Sega Worldwide Soccer
Titre japonais
Victory Goal Worldwide Edition
Année
1997 (Sortie US)
Genre
Développement
Edition
Systèmes
systeme
Multijoueurs
note0note1note2note3note4note5note6note7note8note9note10 notesnotesnotesnotes
539 votes


titre Présentation

EA a détrôné Anco au milieu des années 1990 avec des jeux de simulation de foot. «Fifa Soccer 96» a mis fin à l'hégémonie de «Kick Off», et Gremlin Interactive a fait une entrée remarquée dans le créneau des jeux de foot, avec «Actua Soccer».
La Coupe du Monde qui se précise, à l'horizon juin/juillet 1998, est une aubaine pour les éditeurs et les studios, à une époque où les classes moyennes se lancent dans la course à l'équipement informatique.
SEGA n'a pas attendu cette échéance pour se lancer dans cette bataille. En effet, depuis 1995, l'éditeur a lancé une collection de jeux de foot qui fonctionnent avec la Sega Saturn. Et comme «Victory Road 95» a bien marché, l'idée de l'adapter au support PC a fait son chemin. Et en 1997 arrive cette mouture au nom inprononçable: «Sega World Wide Soccer», qui a fait une percée notable chez les adolescents et les jeunes adultes.
Après avoir lancé l'autorun et installé votre jeu, vous assisterez à une introduction animée d'une minute trente. Que vous la trouviez ridicule ou notablement réussie, ce générique vous happe et ous frappe par ses animations et par les mimiques du gardien de buts qui se prend un lob, l'entraîneur aux allures d'Arsène Wenger qui fait les cent pas, la forêt de micros et de caméras en avant de la foule en délire. Une ambiance de joyeuse kermesse qui a fait un bel effet à l'époque de sa sortie.
L'écran du menu s'affiche et vous allez pouvoir jongler entre les diffèrents challenges, que l'on retrouve sur tous les jeux de foot de l'époque: Coupe du monde, Championnat, tournois...48 équipes dont la moitié sont européennes, avec des maillots et des shorts qui respectent plus ou moins les couleurs nationales, mais avec des joueurs au nom fictif, car SEGA n'a pas eu les droits pour les inclure dans sa série. Mais bon, libre à chacun d'éditer les noms de joueurs, ou carrément d'en inventer.
Pour rigoler un peu, voici le onze type de l'équipe de France façon «Sega World Wide Soccer» (organisation classique en 4-4-2):
Morin-Cana, Pelloux, Antal, Desbiens-Dupont-Jubien, Marchal, Lucas, Cetkovic-Amar, Bonnet. Dupont-Jubien, mais où sont-ils allés chercher ça??
Pour devenir le champion de la manette, le killer du clavier, vous pouvez vous entraîner et jouer des matches amicaux. Et vous constaterez que le réalisme des joueurs est bien rendu. Bien sûr, on dira toujours que 48 équipes, c'est trop peu, et on pourra aussi critiquer une IA qui suit le même schéma tactique : l'adversaire balance des grands ballons devant, centre et tête. Ou face-à-face avec le gardien. Ces derniers sont par ailleurs plutôt faiblards, mais au moins, votre testeur a réussi à gagner un match amical. Et les petits dessins animés qui ponctuent les victoires, les défaites, les hat-tricks ou les buts valent le détour.


titre Les commandes

Le jeu se joue à l'aide d'un pad. Si vous voulez domestiquer toutes ses fonctions, il vous faudra une manette Sidewinder.
Mais si comme votre humble testeur vous jouez avec un clavier d'ordi, voici les touches que vous allez devoir mémoriser tout de suite:

  • Flèches Directionnelles:
  • Pour déplacer vos joueurs vers l'avant, la droite, la gauche ou pour se replier vers l'arrière.
  • W :
  • Tirer
  • X :
  • Faire une passe
  • C :
  • Une passe longue
  • S :
  • Exercer le pressing sur les joueurs adverses
  • D :
  • Piège du Hors-jeu
  • Maj:
  • Accélérer la course du joueur
  • A + B
  • Marquage individuel

Toutes ces commandes sont une première base. Peu à peu, votre champ de connaissances va augmenter. Mais au départ, vous allez avoir l'air d'un chat qui se fait les griffes sur un clavier d'ordi, avant de commencer à maîtriser les matches (pour lesquels des réglages de durée sont possibles). Le temps est également paramétrable, comme dans «Actua Soccer 2».


titre Un jeu développé par la Team Aquila

«Sega World Wide Soccer» a été développé au sein de la division AM6 de SEGA.
Au cours de la seconde moitié des années 90, la division AM6 a été partagée entre plusieurs équipes, auxquelles on a donné des noms de constellations. Par exemple la Team Andromeda a développé «Panzer Dragoon» et ses deux suites. Ces équipes devaient garnir l'offre pour le support Sega Saturn, mais pour certains hits, il y a eu des portages sur plusieurs supports, y compris le PC.
La Team Aquila a développé quatre jeux de football entre 1995 et 1998, mais un seul de la licence Victory Goal a connu une adaptation pc, et vous le tenez entre vos mains puisqu'il s'agit de « ce jeu».
Le directeur de cette Team Aquila c'était Toshinori ASAï, et le producteur du titre c'était Akira Kozu.
Ce sont une douzaine de personnes qui ont oeuvré à ce titre, avec des programmeurs de renom (Tensei Ueda) ou le musicien reconnu Jun Senoue.
C'est ce titre qui a couronné le grand-oeuvre de l'équipe de l'Aigle, qui a eu le regard perçant: le jeu a été porté un an plus tard, en 1997, sur PC, et a été salué par la critique du monde entier comme une des meilleures adaptations pc.
Après 1998, la licence a continué, mais l'appellation Team Aquila a disparu définitivement, au profit de Smile Pit. Comme une constellation qui a cessé de briller.


titre Conclusion

«Sega World Wide Soccer» a reçu des critiques très positives louant ses animations, le positionnement idéal de ses trois caméras et le portage très saisfaisant de la version console.
Mais à neuf mois de la Coupe du Monde de Football, il y a une offre pléthorique qui rend les choix difficiles. Avec un clavier peu adapté aux commandes de jeu, il fallait clairement investir dans un pad Sidewinder, et cet inconvénient a freiné les ventes de ce jeu, que la plupart des critiques ont annoncé comme "l'un des meilleurs jeux de foot sur PC". Il n'empêche, à mi-chemin entre jeu d'arcade et simulation de foot, c'est un soft particulièrement bien réalisé, avec des animations de style dessin animé qui glorifient votre victoire ou qui vous humilient. La motion capture permet, sur le terrain, de redessiner des mouvements proches de la réalité, et on se surprend à sourire quand un joueur fait bisquer un adversaire, après une action litigieuse, ou quand un gardien semble près de la crise de nerfs après avoir encaissé un shoot. Entre simulation de foot et jeu d'arcade, mon coeur balance...


titre Lancement

Le jeu a été testé sans bugs sous win 98, avec Virtual PC. Au démarrage, choisissez d'installer le jeu en cochant "Direct Draw"" (pour jouer sans carte 3D) ou bien en cochant "Direct 3D".
En tapant F1 à tout moment du jeu, vous mettez le jeu en pause et un onglet, en haut à gauche de l'écran, vous permet d'ajuster les réglages du jeu, et même de changer les règlages du clavier ou encore le son.
Chez moi, le jeu a été testé avec une résolution de 640 X 480.


titre Multijoueurs et changement des noms de joueurs

Pour jouer à deux et jusqu'à quatre, il faudra cliquer sur le rectangle intitulé Link Game.
En sélectionnant Player Edit depuis le menu, vous avez la capacité de mettre les noms des vrais joueurs, ce qui permet de contourner l'absence de précieuse licence sans laquelle l'éditeur ne pouvait utiliser les noms authentiques.



titre Complétez cette fiche

Vous avez des screenshots, un avis personnel, des fichiers que nous ne possédons pas et qui concernent ce jeu ? Vous avez remarqué une erreur dans nos textes ?
Dans ce cas, aidez-nous à améliorer cette fiche : en nous contactant via le forum.

titre Liens divers

Vous pouvez trouver de nombreuses informations en allant sur les sites du Réseau Abandonware Francophone :
- Abandonware Forums pour trouver une aide technique, une astuce...
- La clinique des jeux vidéo, pour ceux qui veulent jouer avec DOSBox ou VDMS.









Vous pouvez aussi faire un don via Paypal :


Partenaires : Hébergement web - WoW - Association MO5 - Megatest.fr - Emu-France - Association WDA - Another Retro World - Planète Aventure