Obsidian
Année
1997 (Sortie US)
Développement
Edition
Systèmes
systeme systeme systeme
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
775 votes


titre Présentation

-" Dis papa, c'est quoi la couche d'ozone?"
-"De l'histoire ancienne, mon fils!"

Voilà ce que pourrait être l'état du monde en 2066, d'après les développeurs de «Obsidian».
L'histoire vous propulse dans ce futur peu engageant. Vous incarnez Lilah, une scientifique spécialisée dans les nano-technologies. Et avec son petit-ami Max Power, Lilah a développé un projet révolutionnaire, le Project Ceres, qui consiste en l'envoi de robots miniaturisés capables de réparer les dommages faits à la couche d'ozone.
Pour fêter le succès de cette mission, le couple prend des vacances bien méritées dans les montagnes verdoyantes du Nord des Rocheuses. Le dernier espace à peu près naturel de ce furut apocalyptique.
Au démarrage de l'intrigue, vous apprenez qu'une formation minérale est apparue non loin du campement des tourtereaux, et qu'elle a démesurèment grandi en quelques jours, pour devenir une vraie montagne d'obsidienne.
Max disparaît, et vous vous élancez à sa recherche, en direction de l'imposant monolithe noir. Sa casquette gî à terre. Vous voyez votre image se réfléchir sur le mur scintillant, et, en un dixième de seconde, vous êtes aspiré (e,s,es) dans un véritable monde parallèle où se retrouvent vos rêves, ceux de Max, et ceux de toute l'humanité. Ou plutôt des cauchemars. Retrouvez Max, et trouvez le moyen de sortir de ce labyrinthe.


titre Un pur Myst-like

Si vous connaissez les jeux d'aventure estampillés Myst-Like, vous savez que l'exploration tient une grande part du gameplay. Non seulement il va vous falloir aimer les grandes trottes virtuelles, mais il ne faudra pas être réticent(e,s) à l'anglais. Pas de sous-titres en français, ni en anglais d'ailleurs. Enfin, il faudra observer, noter et déduire, et sur ce dernier point, vous avez vraiment un petit frère de «Myst» en face de vous.

On résume:

-Explorer
-Ecouter
-Observer

Vos premiers pas dans le jeu risquent de vous décourager, surtout que la première partie du jeu, à l'intérieur de l'Obsidienne, vous place dans la peau d'une véritable souris de laboratoire dans un labyrinthe...cubique. Oui, un cube!
Vous devez apprendre à vous repérer, passant d'un plan à un autre (un bruit métallique vous avertit du passage à un autre plan du cube). De l'horizontal au vertical, il n'y a souvent qu'un pas, et il ne sera pas facile de comprendre ce qu'il faut faire, surtout si votre niveau d'anglais est insuffisant.
Pour faire court, on dira que vous atterrissez dans un monde où la bureaucratie verrouille toute initiative. Et pour retrouver Max, dont vous avez des nouvelles dès votre arrivée, il faut emprunter un pont qui enjambe la statue d'Atlas portant le monde. Les agents de ce monde sont des machines (vidbots) et l'écran laisse voir une bouche, un oeil, rarement un visage. Pour réparer le pont, il faut un formulaire, qu'il faudra faire tamponner par le bon agent administratif. Il existe des solutions sur plusieurs sites/ blogs, mais inégales et pas toujours claires.
Pour ne pas gâcher le plaisir du jeu, revenez aux trois conseils de démarrage:

-On explore
-On écoute, quitte à cliquer dix fois sur l'écran du même vidbot
-On observe, et si possible on croque, on dessine, on fait un plan (un cube, c'est six faces en forme de croix latine).

Il y a des énigmes basées sur les jeux de mots, d'autres sur l'observation (réparer une horloge en veillant à ce que le soleil, la terre et la lune ne se heurtent pas dans leur course sur un plan elliptique), le tâtonnement, l'association. Beaucoup d'essais à tenter, et des sauvegardes à multiplier pour revenir à la position de départ en cas de perte de repères.
Votre progression se mesure à votre curseur, qui prend sept formes diffèrentes, pour vous diriger à droite, à gauche, tout droit, en haut, en bas ou faire demi-tour. Le rouge indique qu'aucune interaction n'est possible, et a contrario le vert vous invite à essayer. La main est le signal pour Prendre ou pour agir sur un élément du puzzle.

Des sèquences cinématiques de qualité ponctuent votre progression, avec des sèquences en FMV dans le standard des jeux de l'époque («Phantasmagoria», «Ripper»...). Il se murmure que le développement du jeu a coûté deux millions de dollars, et cette débauche de moyens semble plausible, à en juger par les crédits pléthoriques que le générique présente. D'ailleurs, Rocket Science Games a jeté toutes ses forces financières dans le développement de ce jeu, avec le recours à la société Pixel Liberation Front (pour les sèquences en FMV et les effets spéciaux) et la société Headspace pour la bande son et les arrangements sonores. Mais tout ceci, vous le lirez avec moult détails dans la fiche de la compagnie rédigée par m'sieur Jyelcey.



titre Conclusion


Bon, alors, une perle ou un boulet, ce jeu?
Commençons par les éléments négatifs: 5 CD, ça fait comme «Riven». On passe son temps à changer de cd et on se mord les doigts lorsque l'on a cliqué sur une échelle, alors que l'on revient de cette zone. Heureusement, je n'ai constaté aucun bug, même si je conseille de sauvegarder souvent.
Second défaut, la difficulté pour un non angliciste: il faudra bien cliquer partout et bien écouter, bien lire ce qui peut l'être (notamment les pages de documents dans l'ordinateur de Lilah, sous la tente, au début du jeu). Mais même pour les anglophones, j'ai lu que les énigmes n'étaient pas toujours intuitives.
Au rayon des éléments positifs, j'ai apprécié l'humour, alors que bon nombre de myst-like se noient dans la prétention d'être sérieux. Ici, pas question de prétendre que le jeu est révolutionnaire: les Vidbots du monde de la bureaucratie sont incarnés par les membres du studio, et en cliquant sur un des vidbots, on entend la voix de Stauf, le psychopathe du jeu «The 7th Guest», ou la voix désespérée d'Achenar qui exige que le joueur retrouve ses pages bleues.
La publicité d'époque expliquait que "Vos règles ne s'appliquent pas" dans les lieux de ce jeu. C'est évident, comme pour «Myst»: il faudra comprendre les mécanismes des mondes que vous traversez: Le monde de la bureaucratie concentre les peurs de Lilah (et celles de la plupart d'entre nous, de ne pas être conformes). Dans le Domaine de l'Araignée, vous cotoyez les peurs de Max, et vous aidez la machine à prendre vie.
Dans le Monde créatif, la machine (Ceres), apprend à devenir humaine et comprend que ce qu'elle doit nettoyer, c'est pas la couche d'ozone...c'est ceux qui ont créé la pollution. Conte noir et sordide, saurez-vous empêcher la race humaine de sombrer, avalée par sa propre création? Véritable réflexion philosophique et métaphysique, «Obsidian» n'a pas eu le succès et la reconnaissance que ce jeu méritait. Trop difficile? Pourtant, un Myst-like n'a pas pour objet d'être un jeu facile. Comptez une quarantaine d'heures pour espérer aller au bout de l'une des deux fins. Et n'espèrez pas ressortir de l'Obsidienne indemne(s).
Vous aimez les Myst-Like, pas vrai?

titre Lancement

«Obsidian» fonctionne sans problème avec Virtual PC et Win 98. Décompressez les cinq CD avec 7z, puis montez l'image disque avec Daemon Tools et installez votre jeu sur votre ordinateur virtuel.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Des questions ? besoin d'aide ?

Vous pouvez trouver de nombreuses informations et vous pourrez poser des questions à la communauté en allant sur notre forum : Abandonware Forums.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure