Dark Colony
Année
1997 (Sortie FR)
Développement
Edition (Etats-Unis)
Systèmes
systeme systeme systeme
Multijoueurs
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
307 votes


titre Avant-Propos

On a tous entendu parler de quelques dates clés pour l'histoire du jeu vidéo. La grande crise de 1983 qui envoya des milliers de jeux dans le désert américain ou encore l'effondrement de la bulle internet qui frappa durement les grandes compagnies. Entre ces deux dates, quelques années furent particulièrement marquantes dans le bon sens du terme. Pour la stratégie en temps réel, ce sont les années s'étalant de 1995 à 1998.

titre La toile de fond

Quelle mouche avait donc piqué pratiquement tous les développeurs ? Ils firent en même temps une série impressionnante de jeux dans la même veine. Retour dans les années 90.
Les jeux de rôle ont eu pendant des années le vent en poupe. Puis ce fut au tour des jeux de stratégie/gestion (sans faire disparaître les JDR). Leurs deux enfants, ce sont sans doute les 4X et la stratégie en temps réel, héritant de la plupart de leurs traits.
En 1996, les joueurs acclamèrent les extensions de quelques titres majeurs à l'image de «Command and Conquer» et «Warcraft 2». Ils allaient dominer le genre en lui imprimant la plupart des caractéristiques que lui connaissons toujours : utilisation des ressources pour construire des unités, action en temps réel, possibilité du multi-joueur. A la fin de l'âge d'or du STR, «Dark Colony» allait essayer de se frayer un chemin dans la cour des grands.

titre L'histoire

La thématique est éculée et binaire. L'introduction vous en donne la trame : vous êtes opposé à des méchants aliens pas beaux ressemblant à la créature de Roswell (le scénario s'y réfère d'ailleurs explicitement). Nous voilà face à de la STR basique : toutes vos actions (exploration, exploitation) seront mises au service de l'extermination de l'ennemi. Pas de négociation, pas de discussion, place au combat !
Une fois passée l'introduction, vous choisirez votre nom et surtout votre camp. Serez-vous un humain commandant des unités d'infanterie possédant des armures digne de Judge Dredd ou un Grey ?
Allez, partons à l'assaut de l'Humanité ! Sous forme de texte, on nous (ré)explique l'histoire. Vous venez de planètes surpeuplées à la recherche d'un nouvel endroit à coloniser. Vous avez des vues sur Mars. Vous avez laissé les humains s'y installer et terraformer la planète. En 2137, c'est l'heure de rafler la mise et d'expulser les Hommes de là...
Et côté humain, c'est à peu près la même histoire : terre surpeuplée, manque de ressources et les corporations avides et désunies... puis c'est la rencontre avec des Greys hostiles. Tout juste insiste-t-on plus sur la source d'énergie qui servira de base dans le jeu : le Petra-7. Le Petra-7, c'est la monnaie locale, on commande ses nouvelles troupes grâce à cela. «Dark Colony» n'innove donc pas pour un sou. Dans un genre qui commencé à être balisé, il fait le métier et rien de plus. Les créateurs du jeu ont été avares dans les différentes possibilités de choix des factions tout comme des bâtiments : c'est le reproche le plus fréquent adressé à l'époque. Pire, les unités des deux peuples se ressemblent beaucoup trop : c'est le pile et face d'une même pièce.

titre Les mécaniques du jeu

Les mécaniques du jeu sont aussi convenues. On trouvera rapidement ses marques sans avoir besoin du manuel ou d'un didacticiel. Depuis «Dune II», on s'est habitué à avoir une carte à partir de laquelle on va progresser. Le brouillard de guerre se lèvera de manière progressive.
Sur votre base, vous pourrez construire différents types d'unités qui se battent toujours suivant le principe du « pierre, papier, ciseau ». L'ensemble est conforme aux standards attendus pour ce type de jeu. Pour ajouter un peu de piment, il faudra veiller à ce que le chef d'unité survive, faute de quoi il faudra recommencer la mission. Car ici, on ne meurt pas : on refait la même mission encore et encore jusqu'à y parvenir. L'I.A. est comme souvent défaillante. Ne comptez pas une fois le largage de vos troupes au point de renfort sur une quelconque prise d'initiatives : ils resteront là devant l'ennemi sans ouvrir le feu. C'est assez caractéristiques des jeux de l'époque.
Dès la mission deux, la difficulté augmente de manière spectaculaire. Mais là encore, les habitués passeront le cap sans encombre : le jeu fonctionne selon un principe d'aggro. Si vous approchez vos unités de manière suffisamment proches, elles se mettront à tirer sur l'ennemi sans qu'il réplique car on n'est pas encore dans sa zone d'aggro. Cette tactique, comme le fait de le contourner les unités ennemies, et de le prendre à revers, constitue un des grands classiques du genre.

titre Baston gore et ambiance inquiétante

«Dark Colony», ce n'est pas vraiment de la poésie. Les concepteurs du jeu ont volontairement donné un aspect gore au jeu. Dès que vous abattez un ennemi (et ça tombe par dizaines), le sang gicle de partout. Si vous prenez les Humains, le discours pour inspirer vos troupes est : « faîtes les souffrir ! ». On a connu plus charitable !
La partie stratégique a volontairement été limitée pour privilégier l'action. C'est un choix surprenant lorsque l'on sait que le titre est signé SSI, la compagnie qui a signé l'un des meilleurs jeu de stratégie/guerre de la décennie avec «Panzer General».
Les sons donnent une ambiance inquiétante entrecoupée par des bruits de mitrailleuses de vos soldats. Bref, «Dark Colony», c'est une atmosphère comme on la retrouve aujourd'hui dans des films d'horreur ou de zombies. L'ensemble était donc suffisamment décalé pour offrir un jeu différent de la kyrielle de concurrents apparus à l'époque. Il visait un public jeune avide d'un peu de nouveauté mais il a été balayé par la tornade «Starcraft» paru l'année suivante.
Pour tous ceux qui ne connaissent pas encore le genre STR, nous vous conseillons de démarrer par «Dune II» et/ou «Warcraft 2». Pour ceux qui possèdent déjà une expérience en la matière, le jeu est solide et vous permettra de passer quelques dizaines d'heure de jeu agréablement pour peu que l'ambiance sanguinolente/gore ne vous rebute pas.

titre Lancement

Jeu testé sans bug avec VPC et Win 98, et avec PCem et Win 98.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.








Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure