution :
- Changer le mode de vue de la caméra : Numpad 0
- Courir en avant : flèche haut ou numpad 8
- Tourner : flèches droite et gauche ou numpad 4 et 6
- Reculer : flèche vers le bas ou numpad 2
- Sauter : Q (configurable) ou numpad +
- Se retourner : Backspace ou numpad 5
- Marcher (arrêer de courir) : S
- Se baisser : W ou numpad .
- Actionner un objet : Entrée
- Saut de côté : Alt + flèche gauche ou droite

Pour Leeloo :
- S'accrocher au plafond : Q
- Coup de poing : Shift
- Coup de pied : Ctrl
- Utiliser un objet : tabulation
- Changer d'objet : 3 et 4 (en haut, pas numpad)
- Protection : barre d'espace
- Coup spécial : flèche haut + shift + ctrl

Pour Korben :
- Coup de poing : Shift
- Tirer : Ctrl
- Tirer avec des munitions spéciales : tabulation
- Changer de munitions : 3 et 4 (en haut, pas numpad)
- Changer d'arme : 1 et 2 (en haut, pas numpad)
- Recharger : 5 (en haut, pas numpad)
- Protection : barre d'espace
- Plonger en avant : flèche haut + shift


titre Installation

Gravez le CD ou montez l'image avec daemon tools ou équivalent. Exécutez le fichier « AUTORUN.EXE », le setup doit démarrer. Après quelques clics sur des boutons « next », l'installation se termine.

Un nouveau menu apparaît dans le menu démarrer, « The fifth element ». Le raccourci pour lancer le jeu se nomme « pc.exe », ce qui illustre bien le manque de finition de l'ensemble. Autre illustration : tout message d'erreur fera référence à «Nightmare Creatures».

Sous Windows XP, le jeu devrait tourner sans problème. En cas d'erreur avec un fichier « .dll », un pack de DLL à décompresser dans le répertoire windows\system32 est dispo en téléchargement. J'ai également dû désinstaller nGlide, un émulateur de 3dfx. Pour les versions plus récentes de cet os, le plus simple est de le faire tourner sous virtual PC. La machine Windows 98 de gameslover va parfaitement. Il suffit d'installer daemon tools et de monter l'image directement dans la VM.

Il peut arriver que sous virtual PC, seule la moitié gauche de l'écran s'affiche. Si c'est le cas, les touches et (découvertes par hasard) permettent respectivement de réduire et d'augmenter la résolution du jeu. Quelques appuis sur F2 devraient faire l'affaire.

Pour les malchanceux comme moi qui ont acheté un pc récemment ou les irréductibles du « moi, j'ai le dernier windows à la mode », un tuto pour installer virtual PC sous Windows 8 est disponible ici : http://archymede.blogspot.fr/2013/02/installation-de-virtual-pc-2007-sp1.html. Je n'ai pas réussi à le faire fonctionner et j'ai dû utiliser vmware player (gratuit) pour installer Windows 98.

Pour ceux que ça intéresse, il existe des cheat codes, mais que je n'ai pas réussi à faire fonctionner (source : différents sites de jeu) :
Au menu principal, tapez l'un des codes suivants avant de commencer une nouvelle partie :
- BENOIT : Tous les films
- DAVID : Munitions infinies
- FANETTE : Tous les objets
- JEROME : Bouclier
- JOEL : Tous les cheat codes activés
- OLIVIER : Toutes les armes
- RALPH : Choix du niveau
- THIERRY : Vos ennemis ne vous tirent plus dessus



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure