Resident Evil 3 : Nemesis
Titre japonais
Biohazard 3 : Last Escape
Année
2000 (Sortie FR)
Genre
Développement
Conversion (PC)
Systèmes
systeme systeme systeme systeme systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
883 votes


titre Scénario

Jill Valentine, restée pour aider les survivantes de Racoon City à évacuer les lieux, doit elle aussi échapper à une ville devenue une véritable Cité des Morts.

Elle sera poursuivie tout le long du jeu par Nemesis, une variante du Tyrant en plus intelligent, plus résistant, plus armé, et bien plus implacable. Sa seule mission est d'éliminer les membres de l'unité spéciale S.T.A.R.S ayant survécu à «Resident Evil».

Cette course-poursuite commence un peu avant et se termine un peu après les événements de «Resident Evil 2».

titre Gameplay

Le joueur devra survivre aux multiples ennemis du jeu, soit en combattant soit en les évitant (parfois le combat est cependant inévitable), et avancer dans le scénario via des dialogues, en explorant les lieux, et en résolvant des énigmes.

Pour la plupart des munitions du jeu, Jill doit fabriquer des munitions à partir de poudres à canon (où elle trouve le reste des éléments de fabrication de munitions, tels que la douille et le projectile, est un mystère). Plusieurs mélanges sont possibles à partir de poudres A et B (exemple : A et B donne une poudre C, et trois poudres C donnent des munitions de Magnum).

Lors d'un combat, Nemesis peut suivre Jill de pièce en pièce, un peu comme les zombies du remake de «Resident Evil» sur GameCube (porté en 2009 sur Wii, et en 2015 sur PC en tant que Resident Evil HD) peuvent parfois suivre le joueur. Il peut aussi arriver à tout instant (sauf dans une pièce de sauvegarde), et maîtrise le combat au corps à corps, court plus vite que Jill, et ne se gêne pas pour utiliser son lance-roquettes !

Bien souvent, les rencontres avec Nemesis proposent un choix (qui peut se résumer souvent à fuir ou combattre), ce qui permet pas mal de variations dans le scénario (y compris le choix de ne pas choisir dans le temps imparti). De plus, le jeu propose trois fins différentes. Autrement dit, bien que «RE3» propose un seul personnage, cela ne l'empêche pas de proposer plusieurs scénarios comme ses prédécesseurs.

Les contrôles du jeu ont été aussi légèrement améliorés, par exemple les escaliers qui sont montés/descendus automatiquement par Jill dès qu'ils sont en face d'elle. Elle peut aussi se retourner instantanément sur elle-même, et peut pousser les zombies.

Le jeu propose un mode de difficulté facile vraiment très facile (le joueur a beaucoup d'armes et de munitions et de sprays dès le début du jeu, ainsi qu'un ruban encreur avec un nombre d'utilisations illimité !), mais dans ce mode aucun épilogue ne peut être débloqué. Ces 8 épilogues (un par partie terminée en mode difficile) racontent ce qui est arrivé à pas mal de personnages de la série après «Resident Evil 3» (Leon, Claire, Ada, Barry, Sherry, ...).

De plus, en mode facile, vous n'aurez aucune arme/munition après avoir vaincu Nemesis suite à une rencontre où vous auriez choisi de le combattre.

D'ailleurs, si vous choisissez de le combattre à chaque fois et que vous gagnez à chaque fois, vous finirez par recevoir une boîte qui pourra donner des munitions infinies à l'arme de votre choix pour tout le reste du jeu. Mais cela est encore propre au mode difficile.

Enfin, certains documents, armes et munitions puissantes sont aussi cachées, comme cela est une tradition dans la série. Il vous faudra donc fouiller et être astucieux si vous voulez tout trouver.

En outre, le mini-jeu Mercenaries fait sa première apparition ici, mais il est différent de celui des autres incarnations présentes dans «Resident Evil 4» et suivants.

L'objectif ici est d'atteindre le tout début du jeu en partant de la station de téléphérique dans les quartiers résidentiels avant la fin du temps imparti. Tuer des ennemis sert ici uniquement à gagner du temps et n'est pas un objectif en soit, tandis qu'obtenir des munitions supplémentaires et des objets permettant de se soigner ne se fait qu'en sauvant des civils.

titre Technique

«Resident Evil 3 : Nemesis» utilise le même moteur que «Resident Evil 2» (et parfois le même contenu, car certaines parties du commissariat sont réutilisées), mais un peu amélioré : graphismes plus fins, plus besoin d'avoir une Voodoo ou une Riva TNT pour profiter des textures lissées, etc.

Le jeu est parfaitement fonctionnel sans rien faire sous Windows 8.1 x64. Contrairement à son prédécesseur, nul besoin de Virtual PC ici ! Le seul "problème" reste le chemin par défaut des sauvegardes est dans Program Files (x86)\CAPCOM, et il est recommandé de mettre ça ailleurs pour pouvoir sauvegarder (par exemple C:\Jeux\ResidentEvil3).

Pour ceux qui ne sont pas à l'aise avec les contrôles au clavier (essentiellement W, X, C, V, B, N) le jeu fonctionne parfaitement avec un pad Xbox360 (et sûrement beaucoup d'autres) après configuration (touche F2 en cours de jeu, onglet "Commandes", clic droit sur une touche pour avoir un menu contextuel "Ajouter une touche | Effacer").

Cependant, si le jeu ne donne pas le temps d'affecter une touche et utilise la touche précédemment ajoutée à la place, il faut appuyer sur la touche précédemment ajoutée et essayer à nouveau. C'est un bug un peu pénible, mais il n'empêche pas de configurer son pad, c'est juste un peu plus long que cela devrait l'être.

Au niveau de la résolution d'affichage, le jeu propose plusieurs résolutions (par défaut en 640x480, 16 bits par pixel), jusqu'à la résolution native de l'écran. Au-delà de 640x480 cependant, les graphismes sont bogués. En effet, l'image 2D sur laquelle les personnages 3D se déplacent est divisée en blocs, et autour ces blocs il y a des artefacts graphiques. Hélas, je pense que c'est normal, j'avais le même bug à l'époque de la sortie du jeu sous Windows 98 et j'ai jamais trouvé de contournement. Autrement dit, restez en 640x480 !

Pour les curieux, le jeu propose un mode "Voodoo2" (le jeu utilise toujours DirectX 6, même dans ce mode) dans les options (F2 en cours de jeu, dernier onglet). Ca change rien aux graphismes, ça sert juste (d'après le readme) si le sang est carré (ce qui n'est pas le cas ni avec une Intel HD4000, ni avec une GeForce 750M).

Enfin, si vous utilisez un ordinateur portable avec un système graphique Optimus, tenter de forcer l'utilisation de la carte nVidia (pour tenter de profiter de l'anti-aliasing, etc.) plutôt que l'IGP Intel provoque le même bug sur les graphismes que lorsqu'on va au-delà de 640x480.

On peut cependant activer le filtrage anisotrope (filtrage des textures) dans les préférences de l'IGP Intel (ou de sa carte graphique nVidia/ATI pour les PC sans Optimus), mais je n'ai vu aucune différence sur les graphismes avec mon Intel HD4000.

Par ailleurs, une modification permettant d'avoir des environnements aux graphismes plus fins existe. Elle est téléchargeable sur ModDB :
Resident Evil 3 Environmental Graphics Mod V2.0

titre Trivia


  • Jill est doublée par Catherine Disher, actrice de la série Forever Knight, et la voix de Jean Grey dans la série animée X-Men.
  • Beaucoup de parties du commissariat sont interdites d'accès à l'aide de barricades infranchissables car elles n'existent pas dans «Resident Evil 3». Pourtant, du point de vue du scénario, c'est incohérent si le jeu se passe à peu près en même temps que son prédécesseur (où ces barricades n'existent pas) et encore plus incohérent quand on sait que les seuls policiers que Jill rencontre au commissariat sont des zombies ou des cadavres (y compris celui de Marvin, qui était brièvement encore vivant dans l'épisode précédent).
  • À la neuvième fois que le jeu est gagné en mode difficile, un message de félicitations apparaît. Il n'apparaît pas de nouveau à moins de repartir de zéro.
  • Les ennemis sont plus forts et difficiles à tuer dans les versions non-japonaises du jeu
  • «Resident Evil 3» contredit pas mal d'éléments à propos du scénario de la série qui étaient apparus sur d'autres supports que le jeu vidéo (romans, dramas audio, ...), particulièrement la manière dont Raccoon City fut détruite.
  • Le bloc de tofu qu'on pouvait jouer dans «Resident Evil 2» (utilisé par les développeurs pour déboguer les hitbox) est aussi présent dans «Resident Evil 3», mais n'est pas accessible sans modifier le jeu (possible simplement sur PlayStation avec une GameShark).
  • À part les différentes formes de Nemesis, et quelques mini-boss uniques, le jeu comporte uniquement les ennemis du premier jeu (zombies, Hunters, Cerberus, araignées géantes), légèrement améliorés pour certains, mais pas ceux de «Resident Evil 2». Dans le scénario, cela est justifié pour les Hunters légèrement améliorés car ils auraient été importés par Umbrella Europe pour des tests sur le terrain.
  • Le jeu était d'abord un spin-off, avant d'être réintégré à la série principale. En conséquence, c'est le seul Resident Evil de la série principale ayant un sous-titre.
  • Contrairement à la plupart des monstres de la série, les origines de Nemesis ne sont jamais vraiment expliquées, si ce n'est qu'il provient de la division française de Umbrella Corporation.
  • Deux jeux Resident Evil étaient en développement à l'époque. L'un des deux finit en «Resident Evil 3» au lieu d'être un spin-off pour donner à la Playstation une trilogie de jeux Resident Evil, quand l'autre jeu se révéla être trop ambitieux pour la PlayStation et trop différent de la série Resident Evil. Cette autre jeu finira par être le premier «Devil May Cry».
  • Le CD propose une featurette de Jill nommée "mascotte". C'est Jill sur votre bureau qui suit votre souris, y compris en courant.
  • Contrairement aux épisodes précédents, et à une ville censée être américaine, Racoon City est ici une ville avec des rues serrées et à la disposition difficile à suivre même pour un jeu Resident Evil. Elles sont aussi souvent impraticables en voiture. C'est parce que à l'origine le jeu ne devait pas se dérouler à Racoon City mais dans une ville ressemblant à celles du Japon.
  • C'est le jeu de la série qui propose le plus d'apparences alternatives pour le personnage principal, même à ce jour. L'un d'eux est même le costume de Regina dans «Dino Crisis», qui était développé en même temps.
  • La station-service a une voiture De Lorean DMC-12 encastrée devant, une référence à la série Retour vers le Futur.


titre Avis du testeur

Un excellent épisode, qui finit en triomphe la période PlayStation de la série Resident Evil. Des lieux variés, beaucoup de contenu, trois fins proposées ainsi que de multiples variations du scénario, et des mini-boss uniques, le jeu propose beaucoup.

La rejouabilité est donc très grande. Voir les différentes variations du scénario, expérimenter avec les poudres, trouver les armes et munitions cachées, trouver plus de documents racontant l'apocalypse mort-vivant, tenter de combattre Nemesis plutôt que le fuir, débloquer les épilogues, tenter d'améliorer son score : vous aurez beaucoup de raisons de rejouer !

Mais le meilleur est le Nemesis. Il vous traquera sans relâche, et vous fera angoisser tout le long du jeu, en inventant de nouvelles manières d'arriver pour vous tuer quand vous vous croyez en sécurité.

Le Nemesis est l'aboutissement du Tyrant du premier épisode, et de "Monsieur X" du scénario B du second épisode. Si on rajoute à cela les améliorations apportées au gameplay, et un scénario très prenant, on obtient un des meilleurs épisodes de la série.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure